Cette simple illusion d’optique vous montre si vous avez une “cécité de courbure”

Tout le monde aime une bonne illusion d’optique – et cette astuce de perception récemment découverte nous amène à nous demander comment nous voyons le monde qui nous entoure.

Jetez un coup d’œil à ces lignes dans l’image ci-dessus (ou vous pouvez voir l’image complète ci-dessous si vous faites défiler un peu vers le bas). Quel genre de lignes voyez-vous ? Sont-elles droites, en zigzag ou en vagues douces et courbées ? Vous ne voyez qu’une seule sorte, ou les deux ?

Cette illusion d’optique, découverte par le psychologue expérimental Kohske Takahashi de l’Université Chukyo du Japon en 2017, s’appelle “l’illusion de la cécité de courbure”, et c’est le dernier exemple du fait que nous ne pouvons pas toujours faire confiance à nos yeux lorsque nous regardons quelque chose.

Si vous êtes comme la plupart des gens, vous verrez probablement des lignes ondulées et des lignes en zigzag en paires alternées – du moins, vous les verrez si vous regardez les lignes devant le fond gris qui domine le milieu de l’image :

cécité de courbure

(Kohske Takahashi/i-Perception)

Mais maintenant, regardez les lignes dans les zones en haut à gauche et en bas à droite de l’image, où le fond est blanc ou noir. Vous remarquez quelque chose de différent ?

Si les lignes dans ces zones noires et blanches vous semblent ondulées mais que vous voyez aussi des lignes en zigzag dans la partie grise du milieu, félicitations : vous venez d’apprendre que vous avez la cécité des courbes ! (Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas un vrai problème de santé ou quoi que ce soit d’autre.)

Mais pourquoi tant d’entre nous voient des lignes en zigzag dans l’image, alors qu’en réalité chaque ligne de l’image est ondulée ?

Selon Takahashi, cela pourrait être dû à la façon dont nos yeux différencient les courbes et les coins dans le monde réel – et il est possible que la façon dont nous distinguons les deux déclenche une sorte de conflit dans le système visuel du cerveau.

“Nous proposons que les mécanismes sous-jacents de la perception des courbes douces et ceux de la perception obtuse des angles soient en concurrence les uns avec les autres de manière déséquilibrée”, explique Takahashi dans son article, “et que les perceptions des angles puissent être dominantes dans le système visuel”.

Mais pourquoi les angles l’emportent-ils sur les courbes plutôt que l’inverse ? Hypothétiquement, cela pourrait être dû au fait que les humains ont dû s’adapter aux géométries artificielles du monde physique moderne qui nous entoure.

“Je dirais que nos yeux et notre cerveau ont peut-être été adaptés au cours de l’évolution pour détecter les coins plus efficacement que les courbes”, a déclaré Takahashi à The Telegraph.

“Nous sommes entourés de produits artificiels, qui ont beaucoup plus de coins que l’environnement naturel, et donc notre visuel. Ce phénomène visuel ne cause pas le problème dans notre vie quotidienne, sinon quelqu’un aurait dû trouver cette illusion plus tôt.”

En ce qui concerne la façon dont l’illusion trompe réellement nos yeux, Takahashi a mené une série d’expériences avec les participants et a légèrement modifié les images pour voir quelles étaient les conditions optimales pour déclencher l’illusion.

Dans l’image ci-contre, le contraste de luminosité entre les différentes sections qui composent les lignes et la teinte de fond est inversé aux points de retournement.

Si vous regardez de près, vous remarquerez que les lignes “zigzag” sont composées de gris clair et gris foncé qui vont du sommet à la vallée de chaque courbe. Cela accentue l’illusion que ces sections de l’onde sont des lignes droites inclinées vers le haut ou vers le bas, plutôt que des sections isolées d’une onde continue.

En revanche, sur les lignes “ondulées” (et rappelez-vous qu’elles sont en fait toutes ondulées), l’alternance de gris clair et gris foncé enveloppe les sommets et les vallées, ce qui contribue à accentuer les courbes.

Un autre facteur qui facilite le travail de l’illusion est la légèreté relative de la vague, avec des courbes douces et basses – alors qu’une vague plus raide avec des angles plus nets perturbe l’effet.

Pour finir, qui pourrait oublier cette robe ?

Les résultats sont présentés dans i-Perception.

Une version de cet article a été publiée pour la première fois en décembre 2017.

Lire aussi : Cette illusion d’optique va vous retourner le cerveau

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *