Un ancien cimetière viking exposé par une puissante tempête


Un ancien cimetière viking sur une île écossaise est menacé par les éléments. Les archéologues ont l’habitude de fouiller les corps, mais le temps joue maintenant un rôle dramatique en exposant l’ensemble du cimetière de la baie de Newark, dans les îles Orcades.

Les tempêtes récentes ont littéralement fait des vagues. Soutenues par des vents de sud-est, elles ont fait des ravages sur une falaise de grès où se trouve le cimetière. Des os commencent à sortir de la falaise après avoir été exposés et, comme dans un film de Ray Harryhausen, certains tombent sur la plage.

Localisation des îles Orcades au nord de l’Écosse. Contient les données de l’Ordnance Survey

L’entretien du site – qui remonte au milieu du VIe siècle – est un travail d’équipe, impliquant à la fois des experts et des résidents. Les ORCA (Orkney Research Centre for Archaeology) travaillent aux côtés de l’Institut d’archéologie de l’Université des Highlands et des îles. Des bénévoles y participent également.

Des archéologues et des bénévoles travaillent à la préservation des ossements des Vikings exposés par les récentes tempêtes.
(Image : © ORCA Archaeology)

Une combinaison d’argile, pour couvrir les os qui dépassent, et de sacs de sable a été déployée jusqu’à présent. Archaeology Orkney a publié une déclaration sur son site web, disant : “Nous savons que les sacs de sable ne sont pas la solution pour protéger le site à long terme, mais ils offrent une certaine protection, et dès que le temps permettra de les remplacer et de les sécuriser à nouveau, nous lancerons un appel à l’aide.” Newark est en partie composée de blocs d’argile tendre, ce qui signifie que l’île est sujette aux glissements de terrain. Les autorités conseillent la prudence à tout moment.

Le cimetière date de près de 1 500 ans et a été utilisé pendant près de 1 000 ans. (Crédit image : ORCA Archaeology)

La taille du cimetière viking n’a pas encore été déterminée, bien que l’on pense que des centaines de personnes ont été enterrées. Peter Higgins, de l’ORCA, a déclaré au STV que “bien que son étendue physique ne soit pas connue, on pense qu’il est très étendu”. Le lieu a été utilisé pendant environ mille ans (550 – 1450 après J.-C.) et a encore de nombreux secrets à révéler.

Alors, qui est enterré dans le cimetière viking ? Les Pictes tribaux étaient originaires de la région mais recevaient des invités – indésirables ou non – sous forme de Vikings. On pense qu’ils y ont débarqué à la fin du 8e siècle et les preuves de leur existence remontent jusqu’au 15e siècle.

Le site pourrait révéler des indices sur la transition culturelle de la domination des îles Orcades par les Pictes à celle des Nordiques. (Crédit image : ORCA Archaeology)

“Les îles sont devenues un comté norvégien à la fin du neuvième siècle”, écrit Live Science, “et elles restent la région des îles britanniques la plus influencée par la culture nordique.”

Au cours des années 1960 et 1970, l’archéologue britannique Don Brothwell a retiré environ 250 squelettes, qui se sont retrouvés au Natural History Museum de Londres et au Kirkwall’s Orkney Museum. Les précieuses découvertes sont soumises à des tests génétiques afin de déterminer les relations que les deux groupes entretenaient entre eux.

“Il n’existe pas de traces laissées par des Pictes ordinaires qui ont été colonisés par les Vikings”, écrit le Smithsonian Magazine, “mais des sources scandinaves suggèrent que les Orcades pourraient avoir été désertées au moment de l’arrivée des envahisseurs – ou, au contraire, qu’elles ont été violemment purgées de leurs habitants”. Il est également possible que les Pictes et les Vikings aient vécu dans une relative harmonie.

Historic Environment Scotland a fourni des fonds pour un programme de 3 ans, de sorte que les questions peuvent enfin trouver une réponse. Archaeology Orkney explique que “les années 2 et 3 du projet consisteront à examiner en profondeur les restes humains, à compléter l’analyse de l’ADN et d’autres travaux pour déterminer autant que possible les nombreuses personnes qui y sont enterrées”.

Il n’y a pas que des os qui se trouvent à Newark. Les îles Orcades en général ont une riche histoire archéologique. Parmi les trésors, on compte 13 tumulus qui constituent le cercle de Brodgar (3 000 ans avant J.-C.). En 2016, une pierre picte a été révélée par les éléments et, plus tard, un manoir du XVIIe siècle s’est fièrement dressé sur Newark avant que le temps n’y fasse le plus mauvais effet.

Comme beaucoup, M. Higgins est préoccupé par les délais serrés que les organisations doivent respecter pour achever le travail. Cité par STV, il affirme que le littoral est “constamment menacé par les ondes de tempête et les énormes vagues qui arrivent de la mer du Nord”, ajoutant qu’“avec le cortège continu de mauvais temps que nous avons connu ces derniers mois, le site est sous la menace constante de nouvelles destructions – révélant davantage de restes humains au passage de chaque tempête”.

Tout pourrait être terminé pour les Pictes et les Vikings d’ici quelques mois. Les conditions se seraient apaisées, la neige ayant remplacé les vagues. Cependant, comme l’histoire l’a montré, des forces puissantes ont l’habitude de changer le jeu, que les joueurs soient prêts ou non…

Lire aussi : Une pointe de flèche viking de 1 500 ans trouvée après la fonte des glaciers en Norvège

Source : The Vintage News – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *