Un multivers dans notre cerveau ? Les scientifiques ont découvert 11 dimensions différentes dans le cerveau humain

11 dimensions

Nous avons trouvé un monde que nous n’avions jamais imaginé. Il y a des dizaines de millions de ces objets même dans un minuscule bout du cerveau, à travers sept dimensions. Dans certains réseaux, nous avons même trouvé des compositions jusqu’à onze dimensions.

Dans ce que beaucoup qualifient de découverte révolutionnaire, une étude scientifique a trouvé des structures multidimensionnelles à l’intérieur du cerveau humain.

De nombreux chercheurs s’accordent à dire que le cerveau humain peut facilement être considéré comme le système le plus complexe de l’univers, et malgré le fait que nous ne pouvons pas être sûrs s’il s’agit d’une vision anthropomorphique de la réalité, la vérité est que sa fonction et ses mystères continuent de surprendre les scientifiques.

11 dimensions

La partie gauche de l’image montre une copie numérique d’une partie du néocortex, dont les scientifiques disent qu’elle est la partie la plus évoluée du cerveau. À droite, nous voyons une représentation des structures de différentes dimensions. Crédit Image : Blue Brain Project.

Maintenant, une étude scientifique a alimenté, encore plus, le mystère qui entoure notre cerveau, car les experts ont découvert que ce qu’ils considèrent comme “11 dimensions différentes à l’intérieur du cerveau humain”.

Une équipe de scientifiques dirigée par Henry Markram a découvert que le cerveau exploite jusqu’à 11 dimensions différentes, produisant des formations multidimensionnelles “que nous n’avions jamais imaginées”.

La découverte peut sembler très déroutante aux lecteurs, mais je vais essayer de la simplifier le plus possible.

L’équipe de chercheurs, qui étudient le cerveau dans le but de reproduire un “cerveau fonctionnel”, a utilisé un modèle mathématique avancé pour dévoiler l’architecture cachée du cerveau, qui devient brevetable lorsque l’information est traitée. Ceci est connu sous le nom de topologie algébrique et est décrit comme utilisant à la fois un microscope et un télescope.

“La topologie algébrique est comme un télescope et un microscope en même temps. Il peut zoomer dans les réseaux pour trouver des structures cachées (les arbres de la forêt) et voir les espaces vides (les clairières) tout ça en même temps”, a précisé l’auteure de l’étude, Kathryn Hess, dans une déclaration.

L’équipe a découvert que le cerveau humain forme des groupes de neurones appelés cliques.

Au sein de ces groupes, chaque neurone se connecte à tous les autres et produit un objet géométrique ; plus le nombre de neurones est élevé, plus les dimensions sont grandes.

Les scientifiques ont pu observer jusqu’à 11 dimensions différentes, appelées cavités.

Les scientifiques expliquent que les soi-disant “cavités” sont une sorte de trou hyper-dimensionnel qui émergent pour traiter l’information, puis disparaissent.

Ces cavités se produisent comme la géométrie du traitement de l’information.

En visualisant cela, l’un des chercheurs, Ran Levi a décrit l’observé en disant :

“C’est comme si le cerveau répondait à un stimulus en construisant puis en rasant une tour de blocs multidimensionnels, en commençant par des tiges (1D), puis des planches (2D), puis des cubes (3D), et ensuite des géométries plus complexes avec 4D, 5D, etc. La progression de l’activité à travers le cerveau ressemble à un château de sable multidimensionnel qui se matérialise hors du sable et se désintègre “, dit-il.

Selon Henry Markram, directeur de Blue Brain Project, cela pourrait expliquer pourquoi le cerveau est si difficile à comprendre : les mathématiques que nous utilisons ne peuvent pas détecter les structures multidimensionnelles.

“Les mathématiques généralement appliquées à l’étude des réseaux ne peut pas détecter les structures à haute dimension et les espaces que nous voyons maintenant clairement”, dit-il.

“Nous avons trouvé un monde que nous n’avions jamais imaginé. Il y a des dizaines de millions de ces objets même dans un petit grain du cerveau, à travers sept dimensions. Dans certains réseaux, nous avons même trouvé des structures jusqu’à onze dimensions.”

L’étude a été publiée dans Frontiers of Computational Neuroscience.

Source : Ancient Code

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *