3 compétences de la vie qui deviennent obsolètes

Le monde a toujours changé, mais on a l’impression qu’il n’a jamais changé aussi vite qu’aujourd’hui. Quelles compétences de la vie deviendront obsolètes ?

compétences-obsolètes

  • Les experts estiment que 47 % des emplois actuels pourraient être remplacés par l’automatisation et l’IA.
  • Au fur et à mesure que ces emplois disparaîtront, les compétences importantes qui leur sont associées disparaîtront aussi.
  • Cette liste décrit les trois principales compétences de la vie quotidienne qui disparaîtront à l’avenir ou qui changeront si profondément que nous pourrions ne plus les reconnaître.

Dans une analyse de 702 professions, des chercheurs de l’Université d’Oxford sont arrivés à une conclusion pénible. Un bon 47 % de toutes les professions aux États-Unis sont susceptibles de devenir automatisées, et ce n’est qu’au cours des prochaines décennies.

C’est anxiogène, mais c’est aussi inévitable. Il n’est pas raisonnable d’être un Luddite face à un tel potentiel écrasant pour le bénéfice humain – certes, la transition sera difficile, mais comme l’automatisation transforme la nature du travail, l’humanité peut gagner une productivité significative et du temps libre. Malheureusement, bon nombre des aptitudes à la vie quotidienne que nous nous sommes efforcés d’acquérir pour réussir et accomplir les tâches d’aujourd’hui ne seront peut-être pas pertinentes demain. Voici les trois principales compétences de la vie quotidienne que le monde en évolution rend obsolètes.

1. La conduite

Récemment, Lyft a annoncé que sa flotte de 30 voitures autonomes à Las Vegas avait fait son 55 000e voyage, sans incident majeur et avec une note constante de 4,97 sur 5. Au fur et à mesure que la technologie et les algorithmes de télédétection qui conduisent les voitures autonomes s’améliorent, le fait de ne pas posséder une voiture peut devenir la norme. Au lieu de cela, nous pourrions demander à être transportés par une flotte de voitures appartenant à des sociétés comme Lyft et Uber. Le camionnage commercial sera probablement aussi remplacé par des voitures auto-propulsées. Déjà, un certain nombre d’entreprises sont prêtes à devenir les premières à dominer ce nouveau marché, comme TuSimple, qui effectue cinq allers-retours pour le service postal américain dans le cadre d’un essai pilote de deux semaines.

Bien qu’il s’agisse d’une transformation passionnante, elle aura aussi d’importantes répercussions. Être chauffeur (qu’il s’agisse d’un camion, d’une voiture de livraison ou d’un tracteur) est l’emploi le plus courant aux États-Unis. Une fois que les voitures autonomes auront atteint leur maturité, il n’y aura plus aucune raison de payer pour un conducteur et plus aucune raison d’apprendre à conduire. Certaines personnes continueront sans doute à conduire, mais cela deviendra une habileté semblable à l’équitation, un passe-temps réservé aux personnes ayant un vif intérêt.

2. Les compétences STEM

Les compétences STEM sont parmi les plus lucratives, pratiques et utiles à acquérir, il semble donc exagéré qu’elles deviennent obsolètes. Le problème, c’est que les industries des STEM se développent à un rythme exponentiel. On estime que 65 % des enfants qui entrent à l’école primaire finiront par travailler dans des professions qui n’existent pas encore, ce qui rendra difficile leur formation dans ces industries. 54 % des Américains croient qu’ils doivent suivre une formation continue afin de suivre l’évolution de leur milieu de travail, et près de 50 % des connaissances acquises au cours de la première année d’un diplôme technique de quatre ans seront périmées au moment où l’étudiant obtiendra son diplôme.

Ainsi, les compétences STEM en tant que concept ne disparaîtront probablement pas de sitôt – au contraire, les compétences STEM spécifiques que vous pouvez apprendre aujourd’hui vont rapidement devenir obsolètes. Les avantages de l’enseignement des STEM sont les mêmes que ceux de tout autre type d’enseignement : la rigueur et la pensée critique qu’ils inculquent.

Mais cela, bien sûr, ne tient pas pleinement compte du spectre de l’automatisation. La plupart des experts croient que les domaines fondés sur les STEM prendront probablement de l’expansion en réponse à la vague d’automatisation. Tout comme les machines n’ont pas remplacé tous les emplois pendant la révolution industrielle, il est peu probable que la soi-disant Quatrième révolution industrielle remplace totalement tous les emplois. Et elle remplacera ces emplois par de nouveaux emplois, des emplois qui nécessiteront probablement des compétences en STEM.

Le truc, c’est que personne n’en est vraiment sûr. Certains croient, par exemple, que le développement de logiciels deviendra un processus largement automatisé qui nécessitera beaucoup moins de compétences techniques qu’aujourd’hui. Les compétences de codage sont extrêmement lucratives aujourd’hui, mais il n’est pas du tout certain qu’elles seront nécessaires à l’avenir. Le niveau de talent et de compétence requis pour accéder à d’autres domaines des STEM pourrait aussi diminuer à mesure que l’automatisation facilitera les choses.

3. Les compétences financières

Comme dans le cas des STEM, la nature de nombreuses activités financières en fait des cibles très attrayantes pour l’automatisation. La banque, la comptabilité et les prévisions financières ne sont principalement que des moyens différents de traiter l’information, ce à quoi les machines sont de plus en plus habituées. Par exemple, une étude de PwC a révélé que 40 % des activités comptables peuvent être automatisées, comme la facturation et la déclaration.

Les conseillers financiers n’auront plus à naviguer dans des scénarios fiscaux complexes. Déjà, H&R Block utilise Watson d’IBM pour l’aider à préparer ses déclarations de revenus. Compte tenu des plus de 74 000 pages du code des impôts, il est tout à fait logique de confier ce travail à une machine. Autre exemple, le service Contract Intelligence – ou COIN – de JP Morgan permet à l’entreprise d’économiser 360 000 heures de travail par an en examinant les documents de prêt en quelques secondes.

La technologie a remplacé bon nombre des emplois qui existaient auparavant dans le secteur financier. En fait, la technologie s’est tellement répandue dans cette industrie que certains collèges offrent des cours fintech axés sur l’impact et la nature de la technologie financière. Mais la technologie financière a surtout remplacé les tâches fastidieuses qui étaient clairement mûres pour l’automatisation. Les tâches plus compliquées devront toujours être laissées entre les mains de l’homme, n’est-ce pas ?

Ce n’est pas vrai. Même quelque chose d’aussi stimulant et multidimensionnel que l’investissement est en train d’être automatisé. Les banques comme Citigroup utilisent l’intelligence artificielle pour fournir à leurs clients des conseils en placement. Le fonds de couverture Domeyard, basé à Boston, utilise l’intelligence artificielle pour analyser les 300 millions de points de données générés par la première heure de négociation du New York Stock Exchange. L’utilisation des techniques d’apprentissage machine pour gagner un avantage devient rapidement la norme chez les traders.

Ces trois grands ensembles de compétences sont susceptibles de disparaître à l’avenir ou de se transformer si profondément qu’ils ne ressembleront guère à ce que nous voyons aujourd’hui. Cela signifie-t-il que développer ces compétences aujourd’hui est une perte de temps ? Pas nécessairement. Bien qu’il y ait peu de choses à dire sur les compétences de conduite, le perfectionnement de vos compétences STEM et financières vous permettra de comprendre les principes fondamentaux de la technologie pertinente. Et surtout, aiguiser ces compétences aiguisera les compétences qui sont vraiment difficiles à automatiser aussi bien, comme la pensée créative et critique. À l’avenir, la capacité de penser d’une manière humaine unique pourrait devenir la compétence la plus importante.

Lire aussi :

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *