Un ancien chef des Yakuzas en fuite depuis 14 ans capturé en Thaïlande à cause de photos devenues virales


Un ancien patron de yakuza japonais en fuite depuis plus de quatorze ans a finalement été arrêté en Thaïlande ce mois-ci, après que des photos de ses tatouages impressionnants ont commencé à circuler en ligne.

La police thaïlandaise a arrêté Shigeharu Shirai, 74 ans, mercredi dernier dans une province au nord de Bangkok, où il se cachait depuis plus de dix ans pour échapper aux accusations de meurtre au Japon. Shirai a été appréhendé alors qu’il faisait ses courses dans la ville de Lopburi, au centre du marché.

Les autorités japonaises cherchaient à arrêter Shirai pour le rôle qu’il aurait joué dans la fusillade de Kashihiko Otobe, membre d’une bande rivale, le chef adjoint du gang rival de Kamiya, en 2003. Il s’est enfui en Thaïlande avant qu’ils ne puissent l’appréhender, où il a épousé une femme de la région et a bénéficié d’une retraite paisible. Les associés japonais de Shirai lui rendaient visite en Thaïlande deux à trois fois par an, lui apportant des cadeaux en espèces pour l’aider à soutenir sa vie de loisirs.

L’arrestation du chef de la mafia à la retraite est survenue après qu’une photo du petit criminel, assis autour d’une table de jeu, a trouvé son chemin sur un site Web populaire de médias sociaux. Un passionné de tatouage thaïlandais qui a été impressionné par les tatouages complexes couvrant la majeure partie du corps de Shirai a partagé la photo sur sa page Facebook, où il a accumulé plus de 10.000 vues et beaucoup de partages en peu de temps.

L’image, qui montrait également le petit doigt manquant de Shirai, a rapidement attiré l’attention de la police japonaise qui a alerté les autorités thaïlandaises. Shirai fera face à des accusations d’entrée illégale en Thaïlande car il n’a jamais eu de visa et sera plus tard extradé vers le Japon, selon un communiqué de la police thaïlandaise.

“Le suspect a admis qu’il était le chef du sous-gang yakuza Kodokai”, a déclaré un porte-parole de la police thaïlandaise, le Général Wirachai Songmetta, en référence à un affilié du plus grand gang yakuza du Japon, Yamaguchi-Gumi. “Le suspect n’a pas avoué le meurtre mais a admis que la victime avait l’habitude de l’intimider”, a-t-il ajouté.

Les yakuza sont apparus dans le chaos de l’après-guerre au Japon et sont rapidement devenus une organisation criminelle de plusieurs milliards de dollars impliquée dans le jeu, la drogue, la prostitution et la criminalité en col blanc. Ils étaient considérés comme un mal nécessaire à l’époque, car ils étaient capables de maintenir l’ordre dans les rues. Contrairement à d’autres groupes du crime organisé comme la mafia italienne ou les triades chinoises, les yakuza ne sont pas illégaux. Chaque groupe a son quartier général, qui est parfois bien en vue de la police locale.

22 gangs ont été désignés par les autorités comme groupes du crime organisé en 2017, selon l’Office national de la police, et le nombre total de leurs membres s’élève à plus de 20 000. La majorité appartient aux Yamaguchi-Gumi et à deux autres gangs, Sumiyoshi-Kai et Inagawa-kai. En plus de la vente traditionnelle de drogues illégales et du jeu, les gangsters gagnent aussi de l’argent dans les secteurs de la construction, de la finance et de la sécurité.

Source : Oddity Central


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *