Un puits sacré vieux de 3 500 ans qui défie toute explication


Ce puits sacré, construit avec une incroyable connaissance de la géométrie, de l’ingénierie et de l’astronomie, a été érigé par une mystérieuse civilisation il y a environ 3 500 ans.

L’un des sites antiques les plus incroyables d’Europe, dont la plupart des gens ignorent l’existence, se trouve en Sardaigne, en Italie. Ce monument antique fait partie d’une colonie nuragique et remonterait à au moins 3 000 à 3 500 ans.

Certains disent que ce site antique abrite le travail de la pierre le plus impressionnant et le plus précis de la Méditerranée. D’autres affirment que sa précision, sa beauté et sa forme rappellent le travail de l’Égypte ancienne ou même celui des cultures pré-incas du Pérou. La vérité est que le site abrite un véritable chef-d’œuvre.

Un puits sacré vieux de 3 500 ans qui défie toute explication

Le puits sacré de Santa Cristina est une structure ancienne qui serait l’expression la plus élevée et la plus sophistiquée de l’ancienne civilisation nuragique. Construit avec des blocs de pierre d’une précision incroyable, parfaitement placés, le site est encore plus fascinant si l’on considère la géométrie parfaite qui s’y trouve. Le puits sacré a été construit en étant orienté du nord-nord-ouest au sud-sud-ouest. Trois éléments distincts composent le puits sacré. Toutes trois ont été construites et ciselées avec une incroyable précision. Il y a l’Atrium, la cage d’escalier et la chambre de l’hypogée. Deux de ces trois éléments sont extérieurs, l’atrium et la cage d’escalier. Le chef-d’œuvre architectural est visible en observant la cage d’escalier trapézoïdale. Ce puits sacré est l’un des puits les mieux conservés de l’île.

Caractéristiques astronomiques du Puits Sacré

Bien qu’il soit entouré de mystère comme beaucoup d’autres structures anciennes, le puits sacré présente quelques caractéristiques spécifiques qui semblent indiquer un objectif astronomique. L’une d’elles est que, aux équinoxes, le soleil illumine l’intérieur du puits. La lumière du soleil pénètre parfaitement à l’intérieur, se reflétant sur l’eau. La seconde caractéristique, peut-être plus fascinante, est que tous les dix-huit ans et six mois, lorsque la Lune atteint son point culminant dans le ciel, la lumière lunaire passe par l’ouverture du puits, illuminant son intérieur.

Ses bâtisseurs sont entourés de mystère

Le puits sacré est encore plus impressionnant si l’on ajoute à l’équation que la civilisation qui l’a construit, la culture nuragique, est complètement entourée de mystère. Bien qu’ils aient construit des monuments incroyables et massifs, ils n’ont pas laissé de traces écrites qui pourraient nous en apprendre davantage sur eux. La façon dont ils ont réussi à ériger des monuments aussi sophistiqués, avec des formules mathématiques et une géométrie parfaite, sans aucun écrit, reste un profond mystère. Ce que nous savons, en revanche, c’est que le nom qui est donné à cette mystérieuse civilisation est dérivé du mot nuraghe. Il est plus qu’impressionnant que, bien que le peuple nuragique ait été un bâtisseur si prolifique, aucune trace écrite à son sujet n’ait jamais été trouvée. En fait, les seuls documents écrits dont nous disposons qui mentionnent la civilisation nuragique proviennent de la littérature romaine et grecque. Même ainsi, la plupart des experts considèrent que de nombreux récits écrits sont considérés comme étant de nature mythologique.

Que sont les Nuraghe ?

Les nuraghe sont les constructions les plus caractéristiques de cette ancienne culture. Un nuraghe n’est rien d’autre qu’une tour de pierre construite à l’aide d’une maçonnerie cyclopéenne. Pour ériger les tours, les bâtisseurs utilisaient des blocs de pierre polygonaux et les plaçaient les uns sur les autres. Sur certaines tours, les anciens bâtisseurs utilisaient de la boue et du mortier pour maintenir les pierres en place. Cependant, les tours se caractérisent par l’utilisation de pierres taillées de manière uniforme, une méthode appelée le style isodomique. Les tours qu’ils ont construites sont la preuve que la civilisation nuragique était extrêmement avancée. D’après les estimations, on pense que cette ancienne civilisation a érigé entre sept et huit mille tours de pierre en Sardaigne. Le nombre de ces tours suggère que ces gens étaient des architectes, des ingénieurs et des planificateurs très avancés. Le puits sacré de Santa Cristina nous apprend également que ces anciens peuples étaient des astronomes avertis.

Lire aussi : Découverte d’un ancien tombeau royal en Égypte

Source : Curiosmos – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *