Notre soleil a “volé” l’atmosphère de Mars et cela “pourrait arriver à la Terre”, dit la NASA

Mars avait son atmosphère, qui lui a permis de posséder des océans qui pourraient avoir vu la vie évoluer, mais cette atmosphère a été dépouillée par les vents solaires de notre propre soleil.

La NASA vient de faire l’annonce historique que les vents solaires se sont emparés des ions de l’atmosphère martienne et les ont dépouillé petit à petit.

L’atmosphère de Mars est maintenant un tout petit 1% de ce que nous avons ici sur Terre, ont dit les scientifiques.

Michael Myer, chercheur principal pour la mission Mars de la NASA, a dit qu’après avoir trouvé des preuves que l’eau a été en abondance sur Mars et pouvait abriter une vie microscopique, l’équipe de la mission Mars Atmosphere and Volatile Evolution (MAVEN) a regardé ce qui est arrivé à l’atmosphère, quelque chose a permis à l’eau de rester à la surface.

Il a dit : “Si vous regardez aujourd’hui, Mars est une planète froide, sèche. Donc qu’est-ce qu’il s’est passé ? Elle pourrait avoir été gelée, percutée par des astéroïdes ou des comètes et “déshabillée” par les vents solaires. Pour répondre à cela nous avons envoyé la mission MAVEN vers Mars”.

Il a dit que cette mission observera la haute atmosphère pour voir ce qui est arrivé.

Il a ajouté : “Nous regardons une mission en voie d’achèvement et tout se porte bien. Ainsi, pour répondre à la question, je citerai Bob Dylan : “La réponse est dans le vent””.

Il a dit que les vents solaires de notre propre soleil étaient responsables.

La Terre est actuellement percutée régulièrement par les mêmes vents solaires et on a demandé aux scientifiques si la même chose pourrait se produire ici, ce qui nous retirerait notre atmosphère, les océans et la vie.

David Brain, scientifique de la mission MAVEN, a dit brièvement, de façon alarmante, que c’était possible.

Il a dit : “La réponse est principalement oui. La Terre est en train de perdre des particules atomiques, mais la Terre a un grand bouclier magnétique et il ne permet pas une aussi grande dégradations des particules par rapport à Mars. La perte des particules qui manquent de n’importe quelle charge électrique peuvent toujours s’échapper aux régions polaires du champ magnétique de la Terre”.

Mais il a dit qu’il faudrait “un long moment à partir d’aujourd’hui” avant que l’atmosphère ne soit considérablement réduite.

Cependant, il a dit que si le champ magnétique de la Terre se coupe et si le noyau de notre planète refroidie, alors nous deviendrions “une grande Mars”.

Les éruptions solaires de ce genre étaient responsables de la disparition de Mars

Les éruptions solaires de ce genre étaient responsables de la disparition de l’atmosphère de Mars

Mars quand il était comme la Terre étant dépouillé de l'atmosphère et de l'eau

Mars était comme la Terre mais a été dépouillée de l’atmosphère et de l’eau

Les données de MAVEN ont également permis aux chercheurs de déterminer la vitesse à laquelle l’atmosphère martienne est actuellement en train de perdre du gaz à cause des vents solaires.

Les résultats révèlent que l’érosion de l’atmosphère de Mars augmente encore de manière significative au cours des tempêtes solaires.

Les résultats scientifiques de la mission apparaissent dans le numéro d’aujourd’hui de Science and Geophysical Research Letters.

John Grunsfeld, astronaute et administrateur associé de NASA Science Mission Directorate à Washington, a déclaré : “Mars semble avoir eu une épaisse atmosphère assez chaude pour supporter de l’eau liquide qui est un ingrédient clé de la vie telle que nous la connaissons actuellement. Comprendre ce qui est arrivé à l’atmosphère de Mars informera notre connaissance de la dynamique et de l’évolution de toute l’atmosphère planétaire. L’apprentissage de ce qui peut causer des changements à l’environnement d’une planète qui pourrait accueillir des microbes à sa surface est une question clé qui est abordé dans le voyage de la NASA vers Mars”.

Les mesures de MAVEN indiquent que le vent solaire enlève le gaz à un taux d’environ 100 grammes chaque seconde.

“Comme le vol de quelques pièces de monnaie dans une caisse enregistreuse tous les jours, la perte devient importante au fil du temps”, a déclaré Bruce Jakosky, chercheur principal de MAVEN à l’université du Colorado, Boulder.

Il a dit : “Nous avons vu que l’érosion atmosphérique augmente considérablement pendant les tempêtes solaires, nous pensons donc que le taux de perte était beaucoup plus élevé il y a des milliards d’années, quand le soleil était jeune et plus actif”.

De plus, une série de tempêtes solaires spectaculaires ont frappé ce qui reste de l’atmosphère de Mars pendant le mois de mars cette année, MAVEN a constaté que la perte s’est accélérée.

La combinaison d’un plus grand taux de pertes et l’augmentation des tempêtes solaires dans le passé suggère que la perte de l’atmosphère était probablement un processus important dans le changement du climat martien.

Il pourrait arriver à la Terre ... mais pas dans notre vie, dit la NASA

Cela pourrait arriver à la Terre… mais pas de notre vivant, dit la NASA

Le vent solaire est un flux de particules, principalement des protons et des électrons, découlant de l’atmosphère du soleil à une vitesse de plus d’un million de kilomètres par heure.

Le champ magnétique porté par le vent solaire peut générer un champ électrique, un peu comme une turbine sur Terre qui peut être utilisée pour produire de l’électricité.

Ce champ électrique accélère les atomes de gaz chargés électriquement, appelés ions, dans la haute atmosphère de Mars et les pousses dans l’espace.

Des régions anciennes sur Mars montrent des signe d’eau en abondance – comme les vallées creusées par les rivières et les dépôts minéraux qui ne se forment qu’en présence d’eau liquide.

Ces caractéristiques ont conduit les scientifiques à penser qu’il y a entre 4,2 et 3.7 milliards d’années, l’atmosphère de Mars était beaucoup plus dense et assez chaude pour former des rivières, des lacs, des océans et peut-être même de l’eau liquide.

Joe Grebowsky, scientifique du projet MAVEN à NASA’s Goddard Space Flight Center à Greenbelt dans le Maryland, a déclaré : “L’érosion du vent solaire est un mécanisme important pour la perte atmosphérique, et était assez important pour représenter des changements significatifs dans le climat martien. MAVEN étudie également d’autres processus de perte – comme la perte due à l’impact des ions ou l’évasion d’atomes d’hydrogène – et ceux-ci augmenteront l’importance de l’évasion atmosphérique”.

L’hiver dernier, des tests ont également été effectués pour analyser les niveaux de xénon dans des couches de roches et les comparer aux météorites de Mars.

Le rover martien Curiosity a conclu un examen détaillé des couches rocheuses de la “Pahrump Hills” dans le cratère Gale sur Mars l’hiver dernier.

Ensuite, les responsables du rover ont passé des mois à analyser l’atmosphère martienne pour le xénon, un gaz rare et lourd.

Un porte-parole de la NASA a déclaré : «Depuis que les gaz rares sont chimiquement inertes et ne réagissent pas avec d’autres substances dans l’air ou le sol, ils sont d’excellents traceurs de l’histoire de l’atmosphère. le xénon est présent dans l’atmosphère martienne en quantité faible et peut être directement mesuré seulement avec des expériences sur place”.

Mars a perdu son atmosphère à cause du soleil

Mars a perdu son atmosphère à cause du soleil

Melissa Trainer, l’une des scientifiques qui analysent les données, a déclaré : «Le xénon est une mesure fondamentale à faire sur une planète comme Mars ou Vénus, car il fournit des informations essentielles pour comprendre l’histoire des débuts de ces planètes et pourquoi elles sont si différentes de la Terre”.

Une atmosphère planétaire est composé de différents gaz, qui sont à leur tour constitués de variantes d’un même élément chimique appelé isotopes.

Quand une planète perd son atmosphère, ce processus peut affecter les ratios d’isotopes restants.

Le porte-parole a ajouté : “La mesure du xénon nous en dit plus sur l’histoire de la perte de l’atmosphère martienne. Les caractéristiques particulières du xénon – qui existe naturellement dans neuf isotopes différents – nous permet d’en apprendre plus sur le processus par lequel les couches de l’atmosphère de Mars ont été dépouillées en utilisant les mesures d’autres gaz. Un processus retire le gaz du sommet de l’atmosphère qui enlève des isotopes légers plus facilement que des isotopes plus lourds, ce qui laisse un ratio élevé d’isotopes plus lourds qu’à l’origine. La mesure des proportions des neuf isotopes de xénon retrace une période très tôt dans l’histoire de Mars. Les isotopes les plus légers fuyaient juste un peu plus vite que les isotopes lourds. Ces fuites ont affecté le ratio des isotopes dans l’atmosphère, et les ratios sont aujourd’hui la signature d’une retenue dans l’atmosphère pendant des milliards d’années. Cette signature a été déduite il y a plusieurs décennies à partir des mesures des isotopes sur de petites quantités de gaz atmosphérique martien piégé dans les roches de Mars qui ont fait leur chemin vers la Terre sous forme de météorites”.

Source : Daily Express

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *