Découverte d’un cercueil en argent avec les os d’une Sainte du 13ème siècle


Lors de travaux de conservation dans une église en Silésie, des conservateurs d’art ont remarqué qu’une des dalles de pierre était différente des autres. Ce fut le début d’une découverte étonnante.

Ce n’est que par hasard que des scientifiques ont trouvé les os d’un des saintes patronnes de la Pologne, Sainte Edwige de Silésie.

La découverte du minuscule cercueil a été faite à Trzebnica, en Basse-Silésie, lors de travaux de conservation du tombeau de Sainte Edwige de Silésie dans la basilique de la ville.

“Les travaux sur la tombe, qui datent des années 1680, sont devenus nécessaires lorsque les chefs d’église ont craint qu’une petite fissure dans le sarcophage de pierre élaboré ne s’aggrave”, rapporte The First News.

Le cercueil était accompagné d’une tablette de plomb portant une inscription confirmant que les reliques sont celles du saint du XIIIe siècle.

“Lorsque nous avons soulevé la dalle, nous avons vu que du charbon mélangé à du plâtre avait été versé dans une cavité, ce qui était très étrange. Nous avons donc pensé qu’il fallait vérifier”, a déclaré la conservatrice Dorota Wandrychowska, qui travaillait sur le site.

Les scientifiques ont retiré le matériau et, à leur grand étonnement, ils ont découvert un cercueil en argent, dans lequel les reliques de Sainte Edwige de Silésie ont été placées il y a 250 ans.

Le cercueil contenait “une tablette de plomb avec une inscription confirmant que les reliques sont celles de la sainte du 13ème siècle”.

La découverte a été un choc car il n’y avait auparavant aucune trace historique de l’endroit exact où se trouvaient ses os, bien qu’on ait supposé qu’ils se trouvaient quelque part dans l’église où elle a été enterrée en 1243.

“Nous savions que les ossements de la sainte se trouvaient quelque part dans les environs, puisqu’ils avaient été déposés là en 1679 lors de la construction de son tombeau”, a déclaré le père Piotr Filas, de l’abbaye de Trzebnica.

Les os ont été trouvés par hasard lors de travaux de conservation à l’église de Silésie.

Le père Piotr Filas a expliqué que le panneau d’inscription qui était posé sur le dessus du cercueil portait la date de 1764. “Sur cette base, nous pensons que personne n’a regardé les os depuis cette date”, a-t-il déclaré.

Edwige était originaire de Bavière. Elle est née en 1178 et, à l’âge de 12 ans, elle a épousé l’un des premiers souverains polonais Piast de Silésie, Henri Ier le Barbu, duc de Wrocław, et la mère d’un autre important duc silésien, Henri II le Pieux.

Après la mort d’Henri en 1238, elle s’installa définitivement dans le monastère de Trzebnica, où sa fille Gertrude était princesse.

Elle se lança dans le développement de la vie religieuse en Silésie, en faisant venir le clergé d’Allemagne.

Edwige a été une personne extrêmement pieuse durant sa vie. Elle aimait les malades et s’occupait d’eux. Elle est devenue célèbre en fondant des églises et des monastères. Elle a consacré sa vie à aider les personnes dans le besoin.

Selon la légende, Edwige, afin de ne pas se distinguer du reste de son peuple et en signe d’humilité et de modestie, était pieds nus.

Cela irritait intensément son mari. Il a donc persuadé son confesseur de lui ordonner de porter des chaussures.

Sainte Edwige de Silésie était originaire de Bavière et la mère du duc silésien Henri le Pieux.

Edwige a accepté de porter les chaussures par obéissance à son confesseur. Cependant, elle les portait sur une corde autour du cou.

Selon le père Piotr, la découverte des reliques pendant la pandémie mondiale est de bon augure.

“Je pense que c’est un signe pour nous qu’elle peut être une protectrice pour nos temps modernes”, a déclaré l’ecclésiastique.

Edwige de Silésie est devenue une sainte le 26 mars 1267, lorsque le pape Clément VI a procédé à sa canonisation. Depuis cette date, elle est l’un des saints patrons de la Pologne.

Le cercueil et son contenu vont maintenant être examinés. Il y a plusieurs idées quant à leur sort dans le futur.

Les conservateurs d’art ont repéré une anomalie sur l’une des dalles de pierre.

Lire aussi : La découverte d’un coffre en pierre dans un ancien temple pourrait mener à une tombe royale cachée

Source : Ancient Pages – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *