FLASH INFO : L’UE a trouvé un moyen de censurer Internet comme le fait la Chine et ils voteront ce mois-ci

censurer Internet

Le 20 juin, un comité de l’UE votera sur une proposition de droit d’auteur appelée “Article 13” qui stipule que les sites permettant au public d’afficher du contenu (comme Facebook, Youtube, etc.) seront RESPONSABLES du partage de contenu protégé par le droit d’auteur par les utilisateurs de ces plateformes.

Il s’agit d’images, de contenus vidéo, de mèmes, de textes, de sons, etc. Actuellement, beaucoup de contenu partagé sur des plates-formes comme Facebook est protégé par le droit d’auteur, les mèmes par exemple, la plupart des mèmes sont juste une personne qui prend des images et y ajoute du texte, ce qui enfreint la loi sur le droit d’auteur. La plupart d’entre nous sont d’accord, cela nous aide à mieux nous exprimer. Après l’application de cette loi, des sites comme Facebook devront surveiller et bloquer le partage de ce type de contenu. Tous les remixes ou parodies peuvent être signalés. Actuellement, si vous êtes le détenteur des droits d’auteur et que votre contenu est partagé sur les médias sociaux sans votre permission, vous pouvez contacter le site et leur demander de le faire supprimer. L’article 13 bloquerait (très probablement en utilisant des algorithmes bogués) un tel contenu avant qu’il ne soit publié.

Nous savons comment les choses fonctionnent en Chine. Le gouvernement chinois censure l’information en ligne, tout ce avec quoi ils ne sont pas d’accord ne peut même pas être publié et la façon dont il fonctionne est de garder les hébergeurs responsables de ce que les sites Web publient. Les entreprises qui vendent de l’espace serveur surveillent si les sites qu’elles hébergent publient des choses que le gouvernement n’aimerait pas.

Ce que l’UE propose ici sonne de façon très similaire, ils veulent rendre les fournisseurs de services responsables de ce qui est partagé sur leurs plates-formes.

Vous pouvez imaginer où cela va évoluer. Ça commencera d’abord par Facebook ou Instagram ou YouTube prenant l’entière responsabilité du contenu publié par les utilisateurs à partir de la base des droits d’auteur. Évidemment, ils ne peuvent pas vérifier chaque élément de contenu manuellement, alors ils utiliseront un logiciel pour le faire. Nous savons que ces types d’algorithmes sont très bogués et qu’ils font des erreurs tout le temps. Une fois que le fait que les fournisseurs de services sont entièrement responsables des questions de droit d’auteur est entièrement approuvé, la prochaine chose à faire sera de les faire surveiller tout “discours de haine”, “fake news”, etc. Aujourd’hui, tout ce qui n’est pas approuvé par les gouvernements est étiqueté “fake news”. Les attaques du 11 septembre 2001 par exemple, si vous partagez une théorie selon laquelle la version officielle est invalide, cela fait de vous un théoricien de la conspiration et signifie que vous partagez des fake news, de sorte qu’il est évident que vous devez être censuré. Déjà en Californie, le projet de loi qui a été proposé obligerait les entreprises de médias sociaux à vérifier toutes les nouvelles ou informations publiées sur les plateformes avec des “vérificateurs de faits approuvés par l’État”.

Ne vous méprenez pas, cette législation est un cheval de Troie, ils veulent faire ce que fait la Chine et forcer les géants des médias sociaux à restreindre l’information qui est partagée sur ces plateformes. Si vous êtes citoyen de l’UE, vous pouvez envoyer un tweet ou appeler votre député. Pour en savoir plus à ce sujet, cliquez ici.

Nous devons agir vite, car il ne nous reste que quelques jours avant que la commission de l’UE vote sur cette loi le 20 juin.

Source : TruthTheory

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *