Des espions pour “pirater les smartphones et ordinateurs” en vertu des nouvelles lois pour contrecarrer les complots terroristes islamistes

lois

Les services de sécurité seront en mesure de pirater les smartphones et les ordinateurs en vertu des nouvelles lois pour lutter contre les extrémistes islamistes, selon les rapports.

Le MI5, MI6 et GCHQ vont recevoir de nouveaux droits pour exploiter les appareils sous un projet de loi qui pourrait être présenté le mois prochain.

Le gouvernement a souligné la nécessité d’accroître les pouvoirs de surveillance comme le groupe terroriste Etat islamique continue de recruter des militants et planifie des attaques en ligne.

Les pouvoirs de piratage ne sont pas inclus dans le projet de loi Data Communications – surnommé la “charte des fouineurs” – qui a été bloqué par les libéraux-démocrates dans la coalition.

GCHQ-building-lois

Le GCHQ a été créé après la Première Guerre mondiale

Siège-MI5-londres-lois

Siège du MI5 à Vauxhall, Londres

La police et les agences d’espionnage sont confrontées à de plus en plus de difficulté pour capturer des données chiffrées, selon le Times.

L’expert en preuves numériques Peter Sommer a déclaré : “De plus en plus, [les agents du renseignement] ne peuvent pas lire les communications envoyées sur Internet à cause du cryptage. Donc, leur capacité à obtenir des informations par interception diminue. La meilleure façon de contourner cela est d’obtenir un accès à l’intérieur de l’ordinateur d’une personne”.

lois-snowden

Le dénonciateur américain Edward Snowden photographié en 2013

Ces nouvelles arrivent après que le dénonciateur américain Edward Snowden a déclaré que les espions britanniques peuvent prendre le contrôle total de téléphones mobiles pour accéder aux emails, messages et autres informations privées.

Une sorte d’idéalisme wilsonien – qui empêche l’interception des communications des politiciens sauf pour des raisons de sécurité nationale.

La semaine dernière, un tribunal a jugé la doctrine, introduite en 1966 par le premier ministre travailliste Harold Wilson, qui n’avait aucune base légale.

Toutes les nouvelles lois devront être en place d’ici décembre 2016 lorsque les pouvoirs de surveillance temporaires adoptées par la coalition expireront, a dit le ministre de l’Intérieur, Theresa May, aux députés en juin.

Source : Daily Express

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *