Comment le stress chronique modifie le cerveau – et ce que vous pouvez faire pour inverser les dégâts


Un peu de stress fait partie de notre vie quotidienne, ce qui peut même être bon pour nous. Surmonter des événements stressants peut nous rendre plus résistants.

Mais lorsque le stress est grave ou chronique, par exemple à la suite de l’échec d’un mariage ou d’un partenariat, d’un décès dans la famille ou d’un harcèlement, il faut y faire face immédiatement.

En effet, un stress répété peut avoir un impact énorme sur notre cerveau, nous exposant à un certain nombre de problèmes physiques et psychologiques.

Le stress répété est un déclencheur important d’une inflammation persistante dans l’organisme. L’inflammation chronique peut entraîner toute une série de problèmes de santé, notamment le diabète et les maladies cardiaques. Le cerveau est normalement protégé des molécules en circulation par une barrière hémato-encéphalique. Mais sous l’effet d’un stress répété, cette barrière devient perméable et les protéines inflammatoires circulantes peuvent pénétrer dans le cerveau.

L’hippocampe du cerveau est une région cérébrale critique pour l’apprentissage et la mémoire, et est particulièrement vulnérable à de telles agressions. Des études chez l’homme ont montré que l’inflammation peut avoir des effets néfastes sur les systèmes cérébraux liés à la motivation et à l’agilité mentale.

Il existe également des preuves d’effets de stress chronique sur les hormones du cerveau, notamment le cortisol et le facteur de libération de la corticolibérine (CRF). Des taux élevés et prolongés de cortisol ont été associés à des troubles de l’humeur ainsi qu’à un rétrécissement de l’hippocampe. Il peut également causer de nombreux problèmes physiques, notamment des cycles menstruels irréguliers.

Humeur, cognition et comportement

Il est bien établi que le stress chronique peut conduire à la dépression, qui est l’une des principales causes de handicap dans le monde. Il s’agit également d’une affection récurrente : les personnes qui ont souffert de dépression risquent d’avoir de nouvelles crises de dépression, en particulier en cas de stress.

Les raisons en sont multiples et peuvent être liées à des modifications du cerveau. La réduction de l’hippocampe que peut provoquer une exposition persistante aux hormones du stress et une inflammation continue est plus fréquente chez les patients dépressifs que chez les personnes en bonne santé.

Le stress chronique modifie également, en fin de compte, les substances chimiques du cerveau qui modulent la cognition et l’humeur, notamment la sérotonine. La sérotonine est importante pour la régulation de l’humeur et le bien-être. En fait, les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) sont utilisés pour restaurer l’activité fonctionnelle de la sérotonine dans le cerveau chez les personnes souffrant de dépression.

La perturbation du sommeil et du rythme circadien est une caractéristique commune à de nombreux troubles psychiatriques, notamment la dépression et l’anxiété. Les hormones de stress, comme le cortisol, jouent un rôle modulateur clé dans le sommeil. Des taux élevés de cortisol peuvent donc perturber notre sommeil. Le rétablissement des habitudes de sommeil et des rythmes circadiens peut donc constituer une approche thérapeutique pour ces affections.

La dépression peut avoir d’énormes conséquences. Nos propres travaux ont démontré que la dépression altère la cognition dans les domaines non émotionnels, comme la planification et la résolution de problèmes, et dans les domaines émotionnels et sociaux, comme la création d’un biais attentionnel vers des informations négatives.

Outre la dépression et l’anxiété, le stress chronique et son impact au travail peuvent entraîner des symptômes d’épuisement professionnel (burn-out), qui sont également liés à une fréquence accrue de défaillances cognitives dans la vie quotidienne. Comme les individus doivent assumer une charge de travail accrue au travail ou à l’école, cela peut entraîner une diminution du sentiment de réussite et une plus grande vulnérabilité à l’anxiété, créant ainsi un cercle vicieux.

Le stress peut également interférer avec notre équilibre entre la pensée rationnelle et les émotions. Par exemple, les nouvelles stressantes concernant la propagation mondiale du nouveau coronavirus ont amené les gens à accumuler des désinfectants pour les mains, des mouchoirs et du papier toilette. Les magasins se vident de ces produits, bien que le gouvernement ait assuré qu’il y avait des stocks suffisants.

En effet, le stress peut contraindre le cerveau à adopter un “système d’habitudes”. Sous l’effet du stress, les zones du cerveau comme le putamen, une structure ronde à la base du cerveau antérieur, sont plus activées. Une telle activation a été associée à un comportement de thésaurisation. De plus, dans les situations de stress, le cortex préfrontal ventromédial, qui joue un rôle dans la cognition émotionnelle – comme l’évaluation des affiliations sociales et l’apprentissage de la peur – peut renforcer les peurs irrationnelles. En fin de compte, ces peurs l’emportent essentiellement sur la capacité habituelle du cerveau à prendre des décisions froides et rationnelles.

Surmonter le stress

Que faire alors si vous souffrez de stress chronique ? Heureusement, il existe des moyens de le combattre. Le projet Foresight du gouvernement britannique sur le capital mental et le bien-être a recommandé des moyens fondés sur des preuves pour améliorer le bien-être mental.

Nous savons, par exemple, que l’exercice physique a établi des bienfaits contre le stress chronique. L’exercice s’attaque à l’inflammation en provoquant une réponse anti-inflammatoire. De plus, l’exercice augmente la neurogenèse – la production de nouvelles cellules du cerveau – dans des zones importantes, comme l’hippocampe. Il améliore également l’humeur, la cognition et la santé physique.

Un autre moyen clé de vaincre le stress consiste à se rapprocher des personnes qui vous entourent, comme votre famille, vos amis et vos voisins. Lorsque vous êtes stressé, le fait de vous détendre et d’interagir avec vos amis et votre famille vous distraira et contribuera à réduire les sentiments de stress.

L’apprentissage peut être une méthode moins évidente. L’éducation conduit à une réserve cognitive – un stock de capacités de réflexion – qui offre une certaine protection lorsque nous avons des événements négatifs dans la vie. En fait, nous savons que les gens sont moins susceptibles de souffrir de dépression et de problèmes de cognition s’ils disposent d’une meilleure réserve cognitive.

Parmi les autres méthodes, on peut citer la pleine conscience, qui nous permet d’être attentif et curieux du monde qui nous entoure et de passer du temps dans l’instant. Le don en est une autre : le bénévolat ou le don à une organisation caritative active le système de récompense dans votre cerveau et favorise des sentiments positifs sur la vie.

Il est important, lorsque vous êtes en proie à un stress chronique, de ne pas attendre et de laisser les choses prendre le dessus. Un dépistage et un traitement efficaces et précoces sont la clé d’un bon résultat et d’un bon bien-être. N’oubliez pas d’agir de manière holistique pour améliorer votre humeur, votre façon de penser et votre santé physique.

Et vous ne devez pas attendre d’être submergé par le stress. En fin de compte, il est important que nous apprenions dès notre plus jeune âge à maintenir notre cerveau en bonne santé tout au long de notre vie.

Lire aussi : Une étude montre l’effet des caresses de votre chien ou de votre chat sur les niveaux de stress

Source : The Conversation – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *