L’étonnante découverte du fossile de Denisova retracée jusqu’à un moine bouddhiste


Le monde de l’archéologie est en effervescence aujourd’hui avec des nouvelles du premier fossile de Denisova trouvé en dehors de la Sibérie.

L’os de la mâchoire vieux de 160 000 ans a été découvert par un moine bouddhiste dans une grotte chinoise il y a près de 40 ans – un aspect de cette histoire aussi fascinant que frustrant.

Pour résumer rapidement cette nouvelle de dernière minute, un os partiel de la mâchoire trouvé dans la grotte karstique de Baishiya sur le plateau tibétain de Xiahe, en Chine, a été identifié comme appartenant aux mystérieux hommes de Denisova, une espèce sœur des Néandertaliens qui ont disparu il y a environ 50.000 ans.

C’est la première fois qu’un fossile de Denisova a été trouvé en dehors de la Sibérie, ou même de la grotte de Denisova. La présence du fossile dans le plateau tibétain d’altitude explique enfin pourquoi les Dénisoviens avaient une variante génétique associée à une résistance au mal des montagnes. Il montre également que les Dénisoviens avaient conservé certaines caractéristiques physiques primitives, telles que des molaires robustes, et qu’ils avaient voyagé à travers l’Asie. Au total, une découverte archéologique très importante, dont les détails ont été publiés aujourd’hui dans Nature.

Cela dit, la mandibule de Denisova n’a pas été découverte par les auteurs du nouvel article, une collaboration entre le Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology (MPI-EA) et l’Université de Lanzhou. Le fossile a plutôt été trouvé en 1980 par un moine bouddhiste anonyme qui est tombé sur la relique après s’être aventuré dans la grotte pour prier et méditer, selon Jean-Jacques Hublin, archéologue du MPI-EA et auteur principal de cette nouvelle étude.

L’entrée de la grotte karstique de Baishiya.
Image : Dongju Zhang, Université de Lanzhou

Cette histoire aurait pu s’arrêter là à cause d’une coutume locale. Comme l’a souligné Hublin, les habitants de la ville voisine de Xiahe broyaient les “os sacrés” recueillis dans cette grotte pour produire des médicaments. Le moine, cependant, décida de remettre le fossile au sixième Bouddha vivant de Gung-Thang, qui à son tour le transmit aux scientifiques de l’Université de Lanzhou. Ce n’est qu’en 2010 qu’une équipe de chercheurs de l’Université de Lanzhou a été autorisée à enquêter sur la grotte karstique de Baishiya, qui est un sanctuaire religieux protégé, a déclaré Hublin. Des chercheurs du MPI-EA se sont joints à l’étude en 2016, une collaboration qui a finalement mené à l’identification de la mandibule comme appartenant à un jeune individu de Denisova qui occupait la grotte il y a environ 160 000 ans.

La découverte de ce fossile aujourd’hui célèbre par le moine est une histoire intéressante, mais elle présente de sérieux obstacles pour les scientifiques.

Comme l’a souligné Hublin lors d’une conférence de presse plus tôt cette semaine, la relique a été trouvée “en dehors d’un contexte archéologique”. Ce qu’il voulait dire par là, c’est que la mandibule n’était pas documentée dans sa position originale dans la grotte. Par conséquent, les archéologues ne peuvent pas être certains de son emplacement d’origine, il sera donc difficile à l’avenir de l’associer à des objets potentiels d’importance, tels que des outils en pierre, des os d’animaux abattus, ou même d’autres os de Denisova qui restent encore à découvrir. Comme l’a souligné Hublin, cela représentera un énorme défi pour les futurs archéologues, en supposant, bien sûr, que d’autres fossiles ou artefacts seront trouvés dans la grotte karstique de Baishiya. Heureusement, comme Hublin l’a expliqué à Gizmodo, une couche de croûte de carbonite sur la mandibule a permis à son équipe de dater le fossile, ce qui signifie qu’ils pourraient être capables de le relier à une couche stratigraphique particulière.

Une vue de la vallée de la rivière Jiangla où se trouve la grotte karstique de Baishiya.
Image : Dongju Zhang, Université de Lanzhou

Un autre problème avec la nature de cette découverte est la possibilité que la mandibule ait été livrée à la grotte par le moine ou une autre personne.

“En théorie, oui”, a dit Hublin à Gizmodo quand on l’a interrogé sur cette possibilité. Il a dit que beaucoup d’habitants de Xiahe se souviennent de la découverte faite par le moine il y a près de quarante ans, et qu’il serait “bizarre” pour un moine de trouver une mandibule ailleurs et de prétendre l’avoir trouvée dans la grotte karstique de Baishiya. Lors de la conférence de presse de lundi, Dongju Zhang, archéologue à l’Université de Lanzhou et co-auteur de la nouvelle étude, a déclaré : “Je ne pense pas que la population locale mentirait à ce sujet.”

Hublin a déclaré que d’autres fouilles archéologiques dans la grotte ne serviront qu’à étayer davantage l’affirmation selon laquelle la mandibule provient de ce site particulier. Au moins, une fois que le gouvernement local aura autorisé l’exploration de ce sanctuaire religieux – une tâche qui, selon Hublin, ne sera pas facile.

Lire aussi : La première découverte confirmée d’un crâne appartenant à l’homme de Denisova

Source : Gizmodo – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *