Deux anciens des services secrets américains tentent de percer les mystères de la mort d’Hitler

mort d’Hitler

Officiellement, Adolf Hitler s’est donné la mort le 30 avril 1945 à Berlin, en Allemagne. Mais de nombreux mystères continuent de planer sur sa mort et dans un documentaire, deux anciens membres des services secrets américains se sont penchés sur la question.

Plus de 70 ans après sa mort, le personnage d’Adolf Hitler continue de faire parler et d’une certaine manière, de fasciner comme en témoignent le succès du film « La Chute » ou encore celui de la réédition récente de « Mein Kampf », le manifeste d’Hitler vendu à plus de 85 000 exemplaires en Allemagne en 2016.

Il y a quelques jours, un documentaire était diffusé sur History Channel dans lequel Bob Baer et Tim Kennedy, deux anciens membres des services secrets américains (CIA), se sont penchés sur les mystères qui entourent encore le personnage d’Hitler à travers l’étude de plus de 14 000 documents. Ils ont notamment découvert que le bunker d’Adolf Hitler cachait une cinquième sortie qui était jusqu’alors inconnue. Pour les auteurs, cette sortie aurait pu lui servir d’échappatoire vers un lieu où un avion aurait pu le faire décoller.

Un document des services secrets britanniques affirme qu’Hitler a été exfiltré d’Allemagne par le pilote Peter Baumgart, la veille de son suicide. Un autre dossier évoque le témoignage d’un officier SS qui l’aurait aperçu en train de prendre un nouvel avion au Danemark. En Argentine, il existe la preuve d’un bâtiment militaire où le Führer aurait pu séjourner après son évasion. Ce dernier pays était d’ailleurs une destination privilégiée pour les anciens officiers nazis. Pour Bob Baer, Hitler avait pour projet de fonder un « quatrième Reich » en Amérique du Sud.

La mort d’Hitler en elle-même reste entourée de mystères, notamment parce qu’il reste difficile d’accéder à la seule partie du corps du Führer restante qui appartient actuellement au Kremlin : sa mâchoire. Dans le documentaire, on apprend que le corps aurait été enterré à Magdebourg en Allemagne de l’Est puis déterré en 1970 par les services secrets russes. Le KGB aurait alors brûlé les restes et dispersé les cendres dans une rivière pour éviter que les restes ne soient accessibles aux nostalgiques du fascisme qui pourraient se recueillir à sa sépulture et en faire un lieu de culte. Il ne reste donc que sa mâchoire inférieure.

« Et c’est aussi la seule chose qui peut vraiment apporter une réponse définitive sur sa mort. Mais la Russie n’a jamais été favorable à un examen médico-légal. Si nous pouvons analyser cette mâchoire, on pourra enfin connaître la nature exacte du décès de Hitler », explique Bob Baer.

Source : SciencePost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *