Après la mort, vous savez que vous êtes mort, disent les scientifiques


Certaines preuves attribuent un certain phénomène neurologique à une expérience de mort imminente.

L’heure du décès est prise en compte lorsqu’une personne est victime d’un arrêt cardiaque. C’est l’arrêt de l’impulsion électrique qui entraîne le battement du cœur. Par conséquent, le cœur se bloque. Le moment où le cœur s’arrête est considéré comme l’heure de la mort. Mais la mort prend-elle le dessus sur notre esprit immédiatement après ou s’installe-t-elle lentement ?

Certains scientifiques ont étudié les expériences de mort imminente (EMI) pour tenter de comprendre comment la mort l’emporte sur le cerveau. Ce qu’ils ont découvert est remarquable, une poussée d’électricité entre dans le cerveau quelques instants avant la mort cérébrale. Une étude réalisée en 2013 à l’Université du Michigan, qui a examiné les signaux électriques à l’intérieur de la tête de rats, a révélé qu’ils étaient entrés en état d’hyper-alerte juste avant leur mort.

Les scientifiques commencent à penser qu’une EMI est causée par une diminution du flux sanguin, associée à un comportement électrique anormal à l’intérieur du cerveau. Le tunnel stéréotypé de la lumière blanche pourrait donc provenir d’une poussée de l’activité neuronale. Le Dr Sam Parnia est directeur de la recherche en soins intensifs et en réanimation à la Langone School of Medicine de l’Université de New York, à New York. Lui et ses collègues étudient comment le cerveau meurt exactement.

Dans le cadre de travaux antérieurs, il a mené des études sur des animaux portant sur les moments qui précèdent et qui suivent la mort. Il a aussi enquêté sur des expériences de mort imminente. “Souvent, ceux qui ont vécu de telles expériences parlent de flotter dans la pièce et de se rendre compte que l’équipe médicale travaille sur leur corps”, a déclaré le Dr Parnia à Live Science. “Ils décrivent l’observation des médecins et des infirmières en train de travailler et ils décrivent le fait d’être au courant de conversations complètes, de choses visuelles qui se déroulaient, qu’ils n’auraient jamais connues autrement.”

Le personnel médical le confirme, dit-il. Alors comment ceux qui étaient techniquement morts pouvaient-ils être au courant de ce qui se passe autour d’eux ? Même après que notre respiration et nos battements cardiaques se soient arrêtés, nous sommes conscients pendant environ 2 à 20 secondes, dit le Dr Parnia. C’est la durée de vie du cortex cérébral sans oxygène. C’est la partie de la pensée et de la prise de décision du cerveau. Il est aussi responsable de déchiffrer l’information recueillie à partir de nos sens.

Selon Parnia, au cours de cette période, “vous perdez tous vos réflexes du tronc cérébral – votre réflexe nauséeux, votre réflexe pupillaire, tout s’en va”. Les ondes cérébrales du cortex cérébral deviennent rapidement indétectables. Malgré cela, notre organe pensant peut mettre des heures à s’éteindre complètement.

Habituellement, lorsque le cœur cesse de battre, quelqu’un effectue une RCR (réanimation cardiorespiratoire). Cela fournira environ 15 % de l’oxygène nécessaire au fonctionnement normal du cerveau. “Si vous parvenez à redémarrer le cœur, ce que la RCR tente de faire, vous remettrez graduellement le cerveau en état de fonctionner”, a dit Mme Parnia. “Plus vous faites de RCP, plus les voies de la mort des cellules cérébrales sont encore en cours, mais à un rythme légèrement plus lent.”

La dernière étude en cours du Dr Parnia porte sur un grand nombre d’Européens et d’Américains qui ont subi un arrêt cardiaque et qui ont survécu. “De la même manière qu’un groupe de chercheurs pourrait étudier la nature qualitative de l’expérience humaine de l’amour”, dit-il, “nous essayons de comprendre les caractéristiques exactes que les gens ressentent lorsqu’ils passent par la mort, parce que nous comprenons que cela va refléter l’expérience universelle que nous allons tous avoir quand nous allons mourir”.

L’un des objectifs est d’observer comment le cerveau agit et réagit lors d’un arrêt cardiaque, au cours du processus de la mort et pendant le réveil. Combien d’oxygène faut-il exactement pour redémarrer le cerveau ? Comment le cerveau est-il affecté après le réveil ? Apprendre où les lignes sont tracées pourrait améliorer les techniques de réanimation, ce qui pourrait sauver d’innombrables vies chaque année.

“En même temps, nous étudions également l’esprit et la conscience humains dans le contexte de la mort”, dit Parnia, “pour comprendre si la conscience s’annihile ou si elle continue après la mort pendant un certain temps – et comment cela se rapporte à ce qui se passe dans le cerveau en temps réel.”

Pour en savoir plus sur la perspective scientifique d’une expérience de mort imminente, cliquez ici :

Lire aussi : La science peut-elle expliquer les expériences de mort imminente ?

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *