Facebook met de côté 3 milliards de dollars d’avance sur l’amende record de la FTC

Pour violation de la vie privée

Facebook-amende

Facebook recommence à regagner du terrain après de nombreuses difficultés d’ordre financier et d’effectif d’utilisateurs vécues suite à de nombreuses attaques contre sa plateforme occasionnant des violations des données utilisateur, mais aussi suite au rocambolesque scandale Cambridge Analytca qui a affecté la vie privée de plus de 87 millions de personnes dans le monde entier. C’est d’ailleurs ce scandale qui est à l’origine d’une amende qui fait l’objet de négociation depuis plusieurs mois entre Facebook et les responsables de la Federal Trade Commission des États-Unis et dont le montant a été estimé par Washington Post pour la première fois en février dernier à plusieurs milliards de dollars.

En effet, la FTC a enquêté sur des révélations selon lesquelles Facebook aurait partagé de manière inappropriée des informations appartenant à plusieurs dizaines de millions d’utilisateurs avec la société de conseil politique britannique Cambridge Analytica aujourd’hui disparue. L’enquête consistait à vérifier si le partage des données et d’autres litiges ont transgressé un accord conclu en 2011 avec la FTC pour protéger la vie privée des utilisateurs. En 2011, Facebook a signé un décret de consentement avec la FTC, acceptant de ne plus tromper ses utilisateurs en leur disant que certaines informations de leurs profils resteraient confidentielles. Si Facebook et la FTC ne parviennent pas à un accord sur l’amende, l’agence pourrait choisir de poursuivre Facebook en justice pour sa négligence passée en matière de confidentialité des utilisateurs.

Toutefois, ces difficultés n’ont pas entamé la détermination du plus grand réseau social du monde. La société a publié le mercredi ses résultats du premier trimestre 2019 qui ont dépassé les estimations de bénéfices de Wall Street. L’entreprise a aussi profité de l’occasion pour annoncer qu’elle a mis de côté 3 milliards de dollars afin de couvrir le règlement avec la FTC, mettant ainsi fin aux inquiétudes de ses investisseurs concernant le résultat de l’enquête fédérale. Le trimestre a été marqué également par la poursuite de l’augmentation mensuelle et quotidienne du nombre d’utilisateurs actifs de Facebook.

Facebook a annoncé une augmentation de 26 % de son chiffre d’affaires d’une année sur l’autre, représentant une hausse de 15,1 milliards dollars, contre 12,0 milliards de dollars au cours de la même période l’an dernier. Ces résultats ont ainsi dépassé l’estimation moyenne des analystes qui s’établit à 15,0 milliards, selon Reuters. Les 3 milliards de dollars que Facebook a décidé de mettre de coté pour l’amande des régulateurs qui pourrait intervenir plus tard cette année représente 6 % de son encaisse et de ses titres négociables disponibles.

Facebook a écrit à ce sujet dans son état des résultats :

« Au premier trimestre de 2019, nous avons raisonnablement estimé une perte probable et comptabilisé une charge à payer de 3 milliards de dollars relativement à l’enquête de la FTC sur notre plateforme et nos pratiques en matière de données utilisateur, laquelle charge est incluse dans les charges à payer et autres passifs à court terme de notre bilan consolidé résumé ». « Nous estimons que les pertes dans ce problème se situent entre 3 et 5 milliards de dollars. La question n’est toujours pas résolue, et il n’y a aucune garantie quant au moment ou aux modalités de tout résultat final »,a-t-il ajouté.

Cette provision relative à l’amande a eu un impact négatif considérable sur le bénéfice du premier trimestre de Facebook. Après déduction, le bénéfice est, non seulement, largement inférieur à celui de la même période de l’an dernier, mais a également une incidence négative sur le bénéfice par action de la société. Toutefois, le géant des réseaux sociaux continue de croître et a, par ailleurs, surpassé toutes les attentes des analystes si elle n’avait pas mis de l’argent de côté pour l’amende.

Le succès trimestriel de l’entreprise n’est pas seulement financier. Selon les données de Facebook, la plateforme est en train de renouer avec la confiance des utilisateurs. Le nombre de personnes qui ont consulté Facebook quotidiennement, au premier trimestre, a augmenté de 8 % par rapport à la même période l’an dernier, pour atteindre 1,56 milliard. Le nombre mensuel de visiteurs de la plateforme a connu également une augmentation de 8 %, représentant 2,38 milliards de visiteurs.

Une part importe de l’activité de Facebook repose actuellement sur le mobile, a affirmé la société qui soutient que 93 % de ses revenus publicitaires proviennent de sa collection d’applications mobiles. Facebook n’a pas manqué de publier le nombre de personnes qui utilisent au moins une application de l’ensemble de ses plateformes numériques. « Environ 2,7 milliards de personnes utilisent Facebook, WhatsApp, Instagram ou Messenger chaque mois », a-t-il expliqué. « En moyenne, plus de 2,1 milliards de personnes utilisent un de nos services chaque jour ».

Les autres défis dont Facebook devra faire face

Facebook s’apprête à faire face à une amende civile record jamais perçue par la FTC dont le montant pourrait atteindre 5 milliards de dollars. David Vladeck, un ancien fonctionnaire de la FTC qui est maintenant professeur à la Georgetown Law School a déclaré : « Tout le monde s’attendait à ce qu’il y ait une sanction civile substantielle dans cette affaire ». « Il ne fait aucun doute que Facebook va devoir régler cette affaire. Les investisseurs attendent ça d’eux. »

Cependant, même une fois l’enquête FTC résolue, Facebook devra faire face à d’autres défis qui existent déjà.

Reuters rapporte que le nombre d’utilisateurs de Facebook a stagné aux États-Unis, au Canada et en Europe, indiquant une saturation dans les marchés les plus lucratifs de l’entreprise. C’est maintenant en Asie que sa base d’utilisateurs la plus importante et dont la croissance est la plus rapide se trouve. Selon Reuters, en Asie, le nombre mensuel d’utilisateurs actifs a fait un bond de 12,4 % par rapport à l’an dernier et la région représente désormais près de la moitié de l’ensemble des utilisateurs de Facebook. Le problème est que cette base d’utilisateurs la plus importante a rapporté à l’entreprise moins d’un cinquième de son revenu. Selon Reuters, ce changement géographique, conjugué à la lenteur des annonceurs à adopter de nouveaux services comme Stories, a entraîné une baisse de 4 % du prix moyen par annonce au cours du premier trimestre.

Facebook fait également face à la perspective d’une action de la part des législateurs, selon Reuters. Certains réclament une réglementation fédérale en matière de protection de la vie privée et des mesures antitrust pour démanteler les grandes entreprises technologiques comme Facebook.

Reuters rapporte que le représentant David Cicilline, qui préside le sous-comité de la Commission judiciaire de la Chambre des représentants des États-Unis sur les questions antitrust, a déclaré sur Twitter que Facebook était « un récidiviste » et a appelé à une réponse de la FTC « suffisamment forte pour prévenir de futures violations ».

Facebook, qui travaille à unifier ses différentes plateformes, fait également face à la menace de démantèlement de la part des potentiels futurs présidents des Etats-Unis. La candidate démocrate à l’élection présidentielle américaine 2020, Elizabeth Warren, s’est engagée à démanteler des entreprises comme Facebook une fois qu’elle sera élue présidente des Etats-Unis. Selon elle, il est grand temps de s’attaquer à la domination croissante des plus grandes entreprises technologiques des États-Unis qui ne permettent pas aux petites et aux nouvelles entreprises de s’épanouir sur un marché déjà conditionné par leur influence.

Pete Buttigieg, un autre candidat démocrate à l’élection présidentielle américaine de 2020, a déclaré publiquement qu’il souhaitait que la FTC soit plus agressive dans sa lutte contre les monopoles technologiques. Un professeur de l’université de New York, Scott Galloway, a également appelé au démantèlement des géants de la technologie, car ils sont devenus beaucoup trop puissants.

Toutefois, même si l’amende en préparation par les régulateurs atteignait 5 milliards de dollars, empêcherait-elle Facebook de continuer ses pratiques de données utilisateur ? En effet, malgré la colère des utilisateurs et des organisations de protection de vie privée, malgré l’enquête de la FTC et les appels au démantèlement, Facebook continue de croître en nombre d’utilisateurs et financièrement. L’entreprise vient de réaliser un bénéfice de 2,4 milliards de dollars pour le premier trimestre et s’apprête déjà à régler l’amende grâce à l’argent mis de côté. Rien ne devrait empêcher Mark Zuckerberg de reprendre ses activités comme d’habitude.

Par ailleurs, Facebook a annoncé qu’il travaille à unifier ses plateformes de messagerie Facebook, Instagram et WhatsApp et prévoit mettre l’accent sur les communications privées, même s’il n’a pas encore précisé comment il adaptera son modèle d’affaires axé sur la publicité. Reuters rapporte que la société a également lancé le mois dernier un système de vente qui permet aux utilisateurs d’acheter des produits directement sur Instagram et serait en train de tester actuellement un système de paiement WhatsApp en Inde qu’elle prévoit de déployer dans d’autres pays, d’après son PDG.

Lire aussi : Mark Zuckerberg pourrait être considéré personnellement responsable des violations de la vie privée sur Facebook

Sources : Developpez.com par Stan AdkensReuters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *