L’internet se dirige vers un « point de non-retour », les inconvénients liés au fait de partager son opinion deviendront si importants que les gens se détourneront de l’internet


Selon Geert Lovink.

Il y a environ 50 ans, Internet a vu le jour. Si sa création n’a pas suscité un grand engouement au début, l’Internet a rapidement commencé à changer nos habitudes et à poser les bases d’une communauté véritablement mondiale. Aujourd’hui, Internet semble être partout. Et pour Geert Lovink, professeur à l’Université des sciences appliquées d’Amsterdam, Internet se dirige vers un « point de non-retour ». Selon Lovink, les inconvénients liés au fait de partager son opinion en ligne deviendront si importants que les gens se détourneront de l’internet.

Les inconvénients liés au fait de partager son opinion sur Internet finiront par devenir si importants que les gens se détourneront de l’internet. C’est l’argument avancé par Geert Lovink, professeur à l’Université des sciences appliquées d’Amsterdam (AUAS) dans son nouvel essai intitulé Extinction Internet. Lovink présente un avenir dans lequel l’internet disparaît (partiellement) et où nous sommes contraints de renoncer à notre dépendance à la technologie.

Lovink a conservé sa réputation de pionnier de l’internet depuis sa participation à The Digital City, un précurseur de l’internet. Ses fondateurs envisageaient d’en faire un réseau décentralisé, entretenu par les citoyens, pour les citoyens. « Nous avons perdu cette bataille de manière spectaculaire », résume Lovink. Le fait est que l’internet et les applications addictives sont entre les mains de Big Tech, qui se soucie peu des droits individuels ou de la société dans son ensemble.

Internet vers un « point de non-retour »

Dans son essai, Lovink partage les connaissances acquises au cours de 30 années de critique de l’internet et de recherche sur la contre-culture, une période pendant laquelle il a travaillé avec des historiens de l’art, des artistes, des chercheurs créatifs et des fabricants de mèmes. Il a fait des recherches sur Wikipédia, les moteurs de recherche, les médias sociaux, les cryptomonnaies et leurs modèles de profit, toujours dans l’optique que l’internet est cassé, mais qu’il peut et doit être réparé (comme le soutient également Marleen Stikker, fondatrice de Waag, dans son livre).

Au cours des six derniers mois, cependant, Lovink a commencé à changer d’avis. L’Internet peut-il, en fait, être réparé ? « Il peut arriver un moment où ce n’est plus possible, après quoi les conséquences négatives ne peuvent plus être contrôlées. L’internet se dirige vers un point de non-retour, et Big Tech en est probablement déjà conscient aussi. Mark Zuckerberg s’est éloigné de ses plateformes de médias sociaux et a lancé Meta, comme si tout allait bien et que nous pouvions recommencer, mais il est clair que tout est déjà cassé. »

Lovink voit ce point de non-retour approcher, car désormais, même les utilisateurs « ordinaires » doivent de plus en plus payer le prix de notre dépendance de grande ampleur à l’égard d’Internet et de notre addiction aux médias sociaux et aux applications.

« Ce prix est d’abord psychologique. Non seulement de nombreux jeunes souffrent d’une image déformée d’eux-mêmes et de troubles anxieux, mais on assiste également à une externalisation des fonctions : certaines fonctions critiques de notre cerveau sont externalisées. Notre mémoire à court terme se dégrade, et notre attention est de plus en plus fragmentée et dirigée de manière très spécifique. »

Dans le même temps, le contrôle social s’accroît et les utilisateurs sont étroitement surveillés. « Notre prétendue liberté d’expression n’existe plus réellement », affirme Lovink. Les conséquences pour ceux qui partagent des opinions non conventionnelles en ligne, par exemple en ce qui concerne leur travail ou leur cercle d’amis sont déjà visible. « Nous commençons déjà à voir des indications selon lesquelles les gens affichent de moins en moins leurs opinions. »

Des répercussions sont également à prévoir ici, car le contrôle devient de plus en plus sophistiqué. « En Chine, il est déjà arrivé que l’on ne puisse pas monter dans un train si l’on a une « mauvaise » opinion. Aux États-Unis, vous devez partager tous vos profils de médias sociaux si vous voulez demander un visa. Les choses ne semblent pas encore si mauvaises en Europe occidentale, mais votre activité en ligne est tellement traçable et visible maintenant qu’il y a une réelle possibilité qu’à un moment donné, les gens ne puissent plus voyager ou obtenir un prêt hypothécaire ou une assurance. »

Si l’on regarde un peu plus loin, les choses deviennent encore plus dramatiques. Lovink présente un scénario qu’il appelle « Internet de l’extinction ». Cela pourrait donner l’impression que nous allons tous disparaître, mais ce n’est pas ce qu’il veut dire. Cependant, il envisage un avenir dans lequel certains services ne seront plus disponibles – compte tenu également de la situation géopolitique et de la crise climatique -, ce qui entraînera à son tour une réduction de l’accès à l’internet ou une déconnexion de celui-ci.

Les défis liés à l’empreinte environnementale de l’internet sont multiples : de l’extraordinaire quantité d’énergie utilisée par les centres de données et les technologies émergentes comme la blockchain, aux coûteux processus d’extraction des matériaux qui font fonctionner nos appareils technologiques.

L’internet évolue si vite qu’il y a déjà des trentenaires qui regardent avec nostalgie le passé. Dans son livre intitulé Escape: How a Generation Shaped, Destroyed and Survived the Internet, la journaliste franco-marocaine Marie Le Conte déplore l’évolution de l’internet au cours des deux premières décennies du XXIe siècle.

Le livre propose une sorte d’histoire culturelle du web. Elle compare l’internet à un vieux bar qui devient de plus en plus populaire jusqu’à ce qu’il devienne méconnaissable. Elle se rend toujours dans ce bar, mais s’assoit désormais dans un coin, plus seule qu’avant. EL PAÍS s’est entretenu par vidéoconférence avec Mme Le Conte, qui vit à Londres depuis 2009, où elle travaille comme journaliste politique. Sa vie sur Internet a commencé par des blogs consacrés à la musique indépendante. Les médias sociaux sont devenus un lieu anonyme pour trouver des amis, une petite renommée et même du sexe.

Aujourd’hui, tout cela a disparu au profit des algorithmes, des influenceurs et d’une consommation plus passive. Mais Le Conte n’a pas fui. L’internet est toujours « ma maison », dit-elle. Ce n’est cependant plus un espace intime et douillet, mais « plat, ennuyeux et sans vie ». Avant, l’internet n’était pas la vraie vie. Maintenant, il l’est.

L’idée de perdre la connexion à Internet peut sembler inconcevable, surtout pour les jeunes, mais il est nécessaire que nous ayons un regard critique sur l’avenir. « Il y a un an, la perspective d’être privé de gaz était inimaginable, et pourtant, c’est aujourd’hui une possibilité réelle compte tenu de la situation avec la Russie. De la même manière, compte tenu des urgences climatiques, il est également possible que les infrastructures nécessaires, comme l’électricité, tombent en panne et que l’internet s’effondre avec elle. Comme toute la population en dépend, des gens comme Elon Musk ne manqueront pas de venir proposer une connexion par satellite exclusive et très chère. »

Même si cela aura des conséquences drastiques, Lovink pense que nous pouvons finalement nous libérer des griffes d’Internet. « Je pense qu’il est possible pour nous de nous en sevrer. Des logiciels différents ou d’autres constructions pourraient apparaître et nous rendre moins dépendants. Il est bon de reconsidérer l’argument de l’efficacité. »

Internet synonyme d’opportunités

Il ne fait aucun doute que tous ceux d’entre nous qui ont accédé à l’internet pourraient penser à une raison pour laquelle cette technologie a changé nos vies pour le mieux. Si dans son essai, Lovink estime qu’Internet se dirige vers un « point de non-retour », pour beaucoup, Internet est synonyme d’opportunités et être connecté est une condition essentielle pour participer à la communauté mondiale. Près de la moitié de la population est aujourd’hui connectée à Internet. Et pour certains analystes, avec autant de personnes en ligne, les entreprises, la jeune génération ont donc tout intérêt à se mettre au pas du digital.

Les véhicules à conduite autonome, par exemple, auront encore besoin d’internet plus performant pour fonctionner, car ils devront être en communication constante les uns avec les autres à des latences très faibles. Des connexions plus rapides seront également obligatoires pour les appareils connectés ou les applications de l’internet des objets (IoT). Selon les estimations, le nombre d’“objets” connectés dans le monde pourrait atteindre 21 milliards, généralement difficiles à recycler et délibérément conçus pour ne pas avoir une longue durée de vie.

La planète peut-elle supporter une croissance aussi explosive de la connectivité ? À l’avenir, certains fabricants pourraient adopter un nouveau modèle économique basé sur les services, exigeant que leurs machines soient équipées de connexions à très haut débit pour surveiller les quantités produites à distance et en temps réel.

Aujourd’hui, l’internet relie des personnes du monde entier et permet une conversation globale. Il a modifié la société à bien des égards, des échanges culturels au développement social et économique. Il a réécrit de nombreuses règles d’engagement, et l’internet a permis de nombreuses nouvelles façons de penser et de se connecter.

Beaucoup d’entre nous sont presque entièrement dépendants de l’internet ; nous faisons tout en ligne et pouvons passer 24 heures par jour en ligne, où que nous soyons, grâce aux appareils mobiles. L’internet peut être utilisé pour apprendre, pour se divertir, pour travailler, pour rencontrer de nouvelles personnes, pour essayer de changer le monde, et même pour se plaindre de ce qui nous dérange.

Internet nous a permis d’accéder à une source d’information presque infinie, des sites d’information aux sources d’information locales. Aujourd’hui, nous pouvons accéder à n’importe quelle source d’information de n’importe où. L’internet aide les jeunes à exprimer leurs opinions et leurs libertés politiques. C’est encourageant, car cela montre l’impact positif d’Internet sur la liberté politique. L’augmentation de l’accès à des connexions internet plus rapides et moins chères peut contribuer à faire tomber des dirigeants puissants.

On estime qu’environ 95 % de toutes les informations disponibles ont été numérisées et rendues accessibles via l’internet. Ce système de traitement a également entraîné une transformation complète de la communication, de la disponibilité des connaissances ainsi que de l’interaction sociale. Une étude a démontré que les personnes de plus de 60 ans qui passent le plus de temps en ligne sont plus susceptibles d’être plus actives mentalement et de souffrir moins de dépression. Selon cette étude, les réseaux sociaux peuvent permettre aux personnes de tout âge de prendre des décisions concernant leur santé, une fois qu’elles ont rassemblé suffisamment d’informations pertinentes.

L’un des principaux défis de l’internet à l’avenir est de s’assurer que le matériel et les infrastructures qui le sous-tendent sont durables et peuvent contribuer de manière significative à la construction d’une économie circulaire et équitable. La construction d’un internet plus centré sur l’humain nécessitera un engagement soutenu de la part d’une grande variété de groupes : développeurs, groupes de la société civile, experts juridiques, décideurs politiques, secteur privé, éthiciens, économistes, créateurs de matériel informatique.

Lire aussi : Elon Musk et Jack Dorsey sont obsédés par le Web 3.0. Voici pourquoi

Sources : Developpez – University of Amsterdam


1 réponse

  1. PASSE dit :

    il se murmure que le ratissage des grands fonds marins à déjà commencé – dans l’objectif de collecte des “nodules contenant des terres rares ” dont nous aurions grand besoin ( au détriment de la flore et faune extraordinaire s’entend ) mais : chut !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *