Des documents de l’holocauste nazi trouvés : 6300 fichiers découverts derrière le mur d’un appartement de Budapest

documents-l'holocauste nazi

Un couple qui rénovait leur appartement en Hongrie ont trouvé un énorme trésor de documents d’un recensement nazi de 1944 caché derrière un mur.

Un trésor vaste et précieux, des documents historiques des victimes de l’holocauste, longtemps pensé détruits pendant la Seconde guerre mondiale, le trésor a été trouvé caché dans une cavité murale par un couple qui rénovait leur appartement à Budapest.

Le butin de 6300 documents est un recensement de 1944, qui était un précurseur de l’extermination prévue de 200 000 juifs de la capitale hongroise dans les camps de la mort nazis.

Brigitte Berdefy, co-propriétaire de l’appartement avec vue sur le Parlement hongrois, a déclaré qu’au mois d’août un travailleur a remarqué du papier dans une fente du mur après y avoir coincé son tournevis.

“Nous avons pensé que nous avions gâché le papier peint du voisin”, a déclaré Berdefy à l’AFP.

Mais quand son mari Gabor a regardé à travers la fissure, il a vu ce qui ressemblait à de l’écriture.

documents-budapest-holocauste

Un des 6300 formulaires de recensement de la population juive de Budapest

En enlevant soigneusement chaque brique, le couple a obtenu quelque 61 kilogrammes de paperasses, dont beaucoup avec des morceaux de plâtre, mais tous plus ou moins intact.

L’encre reste lisible – grâce à un manque d’air dans la cavité et la nicotine de l’ancien propriétaire qui était un gros fumeur – les papiers jaunis ont été donnés aux archives de la ville de Budapest.

Istvan Kenyeres, chef des archives, a été étonné.

“La plupart des journaux de guerre sont plus fanées ou pourris que les documents médiévaux, sur du papier de mauvaise qualité en raison du rationnement”, a-t-il dit.

“Le contenu et l’échelle de la découverte sont sans précédent”, a-t-il dit. “Cela aide à remplir un trou énorme dans l’histoire de l’holocauste à Budapest”.

Depuis septembre, les restaurateurs aux archives ont littéralement repassé les papiers pour les étudier, faisant une pause de temps en temps quand ils découvrent quelqu’un de célèbre parmi les noms gribouillés.

Le recensement de mai 1944 de Budapest devait identifier des maisons pour servir d’emplacements pour des juifs avant le déplacement dans un ghetto muré qui avait été planifié dans le septième arrondissement de la ville.

Deux mois plus tôt, l’Allemagne nazie avait occupé la Hongrie et les déportations dans la campagne vers les chambres à gaz d’Auschwitz ont commencé presque immédiatement.

restaurateur-documents_holocauste

Klara Tobi, restaurateur des archives de la ville de Budapest, prépare un document datant de 1944

Les formulaires trouvés dans l’appartement de Budapest contiennent des noms des habitants de chaque immeuble, et si elles sont juives ou non, avec le nombre total de chrétiens et les juifs marqués dans les coins.

“Les juifs ont rempli les formulaires honnêtement, ils ont refusé de croire où ceci pourrait finir”, a dit Kenyeres.

Peu de temps après le recensement, environ 200 000 juifs ont été déplacés dans quelque 2 000 bâtiments sélectionnés, appelés “Yellow Star House”, avec le symbole juif, l’étoile de David, peint sur les portes.

“Grâce au Berdefys, nous savons que si beaucoup de juifs ont vécu dans un bâtiment alors il est probablement devenu une “Yellow Star House””, a dit Kenyeres.

À la fin de 1944, ils étaient entassés dans le ghetto, où certains sont morts de faim ou ont été abattus près de la rivière – aujourd’hui un mémorial poignant de chaussures abandonnées marque l’endroit.

L’arrivée de l’armée russe en janvier 1945 a sauvé le reste cependant, et contrairement aux juifs de l’extérieur de la ville, la plupart de la population juive de Budapest a survécu.

Un total estimé de 600 000 juifs hongrois ont péri dans l’holocauste, la plupart à Auschwitz.

Kenyeres dit qu’environ 23 000 autres documents peuvent encore se trouver là-bas, cela donnerait un aperçu plus précieux sur ce qui est arrivé en 1944 et serait également numérisé et rendu accessible au public s’ils sont retrouvés.

«Les gens devraient regarder derrière leurs murs, à Budapest vous ne savez jamais ce qui pourrait être là.”

Source : The Telegraph

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *