Costa Rica : Des chercheurs découvrent une pierre ronde presque parfaite

pierre ronde

Des fouilles au Costa Rica ont révélé une énorme sphère en pierre, presque parfaite, poussant les experts à se demander comment une telle précision a été réalisée il y a des milliers d’années.

“Nous avons étudié le terrain dans lequel il y a plus de 15 de ces sphères, et certaines sont placées à côté des zones qui donnent accès aux bâtiments résidentiels comme si elles étaient placées là pour vous accueillir. Elles ont été utilisées comme un signe de hiérarchie, de classement et de distinction ethnique”, explique l’archéologue Francisco Corrales du Musée national du Costa Rica.

Les vastes sphères de pierre sont appelées les sphères mégalithiques du Diquis, une région au sud du Costa Rica, et ont été réalisées entre l’année 300 et 1500 après J.-C. par les prédécesseurs de la culture indienne Boruca, explique une publication sur le Facebook du Musée national du Costa Rica.

Ces sphères massives se situaient dans des établissements importants, formant des ensembles ou des alignements et faisant partie des structures architecturales principales, afin de renforcer le prestige d’un lieu et la position du pouvoir des dirigeants.

La grande quantité de ces sculptures, la finition fine de leur surface, leur sphéricité presque parfaite, la variété des tailles, ainsi que le processus de fabrication, le symbolisme et l’utilisation dans les espaces publics, en font des objets archéologiques exceptionnels, explique le site de Diquis.

“C’est une occasion incroyable d’étudier ces éléments uniques dans le monde et en particulier les cinq sphères partiellement enterrées situées dans la zone archéologique Finca 6”, explique l’archéologue et chercheur mexicain Isabel Medina.

«Nous travaillons à libérer les sphères en engageant une fouille archéologique afin de documenter leur état, à la fois sur la surface supérieure exposée et sur le sol, dans le but de former un registre de l’état physique de chacune.”

pierre ronde

L’élaboration des sphères a commencé vers 300 après J.-C. Crédit image

Selon Medina, la décision de maintenir les sphères à moitié enterrées «a été adéquate pour sa conservation et son étude ultérieure», qui est déjà menée par une équipe multidisciplinaire du Musée national du Costa Rica.

Les sphères ont une perfection incroyable puisque “certaines d’entre elles atteignent 96%”, explique Corrales, qui étudie également les instruments avec lesquels les sphères ont été réalisées :

“Nous avons trouvé les outils qui ont été utilisés près des sphères et les instruments utilisés pour lisser la pierre. Ils étaient composés de matériaux divers, de pierres de granite et de gabbro, de calcaire ou de grès, mais surtout de gabbro.”

La production de sphères impliquait le broyage de gros blocs de pierre tels que le gabbro, la granodiorite et l’andésite ou des pierres sédimentaires telles que le calcaire et le grès.

Le processus impliquait le découpage de la surface avec des outils en pierre, les anciens utilisaient de la chaleur qui permettait d’enlever des couches de roche supplémentaires et à l’aide d’outils en bois, il était possible de contrôler leur rondeur.

La surface a été traitée avec des abrasifs comme du sable pour correspondre et les plus grandes sphères ont également été polies pour leur donner un effet lustré ou brillant. Il y a des sphères de quelques centimètres jusqu’à 2,66 mètres de diamètre et elles peuvent peser jusqu’à 25 tonnes.

La matière première pour leur création est située dans les contreforts de la Cordillère Costeña. De là, le matériel ou la sculpture semi-finie a été déplacé vers le site où la sphère serait située et était terminée là.

On ne sait pas comment les anciens ont transporté les pierres, mais c’était un travail complexe qui impliquait une organisation formidable, une mobilisation de personnes, l’utilisation de leviers et de supports.

La plupart des sphères ont été retirées de leur site d’origine, ce qui signifie que des informations précieuses sur leur origine et leur utilisation manquent actuellement.

L’observation de l’objet isolé, sans le contexte social dont il faisait partie, a généré une série de mythes et de spéculations sans base scientifique.

Les anthropologues Ivar Zapp et George Erikson affirment que les sphères prouvent que, dans le delta des Diquis, une ancienne civilisation s’est installée près de la mer.

Sources : Ancient CodeMusée national du Costa Rica  

1 Commentaire

  1. Franck

    Pour le transport, il suffisait de faire rouler la sphère après une première taille grossière. Elle était ensuite parachevée à son emplacement définitif.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *