Les ovnis pourraient être la preuve que des « cryptoterrestres » vivent secrètement parmi nous


Les scientifiques affirment qu’il y a une chance sur dix que ces créatures évoluées existent réellement.

Des extraterrestres se faisant passer pour des humains rencontrent une race reptilienne avancée vivant dans un royaume souterrain. On dirait le scénario d’un épisode croisé de Mork et Mindy et des Tortues Ninja Mutantes, mais il s’agit en fait du contenu d’un nouvel article fantastiquement spéculatif sur les OVNI.

Rédigée par des chercheurs du Human Flourishing Program de Harvard et de la Montana Technological University, cette étude sauvage – qui n’a pas encore fait l’objet d’une évaluation par les pairs – plonge dans le monde un peu fou des « cryptoterrestres », qui englobe un groupe bizarre d’« êtres intelligents dissimulés furtivement sur la Terre (par exemple, sous terre) et/ou dans ses environs proches (par exemple, sur la lune) ». Selon les auteurs, ces habitants clandestins de la Terre pourraient en fait être à l’origine d’un grand nombre de phénomènes aériens non identifiés (PAN) généralement attribués à des visiteurs intergalactiques.

Les chercheurs présentent leur première catégorie de pilotes potentiels d’OVNI, qu’ils appellent les « cryptoterrestres humains ». Ceux-ci sont décrits comme « une ancienne civilisation humaine technologiquement avancée qui a été en grande partie détruite il y a longtemps (par exemple, par une inondation), mais qui a continué à exister sous forme de vestiges ».

Peut-être tapis dans les volcans ou dans les profondeurs de l’océan, ces quelques anciens surhommes survivants auraient été démasqués par l’ancienne assistante d’Albert Einstein, le Dr Shirley Wright, qui a affirmé qu’elle et son célèbre patron avaient été invités à inspecter les « entités biologiques » récupérées lors du supposé crash de l’OVNI de Roswell en 1947. S’exprimant en 1993, Wright a déclaré que les pilotes étaient « de simples humains, mais d’une forme avancée », et que leur espèce « réside sous terre sur notre planète ».

D’autres sous-types de cryptoterrestres peuvent inclure des primates ou des reptiles non humains très avancés qui stockent leurs avions sous les montagnes. Par exemple, le volcan Popocatepetl, au centre du Mexique, et le mont Shasta, en Californie, sont tous deux des hauts lieux de l’observation d’OVNI, et ont donc été identifiés comme des résidences possibles pour ces êtres secrets mais très intelligents.

Les rapports du personnel de la marine faisant état d’objets submersibles non identifiés (OSU) se déplaçant à des vitesses incroyables ont alimenté la spéculation selon laquelle certains de ces cryptoterrestres pourraient en fait résider dans l’océan. Dans un rapport datant de 1987, une frégate néo-zélandaise aurait été suivie par un objet sous-marin non identifié de 243 mètres de long, se déplaçant à une vitesse maximale d’environ 4 800 kilomètres à l’heure.

Les auteurs citent également les affirmations extravagantes du très controversé astrophysicien de Harvard Avi Loeb – qui, étonnamment, n’a rien à voir avec l’étude – selon lesquelles la Lune pourrait en fait être une base cryptoterrestre et abriter bon nombre de ces étranges créatures et leurs incroyables vaisseaux spatiaux. Enfin, les chercheurs affirment que les ingénieurs à l’origine de la plupart des OVNI pourraient se cacher à la vue de tous, et qu’il pourrait s’agir d’extraterrestres ayant maîtrisé l’art de se fondre dans la masse.

Il est vrai que tout cela est assez fantaisiste et que la plupart des arguments avancés pour justifier ces affirmations proviennent de sources encore plus douteuses que Loeb, notamment le podcasteur Joe Rogan et les croyants du royaume englouti de l’Atlantide.

Reconnaissant les nombreuses failles de leurs propositions, les auteurs expliquent que « bien que cette idée soit susceptible d’être considérée avec scepticisme par la plupart des scientifiques, la nature de certains PAN est telle que nous soutenons que cette possibilité ne devrait pas être sommairement rejetée ». Ils admettent également qu’ils considèrent eux-mêmes l’existence des cryptoterrestres comme « improbable », mais pas impossible.

Sur la base de toutes les preuves disponibles concernant les OVNI, les chercheurs évaluent à 10 % la possibilité que des cryptoterrestres existent réellement. La plupart des observateurs considéreront probablement ce chiffre comme assez généreux.

L’étude, qui a été acceptée pour publication dans la revue Philosophy and Cosmology, est actuellement disponible sous forme de préimpression.

Lire aussi : “Non résolue” : Le gouvernement américain rend publique une nouvelle série d’images d’ovnis

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Maestroe dit :

    Perso… ça fait des années que je pense cela… pourquoi chercher ailleurs ce que l’on a peut être ici … 95% des océans reste à explorer !!!
    Car si le voyage dans le cosmos relève des défis de grandeur et de temps qui nous dépasse, les chance que ces êtres avancés réside ici même sur terre me paraissent pragmatiquement plus probable !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *