Les humains ont bâti des sociétés complexes avant d’inventer des dieux moraux


L’apparition de dieux moralisateurs dans la religion s’est produite après, et non avant, l’émergence de grandes sociétés complexes, selon de nouvelles recherches.

Cette constatation remet en question la pensée conventionnelle en la matière, dans laquelle les dieux moralisateurs sont généralement cités comme une condition préalable à la complexité sociale.

Les dieux qui punissent les gens pour leurs indiscrétions antisociales sont apparus dans les religions après l’émergence et l’expansion de grandes sociétés complexes, selon de nouvelles recherches publiées dans Nature. La conclusion suggère que les religions avec des dieux moralisateurs, ou les religions prosociales, n’étaient pas une condition nécessaire pour l’évolution de la complexité sociale. Ce n’est que jusqu’à l’émergence d’empires multiethniques et diversifiés comptant plus d’un million d’habitants que les dieux moralisateurs ont commencé à apparaître – un changement dans les croyances religieuses qui a probablement contribué à assurer la cohésion sociale.

La croyance en des dieux vengeurs qui punissent les populations pour leurs indiscrétions, comme le fait de ne pas exécuter un sacrifice rituel ou une réaction fâchée à une insulte directe, est endémique dans l’histoire humaine (ce que les chercheurs appellent “la punition surnaturelle large”). Il est beaucoup plus rare pour les religions, cependant, d’impliquer des divinités qui font respecter les codes moraux et punissent les adeptes qui n’agissent pas d’une manière prosociale. On ne sait pas très bien pourquoi les religions prosociales sont apparues, mais l’hypothèse des “grands dieux moralisateurs” est souvent invoquée comme une explication. La croyance en une force surnaturelle moralisatrice, dit l’argument, était culturellement nécessaire pour favoriser la coopération entre étrangers dans des sociétés vastes et complexes.

En effet, au cours des derniers millénaires, diverses religions ont été témoins de l’émergence de religions prosociales, y compris le Dieu moralisateur d’Abraham et la croyance bouddhiste au karma. Si les religions répondent à un certain nombre de besoins, tels que l’offre d’un sens et d’un confort existentiels, elles servent aussi de mécanismes de contrôle social. Dans le cas des religions prosociales, on a fait valoir qu’il existe un lien intime et essentiel entre des sociétés complexes et la croyance en un dieu moralisateur, lien que les nouvelles recherches remettent maintenant en question.

La nouvelle recherche, dirigée par Peter Turchin du Département d’écologie et de biologie évolutionnaire de l’Université du Connecticut, visait à mieux comprendre cette relation apparente sur le plan scientifique. Jusqu’à présent, la plupart des études sur le sujet se sont appuyées sur des expériences psychologiques ou des analyses comparatives interculturelles, plutôt que sur des données historiques. La nouvelle étude visait à combler cette lacune.

Emplacements des 30 régions échantillonnées sur la carte du monde, étiquetées selon les preuves des dieux moralisateurs. MHG est synonyme de dieux moralisateurs et BHP est synonyme de punition surnaturelle large. Les chiffres correspondent à des milliers d’années en termes de l’époque à laquelle les croyances sont apparues dans la culture.
Image : H. Whitehouse et coll. 2019/Nature

À cette fin, Turchin et ses collègues ont analysé les données historiques relatives aux structures sociales, aux normes religieuses, aux croyances morales et à une pléthore d’autres facteurs pour des centaines de sociétés à travers l’histoire du monde. Une vaste base de données contenant des informations historiques, archéologiques et anthropologiques soigneusement conservées a été utilisée pour l’étude. Cette base de données, appelée Seshat : Global History Databank, a été créée en 2011 par Turchin, en collaboration avec ses collègues de l’Université d’Oxford Harvey Whitehouse et Pieter Francois, qui ont tous deux contribué à la nouvelle étude.

La base de données Seshat, nommée en l’honneur de la déesse égyptienne du savoir et de l’archivage, est un projet en cours pour suivre les changements historiques et sociologiques importants dans le temps. Le projet vise à encourager la recherche axée sur les données et à prévenir les biais dans les analyses – un problème commun à la recherche historiographique.

Pour la nouvelle étude, Turchin et ses collègues ont analysé près de 50 000 documents couvrant les 10 000 dernières années de l’histoire du monde, du Néolithique au début des périodes industrielle et coloniale. Plus de 400 sociétés différentes de 30 régions du monde ont été incluses. En tout, 51 mesures différentes de la complexité sociale et quatre mesures de la divinité morale ont été utilisées pour évaluer tout lien potentiel entre les deux. Les mesures de la complexité sociale comprenaient la population, la taille de l’armée et la présence de routes, du système judiciaire et de textes scientifiques. Les dieux moralisateurs ont été identifiés par des croyances telles qu’un dieu supérieur qui a créé l’Univers et applique activement la morale humaine.

“Il est vrai que certains chercheurs utilisent des mesures plus sophistiquées, comme des expériences pour mesurer le degré de croyance en des dieux moralisateurs, mais cela ne peut se faire que pour les sociétés contemporaines”, ont noté les chercheurs dans un communiqué de presse. “On ne peut pas retourner dans l’Égypte ancienne et demander aux gens à quel point ils croient au pouvoir de Maât pour punir leurs méfaits dans l’au-delà.”

Il est important de noter que les chercheurs ont contrôlé les relations historiques passées, comme la propagation du christianisme et du bouddhisme, parmi les sociétés étudiées pour s’assurer que les résultats étaient uniformes dans les diverses régions analysées.

L’analyse des données de Seshat a montré que la croyance en des dieux moralisateurs est apparue après – et non avant – la montée de la complexité sociale. Les dieux “qui se soucient de savoir si nous sommes bons ou mauvais sont apparus trop tard pour avoir conduit l’ascension initiale des civilisations”, ont déclaré les chercheurs dans un communiqué de presse. Et lorsque ces croyances sont apparues, elles sont apparues dans ce qu’on appelle les mégasociétés, c’est-à-dire les sociétés comptant plus d’un million de personnes.

“Cela suggère que, même si les dieux moralisateurs ne sont pas à l’origine de l’évolution de sociétés complexes, ils peuvent représenter une adaptation culturelle nécessaire pour maintenir la coopération dans ces sociétés une fois qu’elles ont dépassé une certaine taille, peut-être en raison de la nécessité de soumettre les diverses populations des empires multiethniques à un pouvoir commun plus élevé”, ont noté les auteurs dans leur étude.

Ainsi, sans la présence de dieux moralisateurs vengeurs pour contrôler les citoyens de sociétés complexes, il est raisonnable de se demander comment ces sociétés ont réussi à rester intactes. Une possibilité détectée par les chercheurs est que les rituels collectifs quotidiens ou hebdomadaires – l’équivalent de la messe du dimanche ou des prières du vendredi – apparaissent tôt dans la montée de la complexité sociale. De tels rituels, disaient-ils, “ont peut-être permis à de nouvelles croyances et pratiques de se répandre et de se stabiliser au sein de populations beaucoup plus importantes que ce qui était possible auparavant”. Mais une fois le seuil d’une mégasociété franchi, la cohésion produite par ces rituels n’a pas suffi à maintenir la civilité.

Un oubli possible du nouvel article est la possibilité que les dieux moralisateurs aient en fait déclenché l’expansion initiale de la complexité – c’est juste que ces données n’existent pas, car certaines de ces premières sociétés n’ont pas tenu de registres écrits. Les chercheurs ont admis qu’il s’agit là d’une possibilité distincte, mais “le fait que les documents écrits aient précédé le développement de dieux moralisateurs dans 9 des 12 régions analysées (sur une période moyenne de 400 ans) – combiné au fait que la majorité des sociétés analphabètes ne disposent pas de preuves pour moraliser les dieux – suggère que ces croyances n’étaient pas répandues avant l’invention des écrits” expliquent les auteurs dans cette étude.

Ahmed Skali, chercheur au Département d’économie, de finance et de marketing de l’Université RMIT en Australie, a qualifié le nouvel article de “fascinant”, en disant qu’il “souligne les énormes progrès accomplis par la communauté scientifique pour comprendre pourquoi et comment nous en sommes arrivés à avoir les sociétés que nous avons aujourd’hui”. Il a admis avoir été surpris par les résultats.

“Ma meilleure lecture des preuves disponibles, jusqu’à cette étude, était que les dieux moralisateurs ont d’abord émergé, puis les sociétés les ont utilisés pour renforcer la coopération”, a dit Skali à Gizmodo. “Mais c’est pourquoi la science empirique est si passionnante, et des études aussi soigneusement conçues que celle-ci aident vraiment à changer notre compréhension du monde dans lequel nous vivons.”

Skali a déclaré que l’affirmation selon laquelle les empires multiethniques peuvent être soutenus par des religions prosociales a beaucoup de sens, en faisant référence aux deux califats islamiques en place du VIIe au XVIe siècle et à l’Empire ottoman, entre autres. Il a également trouvé intéressant que l’écriture ait eu tendance à émerger avant l’apparition des dieux moralisateurs. Skali a spéculé qu’il est beaucoup plus facile pour le concept des dieux moralisateurs de se répandre une fois que la technologie le permet, de la même manière que la Réforme protestante s’est répandue par l’imprimerie en Europe au 16ème siècle.

Enfin, et c’est très important, l’étude suggère que les gens ne se sont pas comportés moralement par peur d’affronter le feu éternel de l’enfer d’un dieu moralisateur.

“Au lieu de cela, il y a des preuves qui suggèrent que les rituels de routine aident à lier les gens entre eux”, dit Skali. “C’est une découverte fascinante.”

Lire aussi : Ce qu’Einstein voulait dire par “Dieu ne joue pas aux dés”

Sources : Gizmodo, Nature – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *