Cologne supprime la cathédrale emblématique de son logo parce qu’elle est trop « démodée »


“C’est nous-mêmes qui effaçons volontairement notre culture.”

Dans un autre signe d’effacement de l’identité nationale, la ville de Cologne, en Allemagne, est sur le point de retirer le symbole de la tour de sa cathédrale emblématique des documents officiels, car il est trop “démodé”.

Oui, vraiment.

La cathédrale de Cologne, classée au patrimoine mondial, est le monument le plus visité d’Allemagne et la plus grande cathédrale gothique d’Europe du Nord.

Mais cela ne l’a pas protégée des ravages du progressisme.

Les responsables de la ville ont payé une société de conseil pour commander une “analyse de marché” sur le logo, qui l’a jugé “démodé, encombrant et sans émotion”.

La ville a fait valoir que l’ancien design “ne rend pas justice au caractère d’une métropole vivable et très attrayante par rapport aux autres métropoles européennes”.

La décision d’éliminer le logo du papier à lettres officiel, des vêtements de travail et de toute autre signalisation officielle a suscité un tollé considérable.

“Le maire retire la cathédrale de Cologne du logo de la ville parce qu’elle est ‘démodée’. Personne ne conquiert notre pays. C’est nous-mêmes qui effaçons volontairement notre culture. Nous créons un vide que d’autres sont heureux de combler”, a tweeté Beatrix von Storch, vice-présidente du parlement du parti Alternative pour l’Allemagne.

Le président de la Société germano-hongroise, Gerhard Papke, a comparé l’effacement de la cathédrale au traitement réservé aux musulmans de Cologne, qui ont récemment obtenu l’autorisation de diffuser l’appel à la prière.

“La décision de Cologne de retirer la cathédrale du logo de la ville ne devrait pas être une surprise, puisque les mosquées ont récemment été expressément autorisées à appeler le muezzin”, a-t-il tweeté.

Nombreux sont ceux qui pensent que le retrait du logo fait partie du processus d’enrichissement culturel de l’Allemagne, qui a honte de son propre patrimoine.

Comme nous l’avons souligné plus tôt cette année, le parti politique allemand CDU envisage de supprimer le mot “chrétien” de son nom afin d’attirer une population plus diversifiée.

L’année dernière, la chancelière allemande de l’époque, Angela Merkel, a été contrainte d’admettre que sa décision de 2015 d’autoriser l’entrée d’un million de migrants dans le pays avait donné lieu à des “incidents épouvantables, comme ce qui s’est passé la nuit du Nouvel An à Cologne”, une référence à l’époque où des migrants nord-africains ont agressé sexuellement et violé un millier de femmes allemandes en une nuit.

De manière notoire, les féministes de Cologne ont réagi à l’incident en distribuant quelques jours plus tard des fleurs aux migrants dans le centre local pour réfugiés.


2 réponses

  1. maewen dit :

    Qu’attendre d’autre de la part des “élites” teutonnes historiquement à l’avant garde du pire ???

  2. Passnt par là dit :

    Les poutres des flèches de cette cathédrale sont en métal, donc moins combustibles que la charpente de Notre Dame (à moins qu’un 11 septembre….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *