La Californie interdit aux médecins d’exprimer leur désaccord avec les politiciens


La conformité de la pensée est désormais requise, que ce soit en ligne, sur les campus universitaires ou, si vous êtes en Californie, dans une relation médecin-patient.

PayPal a récemment introduit une amende de 2 500 dollars pour toute personne impliquée dans “l’envoi, l’affichage ou la publication de tout message, contenu ou matériel” qui – “à la seule discrétion de PayPal”“promeut la désinformation”.

Après une tempête de critiques, PayPal a retiré cette politique, affirmant que tout cela était un malentendu et n’était pas une politique officielle – une explication peu convaincante de la part d’un site qui a l’habitude de bannir ceux qu’il considère comme politiquement incorrects.

Mais les médecins californiens n’ont pas eu ce répit.

Le gouverneur Gavin Newsom a récemment signé le projet de loi 2098 de l’Assemblée de Californie, faisant de cet Etat le premier à tenter de censurer ce que les médecins peuvent dire sur le COVID-19 à leurs patients. Il s’agit d’un effort dangereux, et probablement inconstitutionnel, auquel les autres Etats doivent résister.

La loi stipule que “constitue une conduite non professionnelle le fait pour un médecin et un chirurgien de diffuser des informations erronées ou désinformées concernant le COVID-19, y compris des informations fausses ou trompeuses concernant la nature et les risques du virus, sa prévention et son traitement, ainsi que le développement, la sécurité et l’efficacité des vaccins COVID-19”.

La loi californienne exige que le Medical Board of California prenne des mesures – pouvant aller jusqu’à la révocation de la licence – contre tout médecin agréé accusé de conduite non professionnelle. Mais en vertu du premier amendement, la réglementation du discours basée sur le contenu par les entités gouvernementales est présumée inconstitutionnelle et ne peut être justifiée que si le gouvernement prouve qu’elle est étroitement adaptée pour servir les intérêts impérieux de l’État.

Un arrêt de la Cour suprême de 2018, National Institute of Family and Life Advocates v. Becerra, a estimé que le discours professionnel – discours des praticiens agréés fondé sur leurs connaissances et leur jugement d’expert – est protégé par le Premier amendement.

La Cour a toutefois suggéré que les réglementations relatives à la conduite professionnelle qui portent accessoirement atteinte au discours pourraient être autorisées. Le discours qui fait partie de la pratique de la médecine a historiquement été soumis à une autorisation et à une réglementation raisonnables par les États.

Il semble clair que les démocrates ont fait pression sur la FDA pour retarder le vaccin COVID afin de nuire à Trump.

Il n’est pas clair si le fait de fournir des informations à un patient – comme le fait de savoir si le port d’un masque fonctionne et est nécessaire ou de discuter de la sécurité de l’apprentissage en personne – est suffisamment étroitement lié à la pratique et aux procédures médicales pour passer le cap constitutionnel. Cette question sera sans aucun doute tranchée lors de futurs litiges.

Mais la loi a clairement des problèmes constitutionnels dans la définition de la “désinformation” du COVID.

La définition de la loi est “une fausse information qui est contredite par un consensus scientifique contemporain contraire à la norme de soins”. C’est ridiculement et probablement inconstitutionnellement vague.

Comme l’a noté la Cour suprême, “les professionnels peuvent avoir une foule de désaccords de bonne foi, tant entre eux qu’avec le gouvernement, sur de nombreux sujets dans leurs domaines respectifs.”

Les médecins qui informent leurs jeunes patients en bonne santé que le virus pose un risque minuscule de maladie grave et de décès pour eux fournissent des informations véridiques, même si d’autres praticiens ou le gouvernement peuvent prétendre que cela est contraire à la norme de soins.

De même, dire à un parent, dans le cadre d’une discussion sur le consentement éclairé, que les vaccins ont actuellement une efficacité minimale pour limiter la transmission du COVID et de petits avantages pour les enfants en bonne santé, mais qu’ils ont également des effets secondaires incomplètement caractérisés, n’est pas une fausse information, même si la recommandation standard est que tout le monde devrait être vacciné.

La loi ne précise pas qui est l’arbitre du “consensus scientifique contemporain” sur le COVID.

Les CDC, qui ont régulièrement modifié ses recommandations au cours de la pandémie ?

Le Dr Anthony Fauci, qui a fait volte-face à plusieurs reprises sur l’efficacité des masques ?

Il est injuste, et probablement contraire à la procédure régulière, de demander aux praticiens de risquer leur licence sans leur dire qui ou quoi jugera leur discours.

En définitive, la loi californienne portera préjudice aux patients, en les privant d’informations et en sapant la confiance dans leurs médecins, qui auront peur de dire ce qu’ils pensent.

La nouvelle loi californienne est la dernière itération des efforts visant à imposer la conformité de la pensée et reflète les efforts déployés par les bureaucrates gouvernementaux tout au long de la pandémie pour faire pression sur les entreprises de médias sociaux afin qu’elles censurent ceux qui ne suivent pas la ligne officielle.

Lire aussi : Des médecins et des scientifiques poursuivent le gouvernement pour avoir censuré le discours pendant la pandémie de Covid

Source : New York Post – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *