Une méduse fantôme géante atteignant 10 mètres de long prise en photo


Un mystère des profondeurs vient de devenir un peu moins mystérieux grâce au premier article scientifique publié par l’équipe de l’expédition Viking.

Seules 126 rencontres avec la méduse fantôme géante ont été enregistrées depuis la première description de l’espèce en 1910. Crédit photo : Antony Gilbert, Viking

Alors qu’ils dérivaient dans les eaux de l’Antarctique, ils ont repéré le scyphozoaire (mot fantaisiste pour méduse) Stygiomedusa gigantea, communément appelé la méduse fantôme géante.

La méduse fantôme géante a été repérée pour la première fois lors de plongées au début de l’année 2022 dans les eaux côtières de la péninsule Antarctique. Ces bêtes portent bien leur nom, puisqu’elles peuvent atteindre une longueur gargantuesque de 10 mètres, et pourtant, depuis qu’elles ont été baptisées en 1910, seules 126 rencontres avec S. gigantea ont été enregistrées.

Il n’est donc pas étonnant qu’il soit devenu la vedette d’un article publié dans la revue Polar Research de l’Institut polaire norvégien. Il y est question des nouvelles possibilités offertes à la recherche écologique par les submersibles personnels comme ceux qui sont attachés au Viking Octantis, le navire d’expédition de Viking Cruises. C’est comparable à l’aide que les amateurs de plongée en eaux noires ont apportée aux sciences en aidant les chercheurs à observer des animaux qui sont difficiles et coûteux à observer.

Pour une méduse, le fantôme géant a de belles jambes, mais ces longs morceaux sont en fait des “bras oraux”. Crédit photo : Mark Niesink

“Ici, nous démontrons que les submersibles personnels, maintenant de plus en plus déployés par l’industrie des croisières d’expédition, peuvent être des navires d’opportunité pour la recherche biologique dans les régions polaires”, ont écrit les auteurs de l’article.

“Nous décrivons des observations directes du scyphozoaire Stygiomedusa gigantea, rarement rencontré, à des profondeurs d’eau de 80-280 m dans les eaux côtières de la péninsule Antarctique, comme un exemple du potentiel que les submersibles personnels présentent pour la communauté scientifique, et nous esquissons des pistes de recherche possibles pour utiliser ces plateformes à l’avenir.”

On pense que la méduse fantôme géante se cache n’importe où, de la surface de l’eau à une profondeur de 6 665 mètres, se nourrissant de plancton et de petits poissons. Sa cloche géante (la partie bulbeuse au sommet) peut atteindre un mètre de diamètre et traîne quatre bras oraux pour se nourrir.

Les submersibles personnels pourraient aider la science à accéder à une plus grande partie des profondeurs. Image reproduite avec l’aimable autorisation de Viking

Dans le cadre des expéditions Viking, des chercheurs invités se joignent à une équipe de 36 personnes et guident les invités dans leur travail scientifique au moyen d’excursions et de conférences. Les expéditions Viking se déroulent actuellement sur deux navires, le Viking Octantis et le Viking Polaris.

“Au cours de chaque voyage, nos invités participent à des activités scientifiques réelles et importantes”, a déclaré le Dr Damon Stanwell-Smith, responsable des sciences et de la durabilité chez Viking, dans une déclaration envoyée par courriel à IFLScience.

“Notre approche scientifique est centrée sur le fait d’avoir la plateforme pour explorer avec le personnel pour interpréter ce qui est trouvé, et nous pensons que c’est le premier de nombreux articles scientifiques qui résulteront des recherches menées à bord des navires d’expédition Viking.”

Les observations de S. gigantea sont publiées dans la revue Polar Research.

Lire aussi : Un couple capture des images rares d’un calmar géant nageant au large des côtes du Japon

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *