Cette année, nous verrons un trou noir pour la première fois dans l’histoire

trou noir

Au cours des 12 prochains mois, les astrophysiciens croient qu’ils seront en mesure de faire quelque chose qui n’a jamais été fait auparavant, et cela pourrait avoir des implications importantes pour notre compréhension de l’Univers. Un trou noir est un point dans l’espace avec une attraction gravitationnelle si forte que même la lumière ne peut pas s’en échapper. Albert Einstein a prédit l’existence des trous noirs dans sa théorie de la relativité générale, mais même lui n’était pas convaincu qu’ils existaient réellement. Jusqu’à présent, personne n’a été en mesure de prouver concrètement leur présence. L’Event Horizon Telescope (litt. : Télescope de l’horizon des événements) (EHT) pourrait changer cela.

L’EHT n’est pas vraiment un télescope mais un réseau de télescopes autour du globe. En travaillant en harmonie, ces appareils peuvent fournir tous les composants nécessaires pour capturer une image d’un trou noir.

“Tout d’abord, il faut un grossissement ultra-élevé ; l’équivalent de pouvoir compter les fossettes sur une balle de golf à Los Angeles quand on est assis à New York”, a déclaré Sheperd Doeleman, directeur de l’EHT, à Futurism.

Ensuite, dit Doeleman, il faut trouver un moyen de voir à travers le gaz dans la Voie lactée et le gaz chaud qui entoure le trou noir lui-même. Cela nécessite un télescope aussi grand que la Terre, et c’est là que l’EHT entre en jeu.

trou noir

Le Grand Télescope Millimétrique au Mexique au lever du soleil. Crédit Image : Ana Torres Campos

L’équipe de l’EHT a créé un “télescope virtuel de la taille de la Terre”, a déclaré M.  Doeleman, en utilisant un réseau d’antennes radio individuelles disséminées à travers la planète. Ils synchronisaient les antennes de façon à ce qu’elles puissent être programmées pour observer le même point dans l’espace en même temps et enregistrer les ondes radio détectées sur les disques durs.

L’idée était qu’en combinant ces données à une date ultérieure, l’équipe EHT pourrait produire une image comparable à celle qui aurait pu être créée à l’aide d’un seul télescope terrestre.

En avril 2017, l’équipe EHT a mis pour la première fois son télescope à l’essai. Au cours de ces cinq nuits, huit antennes paraboliques à travers le monde se sont focalisées sur Sagittaire A*, un point au centre de la Voie Lactée que les chercheurs croient être l’emplacement d’un trou noir supermassif.

Les données du télescope du South Pole Telescope n’ont été transmises à l’observatoire Haystack du MIT qu’à la mi-décembre en raison d’un manque de vols cargo à partir de la région. Maintenant que l’équipe a les données des huit antennes paraboliques, elle peut commencer son analyse dans l’espoir de produire la première image d’un trou noir.

Prouver qu’Einstein a raison (ou tort)

Non seulement l’image d’un trou noir prouverait qu’ils existent, mais elle révélerait aussi de nouvelles perspectives sur notre Univers.

“L’impact des trous noirs sur l’Univers est énorme”, dit Doeleman. “On croit maintenant que les trous noirs supermassifs au centre des galaxies et les galaxies dans lesquelles ils vivent évoluent ensemble au cours des temps cosmiques, donc observer ce qui se passe près de l’horizon des événements nous aidera à comprendre l’Univers à plus grande échelle.”

À l’avenir, les chercheurs pourraient prendre des images d’un seul trou noir au fil du temps. Cela permettrait aux scientifiques de déterminer si la théorie de la relativité générale d’Einstein est vraie à la limite du trou noir, ainsi que d’étudier comment les trous noirs se développent et absorbent la matière, a déclaré Doeleman.

Néanmoins, les observations d’avril de Sagittaire A* ne sont que les premières à utiliser l’EHT.

“Bien sûr, nous n’avons aucune garantie de ce que nous verrons, et la nature pourrait nous lancer une balle courbe. Cependant, l’EHT est maintenant opérationnel, donc au cours des prochaines années, nous travaillerons à faire une image pour voir à quoi ressemble réellement un trou noir”, a-t-il dit à Futurism.

Même si toute l’équipe est enthousiaste à l’idée de produire cette image jamais vue auparavant, elle s’assure aussi de travailler soigneusement et délibérément sur les données, a dit M. Doeleman, et n’a donc pas fixé de date pour la préparation des résultats.

Pourtant, nous sommes plus près que jamais de capturer enfin l’image d’un trou noir, et il n’ y a pas de mal à espérer que l’équipe EHT franchira la ligne d’arrivée en 2018.

Source : Futurism

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *