Une base de données inquiétante liste 1,8 millions de femmes chinoises “prêtes à la reproduction”


“Est-ce le prologue de The Handmaid’s Tale ?”

Prête ou non pour la reproduction

Nous savions déjà que la Chine surveille de près sa population, qu’il s’agisse de ses habitudes de dépense ou de ses interactions sociales.

Nous savons maintenant que quelqu’un dans le pays cherche aussi à savoir quelles citoyennes sont “prêtes à la reproduction”, un terme apparemment utilisé pour indiquer qu’une femme est probablement capable d’avoir des enfants – et les données troublantes ne sont pas protégées comme elles devraient l’être.

Des zéros et des uns

Victor Gevers est un expert de l’Internet pour la Fondation GDI, une organisation à but non lucratif qui se consacre à la défense de la liberté sur Internet. Samedi, il a tweeté une série de captures d’écran d’une liste effrayante qu’il a découverte en consultant des bases de données chinoises ouvertes.

La liste comprend des renseignements personnels sur plus de 1,8 million de femmes chinoises, y compris l’adresse, le numéro de téléphone, l’anniversaire, le niveau de scolarité et l’état matrimonial de chaque femme. Elle contient également une catégorie “prête à la reproduction”, dont certains spéculent que cela signifie si une femme est susceptible d’avoir des enfants (signifié par un “1”) ou non (signifié par un “0”).

La plus jeune femme de la base de données n’a que 15 ans, selon Gevers, tandis que l’aînée a 95 ans. La plus jeune femme avec un score “prêt à la reproduction” de “1” est âgée de 18 ans et la plus âgée de 39 ans. L’âge moyen des femmes “prêtes à la reproduction” est de 32 ans, et toutes sont célibataires, divorcées ou veuves.

Peur d’avoir des enfants

Inutile de dire que cette découverte est alarmante à bien des égards.

Le fait que quelqu’un classe les femmes en fonction de leur capacité à avoir des enfants est troublant en soi. Et puis il y a le fait que personne ne semble savoir qui a créé la base de données.

Certains prétendent qu’il pourrait appartenir à une application de datation ou à un autre type d’entreprise, mais les dirigeants chinois ont récemment été avertis par des experts que le pays est sur le point de connaître un déclin démographique “précipité” qui pourrait détruire son économie.

Peut-être que le gouvernement a créé la base de données dans le cadre d’un effort pour résoudre ce problème de population – les utilisateurs du forum de discussion chinois Douban ont même intitulé un fil sur la découverte “Est-ce le prologue de The Handmaid’s Tale ?”, une référence au roman de science-fiction dystopien dans lequel les femmes fertiles sont forcées par le gouvernement à avoir des enfants pour résoudre un problème de fertilité mondiale.

Atteinte à la protection des données

Comme si tout cela n’était pas assez déconcertant, il y a le fait troublant que cette information n’était même pas protégée. N’importe qui pouvait accéder à la base de données au moment de sa découverte par Gevers, bien qu’il ait tweeté lundi qu’elle n’était plus accessible.

Néanmoins, il est impossible de savoir qui aurait pu accéder à ces informations privées sur 1,8 million de femmes avant que la base de données ne soit sécurisée – ou ce que les personnes qui les ont créées ont l’intention de faire avec ces informations.

Lire aussi : La Chine a lancé son « système de crédit social », et il semble tout droit sorti d’un film de science-fiction dystopique

Sources : Futurism, The Guardian – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *