Un tiers des oiseaux a disparu en France à cause des pesticides

De nouvelles recherches ont montré que les populations d’oiseaux dans les campagnes françaises ont diminué d’un tiers en seulement 15 ans.

Après avoir appris que des dizaines d’espèces ont décliné en nombre, Benoit Fontaine, biologiste de conservation au Muséum national d’histoire naturelle de France et co-auteur de l’une des études, a commenté : “La situation est catastrophique. Notre campagne est en train de devenir un véritable désert.” Parmi les espèces qui ont chuté d’au moins un tiers, on trouve la gorge blanche commune, le bruant ortolan et l’alouette des champs, tandis que le pipit farlouse, un oiseau chanteur migrateur, a chuté d’un énorme 70%.

Le musée a expliqué que le rythme et l’ampleur du déclin atteint “un niveau proche d’une catastrophe écologique”. Les chercheurs ont conclu que l’une des principales causes de ce déclin abrupt est l’utilisation intensive de pesticides sur les cultures, y compris le blé et le maïs, qui tue les insectes que les oiseaux mangent, épuisant ainsi leur source de nourriture. Vincent Bretagnolle, écologiste du CNRS au Centre d’études biologiques de Chize, a déclaré : “Il ne reste presque plus d’insectes, c’est le problème numéro un.”

En outre, il a également mentionné l’étude récente menée dans toute l’Europe qui a révélé que les insectes volants ont diminué de 80 %, ainsi que les populations d’oiseaux qui ont diminué en seulement 30 ans. Cela s’est produit malgré les plans du gouvernement visant à réduire l’utilisation des pesticides de 50 % d’ici 2020, les ventes ayant augmenté régulièrement en France. Selon les chiffres de l’Union européenne, les ventes de pesticides ont atteint plus de 75 000 tonnes de matière active en 2014.

Bretagnolle a déclaré : “Ce qui est vraiment alarmant, c’est que tous les oiseaux d’un milieu agricole déclinent à la même vitesse, même les oiseaux ‘généralistes’. Cela montre que la qualité globale de l’écosystème agricole se détériore.”

Les scientifiques ont également affirmé que le rétrécissement des forêts, l’absence de jachère dans les champs et l’expansion des monocultures ont également joué un rôle dans le déclin de la faune sauvage. “Si la situation n’est pas encore irréversible, tous les acteurs du secteur agricole doivent travailler ensemble pour changer leurs pratiques”, a ajouté M. Fontaine.

Source : TruthTheory

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *