Christine Assange : «Mon fils est lentement, cruellement et illégalement assassiné»


La mère de Julian Assange a accusé les gouvernements américain et britannique de tuer «lentement, cruellement et illégalement» le cofondateur de WikiLeaks, emprisonné actuellement à Londres, et qui risque une extradition vers les Etats-Unis.

maman-assange

La mère du lanceur d’alerte Julian Assange a lancé un véritable cri d’alarme sur le traitement infligé à son fils par les gouvernements américain et britannique.

«Mon fils Julian Assange est lentement, cruellement et illégalement assassiné par les gouvernements américain et britannique, pour du journalisme maintes fois primé révélant crimes de guerre et corruption !», a écrit Christine Assange sur son compte Twitter le 11 août.

Elle a joint à son tweet un lien vers le rapport d’un expert des Nations Unies qui a appelé à la fin de la «persécution collective» dont est victime le journaliste et lanceur d’alerte.

«La persécution collective de Julian Assange doit finir maintenant !», avait en effet exigé le 31 mai dans un communiqué Nils Melzer, expert indépendant de l’ONU et professeur de droit international. Il avait, en outre, ajouté que Julian Assange présentait «tous les symptômes [de] torture psychologique».

Depuis la diffusion de documents confidentiels concernant les forces américaines par WikiLeaks en 2010, «il y a eu une campagne implacable et sans retenue d’intimidation et de diffamation contre monsieur Assange, non seulement aux Etats-Unis, mais aussi au Royaume-Uni, en Suède et, plus récemment, en Equateur», a-t-il déploré.

Un constat préoccupant sur l’état de santé morale et physique du lanceur d’alerte qu’un récent témoignage est venu confirmer le 11 août. Après avoir rendu visite à Julian Assange en prison, le journaliste australien John Pilger a rapporté sur son compte Twitter : «J’ai aperçu son traitement barbare. Isolé, privé d’exercice, d’accès à la bibliothèque, à un ordinateur portable, il ne peut pas préparer sa défense. On lui refuse même les appels à ses avocats américains. Son avocat britannique a écrit au gouverneur le 4 juin. Silence. Quelle injustice.»

Quelques jours plus tôt, le 7 août, John Pilger écrivait déjà : «N’oubliez pas Julian Assange ou vous le perdrez. […] son état de santé s’est détérioré. Traité pire qu’un meurtrier, il est isolé, gavé de médicaments et privé des outils nécessaires pour se défendre […]. J’ai peur pour lui désormais. Ne l’oubliez pas.»

Julian Assange est actuellement incarcéré à la prison de haute sécurité de Belmarsh, dans la capitale anglaise, après avoir été arrêté à l’ambassade équatorienne à Londres en avril. Ses visiteurs ont, à maintes reprises, fait part de leurs préoccupations quant à sa santé.

Agé de 48 ans, il risque d’être extradé aux États-Unis, où il est accusé de possession et de diffusion d’informations classifiées. S’il est reconnu coupable, il pourrait être condamné jusqu’à 175 ans de prison. Fin mai, les Etats-Unis avaient en effet annoncé 17 nouveaux chefs d’inculpation contre le créateur de WikiLeaks, pouvant entraîner des peines de dix ans de prison chacun.

Les États-Unis cherchent à mettre la main sur Assange depuis près de 10 ans après, entre autres, la publication par WikiLeaks en 2010 de la vidéo intitulée «meurtre collatéral», qui montrait l’armée américaine tuer des journalistes et des civils en Irak en juillet 2007. Washington lui reproche d’avoir mis en danger certaines de leurs sources lors de la publication en 2010 d’environ 750 000 documents militaires et diplomatiques.

Le tribunal londonien de Westminster a annoncé le 14 juin que l’audience chargée de statuer sur l’éventuelle extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis se tiendrait en février 2020. «Une audience de cinq jours aura lieu en février, probablement à partir du 24».

Lire aussi : «Assange est un grand homme qui mérite le prix Nobel plutôt que l’emprisonnement»

Source : RT France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *