De mystérieux signaux radio provenant d’une galaxie lointaine ont été découverts

Les sursauts radio rapides (fast radio burst, FRB) sont des sursauts d’ondes radio d’une durée de quelques millisecondes d’origine physique inconnue. Ils trouvent leur origine loin de la Voie Lactée, mais leur véritable cause reste un mystère. Seulement quelques douzaines de FRB ont été détectés jusqu’à présent et un seul d’entre eux s’est répété. Aujourd’hui, une équipe dirigée par des Canadiens ajoute 13 autres FRB à la liste, y compris un autre qui se répète.

Tel que rapporté dans deux articles publiés dans Nature (ici et ici), les signaux ont été détectés par le tout nouveau radiotélescope CHIME, le Canadian Hydrogen Intensity Mapping Experiment. Sept des FRB avaient des fréquences radio incroyablement basses – les fréquences les plus basses de la gamme CHIME. Cela suggère qu’elles pourraient s’étendre à des fréquences encore plus basses, de sorte que certains modèles devront être reconsidérés.

“Quelle que soit la source de ces ondes radio, il est intéressant de voir l’étendue de la gamme de fréquences qu’elles peuvent produire”, a déclaré Arun Naidu, membre de l’équipe de l’Université McGill, dans un communiqué. “Il y a des modèles où la source ne peut rien produire en dessous d’une certaine fréquence.”

Le sursaut répété s’appelle FRB 180814 et on pense qu’il est deux fois moins proche de nous que le précédent, FRB 121102. On pense que cette dernière provient d’une galaxie naine située à 3 milliards d’années-lumière, peut-être à cause d’une étoile à neutrons qui se déplace dans un champ magnétique extrêmement puissant.

“Jusqu’à présent, il n’y avait qu’un seul FRB répétitif connu. Sachant qu’il en existe un autre, cela suggère qu’il pourrait y en avoir davantage”, a ajouté Ingrid Stairs, membre de l’équipe du CHIME et astrophysicienne à l’Université de la Colombie-Britannique. “Et avec plus de répéteurs et plus de sources disponibles pour l’étude, nous pourrons peut-être comprendre ces puzzles cosmiques – d’où ils viennent et ce qui les cause.”

L’équipe a également observé beaucoup de dispersion dans les signaux radio de la majorité des nouveaux FRB, ce qui suggère que les environnements d’où ils proviennent laissent une marque distincte sur eux.

“Cela pourrait signifier une sorte d’amas dense comme un reste de supernova”, explique Cherry Ng, membre de l’équipe et astronome à l’Université de Toronto. “Ou près du trou noir central d’une galaxie. Mais il faut que ce soit dans un endroit spécial pour nous donner toute la dispersion que nous voyons.”

Les résultats élargissent considérablement ce que nous savons sur les FRB. Le mystère n’a pas encore été élucidé, mais nous nous rapprochons beaucoup plus de la découverte des processus qui alimentent ces incroyables événements cosmiques.

Lire aussi : Des astronomes ont détecté un mystérieux signal radio intense et de fréquence faible en provenance de l’espace

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *