Un scientifique russe poignarde un collègue qui n’a pas cessé de révéler la fin des livres qu’il lisait

scientifique russe

Un scientifique russe travaillant à la station de recherche de la base antarctique Bellingshausen sur l’île du Roi-George, en Antarctique, a été accusé de tentative de meurtre après avoir poignardé un collègue avec un couteau de cuisine pour avoir prétendument révélé les fins de livres qu’il lisait.

Sergey Savitsky, 55 ans, et Oleg Beloguzov, 52 ans, travaillaient ensemble depuis quatre ans à Bellingshausen, en Russie, et leurs collègues les considéraient comme des professionnels. Cependant, le 9 octobre, Savitsky aurait pris un couteau de cuisine et l’aurait plongé dans la poitrine de Beloguzov, dans ce qui a été appelé la première tentative de meurtre connue en Antarctique. L’incident entrera probablement dans l’histoire comme l’un des plus étranges aussi, car les enquêteurs ont récemment révélé qu’une explication possible du crime pourrait être le spoil de la fin des livres.

Selon les médias russes, les deux hommes étaient des lecteurs avides, parcourant de nombreux livres pour passer le temps sur la station de recherche isolée, mais Beloguzov avait pris l’habitude de tourmenter son collègue en révélant les fins des livres qu’il lisait. Le 9 octobre, après qu’Oleg aurait de nouveau dit à Savitsky la fin du livre qu’il était en train de lire, le scientifique n’en pouvait plus, alors il a simplement pris un couteau et poignardé son bourreau dans la poitrine.

“Il n’arrêtait pas de raconter la fin des livres avant de les lire”, rapporte The Sun, citant une source anonyme.

Heureusement pour Beloguzov, qui travaillait comme soudeur à la station, il a été transporté à l’hôpital au Chili assez rapidement pour que les médecins puissent lui sauver la vie. Bien que le couteau ait endommagé son cœur, l’homme est maintenant dans un état stable et devrait se rétablir complètement.

Savitsky, pour sa part, s’est rendu à la police après s’être envolé pour Saint-Pétersbourg le 20 octobre, et est actuellement assigné à résidence pour tentative de meurtre. Il a admis l’attaque aux enquêteurs russes, mais a ajouté qu’il n’avait jamais eu l’intention de tuer son collègue, a rapporté le journal Nevskie Novosti, citant des sources des forces de l’ordre.

Les enquêteurs croient que l’alcool et le confinement étroit dans la base de recherche peuvent avoir joué un rôle dans le crime. Le personnel de Bellingshausen n’a accès qu’à deux chaînes de télévision russes, un gymnase et une petite bibliothèque, mais il ne manque pas de vodka, qui est expédiée de Russie.

Source : Oddity Central – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *