Ne jamais, jamais oublier l’opération psychologique contre Wikileaks

l'opération psychologique contre Wikileaks

Pendant les premières heures qui suivent la publication d’une nouvelle «explosive» du Russiagate, mes notifications sur les médias sociaux s’illuminent toujours de messages mal écrits par des loyalistes de l’establishment libéral disant des choses comme “HAHAHAHA @caitoz ceci prouve que vous avez tort, allez-vous FINALEMENT cesser de nier la collusion russe ??” Puis, lorsque les gens commencent à analyser cette histoire et à remarquer qu’il est loin de prouver que Donald Trump a été de connivence avec le gouvernement russe pour voler les élections de 2016, ces mêmes gens oublient toujours de revenir par la suite pour me dire qu’ils avaient encore tort.

Cela se produit à chaque fois, y compris mardi dernier lorsque The Guardian a publié un nouveau rapport “explosif” disant que l’ancien directeur de campagne de Trump, Paul Manafort, avait eu des réunions secrètes avec Julian Assange, fondateur de WikiLeaks. Lorsque des experts de tout l’éventail politique ont commencé à faire remarquer que l’histoire ne contenait aucune preuve de ses affirmations insensées et qu’elle provenait d’une source entièrement anonyme, personne n’est jamais revenu en disant : “Désolé de vous avoir traitée de propagandiste russe, Caitlin ; il s’avère que cette histoire n’était pas aussi fondée que je ne le croyais sur les faits”. Quand la preuve d’une seule des affirmations de l’article n’a pas été présentée pendant un jour, puis deux jours, puis trois jours, personne n’est revenu et n’a dit : “Bon sang Caitlin, je te dois des excuses pour t’avoir ridiculisé et traité de salope d’Assange ; WikiLeaks et Manafort poursuivent cette publication et ses allégations restent complètement non prouvées.”

Et bien sûr, ils ne l’ont pas fait. Ils n’étaient pas censés le faire. Ils étaient destinés à absorber les fausses affirmations du Guardian comme un fait, à les ajouter à leur montagne de fausses preuves de collusion Trump-Russie-WikiLeaks au Gish gallop, et à être ensuite traînés en avant par le flot incessant de nouvelles de la matrice de propagande des entreprises comme toujours. Mais je ne les laisserai jamais oublier ce qui s’est passé, et vous non plus.

Si la semaine dernière il n’était pas évident pour vous qu’il existe un establishment non élu qui doit avant tout contrôler le discours public sur ce qui se passe dans le monde, ça devrait certainement être évident pour vous cette semaine. L’article à succès du Guardian était si spectaculairement désespéré dans sa tentative de faire avancer un récit qui a été utilisé pour fabriquer un support pour les agendas de longue date de la CIA/MI6, comme arrêter Julian Assange, arrêter WikiLeaks, censurer Internet et subvertir la Russie, qu’il s’est complètement exposé lui-même comme la société psyop qu’il est.

Si ce n’était pas une preuve suffisante, dans la foulée de la controverse du Guardian, Politico a pris la décision choquante de permettre à un ancien officier anonyme de la CIA de publier un article mensonger spéculant, sans aucune preuve, que si l’histoire se révèle fausse, ce sera parce que de fausses informations ont été données au Guardian par des agents russes liés. L’auteur anonyme de l’article affirme qu’il y a exactement deux possibilités principales : (1) que l’article est vrai à 100% et qu’il sera justifié, ou (2) que l’article est basé sur de la désinformation qui a été plantée dans “une tentative de faire paraître [l’auteur du Guardian, Luke Harding] mauvais”.

C’est évidemment absurde pour deux raisons. La première raison est qu’aucun agent du Kremlin ne pourrait faire paraître Luke Harding pire que Luke Harding dans ses tentatives pathétiques et maladroites de plaider sa collusion tout en promouvant son livre Collusion à un intervieweur en décembre de l’année dernière, où Harding était frustré et accroché à son propre entretien. La deuxième raison est qu’il existe une autre possibilité beaucoup plus probable que les deux offertes par le fantôme anonyme de Politico.

L’ancien employé du Guardian, Jonathan Cook, explique que d’après ce qu’il a appris, l’explication la plus probable est que les éditeurs ont autorisé la publication de l’article parce que ses sources anonymes proviennent d’une agence de renseignement ou de défense. Comme nous l’avons vu à maintes reprises, de la narration sur les armes de destruction massive en Irak à la narration du piratage russe, les médias de masse occidentaux ont une politique omniprésente qui consiste à imprimer comme faits objectifs les affirmations d’organismes gouvernementaux opaques, malhonnêtes et non responsables. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi elle a publié sans poser de questions une fausse affirmation selon laquelle les vrais utilisateurs de médias sociaux qui nient tout lien avec la Russie étaient des “robots” russes, la rédactrice politique du Guardian, Heather Stewart, a répondu sans détour : “Ce n’est pas mon analyse – comme l’article le dit clairement – c’est celle du gouvernement.” Tant que cela vient du gouvernement, les sténographes des médias de masse imprimeront ce qu’on leur dit d’imprimer.

Cook écrit ce qui suit :

“J’ai travaillé pour le Guardian pendant un certain nombre d’années et je connais bien les étapes de vérification que toute histoire très sensible doit passer avant sa publication. Au cours de ce long processus, divers rédacteurs en chef, avocats, rédacteurs en chef et la rédactrice elle-même, Kath Viner, insisteraient normalement pour couper dans tout ce qui ne pourrait être défendu et corroboré de façon rigoureuse.

Et pourtant, cette pièce semble avoir été laissée de côté, même si, dès le début, de nombreux analystes et journalistes bien placés ont pu constater ses lacunes profondes.

Cela laisse au moins entendre que le Guardian pensait avoir une “assurance” dans cette histoire. Et les seules personnes qui auraient pu promettre ce genre d’assurance sont les services de sécurité et de renseignement – vraisemblablement de Grande-Bretagne, des États-Unis et/ou de l’Équateur.

Il semble que le Guardian ait simplement pris cette histoire, fournie par des fantômes, pour argent comptant.”

Les affirmations de Luke Harding et du Guardian ne seront jamais prouvées, et ils le savent. Ils ont sciemment imprimé des affirmations selon lesquelles ils savaient à 100 % qu’ils ne seraient jamais en mesure de fournir une preuve, et les clics que leur histoire virale a générés les ont récompensés avec une pluie d’argent. Leur fausse histoire a ensuite été diffusée par tous les médias, y compris un panel de MSNBC qui n’a cessé d’informer ses lecteurs que si ce rapport du Guardian était confirmé, ce serait la toute première preuve réelle reliant Trump à WikiLeaks d’une manière significative.

Nous ne devons jamais oublier que cela a été fait. Nous devons continuer à rappeler le fait indéniable que le Guardian a publié de fausses déclarations au sujet d’une cible de longue date des agences occidentales de renseignement et de défense, puis qu’il a été soutenu par un initié de longue date de l’une de ces agences qui a été autorisé à publier anonymement dans un média apparemment sans rapport. C’est l’un de ces aperçus à couper le souffle derrière la scène de marionnettes que nous ne devons jamais permettre au monde d’oublier, un peu comme la fois où CNN a sciemment organisé une fausse interview avec une jeune Syrienne récitant de la propagande de guerre écrite. Nous devons continuer à en parler à chaque occasion dans nos efforts pour donner aux gens un aperçu derrière le rideau de la propagande, en continuant à le leur rappeler la semaine prochaine, le mois prochain, l’année prochaine et dans dix ans à compter de maintenant.

Lié : Un producteur de CNN avoue que l’agenda antirusse est monté de toutes pièces

Le pardon est surestimé. Le pardon est un élément fondamental dans la plupart des relations de violence, où l’agresseur est manipulé ou intimidé pour qu’il pardonne encore et encore à l’agresseur, sans jamais lui en vouloir. Cela est vrai pour un conjoint battu et pour une population opprimée. La capacité à garder rancune est donc d’une importance capitale dans la lutte contre la machine de propagande sur laquelle nos dirigeants ont construit leur empire oppressif. Sinon, nous serons entraînés vers l’avant dans le brouhaha des nouvelles, tout comme les anti-Russes à la cervelle de poisson rouge qui passent d’une fausse histoire à l’autre dans l’amnésie de la rumeur sans fin.

N’oubliez pas, rappelez-vous de ces faits. Souvenez-vous en et continuez d’en parler.

Lire aussi : Ce n’était pas les Russes : Les médias Fake News aux abois à cause de la mort de Seth Rich, assassiné par les Démocrates pour avoir fuité des informations à Wikileaks

Source : Medium – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *