Un projet artistique a pour but de générer de la musique qui peut être entendue par les extraterrestres où qu’ils soient dans l’Univers


Le célèbre poète Henry Wadsworth Longfellow a dit un jour que la musique est le langage universel de l’humanité. Dans un article sur Space.com, un artiste américain fait passer ce dicton à la vitesse supérieure en faisant de la musique qui peut être appréciée par n’importe quelle créature de n’importe quel coin de l’Univers.

Intergalactic Omniphonics est l’œuvre de l’artiste Jonathon Keats. Soutenu par l’Université de Caroline du Nord à Asheville (UNC Asheville), ce projet artistique vise à développer des instruments et une musique qui ne se limitent pas à l’audition humaine.

La musique est essentiellement la modulation de l’amplitude et de la fréquence du son sur une période de temps – et le son n’est pas la seule chose qui possède ces caractéristiques.

La lumière et les ondes gravitationnelles sont deux de ces groupes d’ondes qui ont une large gamme de fréquences et d’amplitudes. Les extraterrestres intelligents théoriques pourraient être capables de détecter ces ondes en plus du son audible. Certains êtres extraterrestres ne pourraient peut être détecter que des sons à très haute fréquence ou des parties du spectre lumineux qui sont au-delà des sens humains.

Pour y parvenir, Keats a rassemblé certains des outils les plus étranges jamais inventés. Beaucoup d’entre eux ne sont pas ce que les humains appellent des instruments de musique.

Pour les extraterrestres, ces étranges gadgets pourraient servir d’instruments de musique

Les cloches à rayons gamma, par exemple, sont des billes faites d’uranium et de verre avec un cadran de montre au radium. Normalement dissimulées à l’intérieur de cloches en plomb, elles libèrent des rayons gamma lorsque leur boîtier en forme de cloche est soulevé par leurs poignées en bois. L’organe à ultrasons, par contre, est fait d’un bouquet de sifflets de chien. Tout propriétaire de chien sait que les sons à haute fréquence émis par ces sifflets ne peuvent être entendus que par des animaux ayant une ouïe très sensible.

Et puis il y a le violoncelle gravitationnel. Il ne ressemble pas à quelque chose qui fait onduler l’espace-temps, puisqu’il s’agit essentiellement d’une boule d’acier suspendue sous un arbre par une corde. Mais chaque fois qu’un objet qui possède une masse est accéléré, il émet des ondes gravitationnelles. Ce sont des vagues si faibles et si mystérieuses qu’elles n’ont pu être détectées directement que lors de la collision de deux trous noirs en 2015. Il y a une raison pour laquelle les violoncellistes bougent à peine lorsqu’ils jouent de leur instrument. La moindre secousse de leur corps envoie des ondes gravitationnelles qui peuvent perturber celles générées par un violoncelle. Chaque balancement de la boule du “violoncelle gravitationnel” produit des carillons d’ondes gravitationnelles. Des hochets gravitationnels plus petits peuvent faire la même chose à une échelle beaucoup plus petite.

Une mélodie pour les humains et les non-humains de l’espace extra-atmosphérique

Dans une interview, Keats a expliqué qu’Intergalactic Omniphonics ne se limitait pas à faire de la musique pour des extraterrestres potentiels. Il voulait aussi établir des liens entre les myriades de cultures et de communautés sur Terre, dont certaines pouvaient sembler aussi étrangères les unes aux autres que les extraterrestres de la galaxie Andromède.

“Ce qui nous manque vraiment dans la société, c’est un moyen d’établir des liens au-delà des frontières et des limites”, a-t-il insisté. “Nous devons provoquer un changement de paradigme fondamental dans la façon dont nous pensons à nous-mêmes.”

L’un des éléments importants du projet est un hymne universel, une pièce musicale que tous les êtres intelligents – humains et extraterrestres – comprendront. Son sujet est la deuxième loi de la thermodynamique, qui stipule que l’entropie totale d’un système isolé ne diminuera jamais quoi qu’il arrive.

Keats travaille sur un cadre de base pour l’hymne universel qui peut être joué sur n’importe quel instrument de musique, que ce soit une guitare classique ou un “violoncelle gravitationnel”.

Sources : Cosmic NewsSpace.com, LIGO.CalTech.edu – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *