Les mystérieux disques de Dropa de 12 000 ans, preuves d’un ancien contact avec des extraterrestres ?

disques de Dropa

Il y a plus de 80 ans, des archéologues chinois ont découvert un système de grottes avec des squelettes glacés aux têtes allongées, une carte cosmique, et plus de 700 disques étranges…

La mystérieuse découverte aurait été faite en 1930 lorsque Chi Pu Tei, professeur d’archéologie à l’Université de Pékin et ses étudiants étaient en expédition pour explorer une série de grottes dans les montagnes inaccessibles de Bayan Kara Ula, près du Tibet, qui auraient été creusées artificiellement dans un système de tunnels souterrains et de garde-mangers.

Selon ces événements, on raconte que le professeur Chi Pu Tei et ses étudiants ont trouvé des tombes avec des squelettes de 1,38 m de hauteur enfouis à l’intérieur. Les squelettes auraient eu des têtes anormalement grandes et des corps petits, minces et fragiles. En plus des restes squelettiques, le professeur Chi Pu Tei et ses étudiants ont découvert d’innombrables autres objets.

Il a été suggéré que ces restes squelettiques auraient pu appartenir à une espèce inconnue de gorille de montagne, mais le professeur Chi Pu Tei n’était pas d’accord et a répondu : “Qui a entendu parler de singes qui s’enterraient ?”

Il n’y avait pas d’épitaphes dans les tombes, mais au lieu de cela, ils ont trouvé plus de 700 disques de pierre (“Dropa Stones”) avec des trous de 8 cm de diamètre en leur centre.

Sur les murs, on a découvert des sculptures du Soleil levant, de la Lune, des étoiles, de la Terre, des montagnes et des lignes pointillées reliant la terre au ciel.

Les disques et les peintures rupestres datent d’environ 12 000 ans. Leur localisation reste un mystère.

Tout cela a soulevé un grand mystère : Qui étaient ces êtres mystérieux ? Quels étaient les disques énigmatiques, et où ont mené les cartes d’étoiles gravées sur les parois de la grotte ?

disques de Dropa

Les mystérieux disques de Dropa.

Chaque disque de pierre, apparemment, aurait été marqué de deux minces rainures qui s’enroulent en spirale depuis le bord jusqu’au trou central.

On pense que les énigmatiques disques de Dropa et autres objets découverts au cours de l’expédition ont été conservés à l’Université de Pékin pendant 20 ans.

Toutes les tentatives de déchiffrer l’écriture sur les disques de Dropa étaient inutiles.

Cependant, les disques ont été examinés par le Dr Tsum Um Nui, à Pékin vers 1958, qui a conclu que chaque rainure consistait en un ensemble de minuscules hiéroglyphes d’origine inconnue.

Les rangées étaient si petites qu’une loupe était nécessaire pour les voir clairement. Plusieurs des hiéroglyphes étaient usés par l’érosion.

Lorsque le Dr Tsum aurait déchiffré les symboles, il a révélé comment les écrits anciens racontent l’histoire d’une rencontre avec un autre monde où un ancien vaisseau extraterrestre s’est écrasé sur Terre il y a environ 12 000 ans.

Selon Tsum Um Nui, une des lignes hiéroglyphiques disait : “Les Dropas descendaient des nuages dans leur vaisseau. Nos hommes, nos femmes et nos enfants se cachaient dans les grottes dix fois avant le lever du Soleil. Quand ils ont enfin compris le langage des signes des Dropas, ils se sont rendu compte que les nouveaux arrivants avaient des intentions pacifiques.”

Une autre section lit “regrets” des habitants de la montagne (tribu du Ham) parce que les extraterrestres avaient écrasé leur vaisseau et ne pouvaient en construire un autre pour retourner sur leur planète.

Le Dr Tsum aurait publié sa découverte en 1962.

Cependant, on se serait tellement moqué de lui qu’il aurait quitté la Chine en exil pour s’installer au Japon, où il est mort plus tard.

On dit que l’Académie Préhistoire de Pékin ne lui aurait jamais permis de publier ou de discuter de ses trouvailles.

De plus, du fait que “Tsum Um Nui” n’est pas un vrai nom chinois, certains critiques suggèrent que l’homme n’a jamais existé.

D’autres prétendent que Tsum Um Nui est un nom japonais adapté à la langue chinoise. En plus de ses théories sur le Dropa, il n’y a aucune autre preuve de son existence.

En 1974, Ernst Wegerer, ingénieur autrichien, a photographié deux disques qui correspondaient aux descriptions des disques de Dropa. Il faisait une visite guidée du musée de Bampo à Xian, quand il a vu les disques de pierre.

disques de Dropa

Un des polaroïdes de Wegener de deux des disques de Dropa

Il a dit qu’il a observé un trou au centre de chaque disque et des hiéroglyphes dans les rainures, partiellement émiettées, comme une spirale. On dit que lorsqu’il s’est renseigné sur les disques, le gérant n’a rien pu lui dire, mais il lui a permis d’en prendre un à la main et de les photographier. Il prétend que dans ses photos les hiéroglyphes ne peuvent pas être vus car ils ont été cachés par le flash de l’appareil photo et se sont également détériorés. En 1994, les disques et le directeur avaient disparu du musée.

Les critiques ont largement rejeté l’histoire des disques de Dropa, arguant qu’il s’agissait d’un mélange de tromperie et de légende urbaine.

Par exemple, l’écrivain David Richie mentionne que ces histoires ont intrigué Gordon Chreighton, membre de la Royal Society of Anthropology et de la Royal Society of Geography.

Dans le cadre de l’enquête, Chreighton a examiné les allégations au sujet du Dropa “non fondées”, et a détaillé ses conclusions dans un article pour la revue Flying Saucer.

Il n’est pas facile de trouver des preuves crédibles pour montrer que les disques de Dropa existent ou ont existé dans le passé.

Les défenseurs de l’histoire prétendent que c’est le résultat d’une perturbation sociale causée par la révolution culturelle chinoise et d’un camouflage conspiré par les autorités de ce pays.

Toutefois, cela va au-delà de la Chine, puisque ceux qui s’opposent à l’histoire de la Dropa prétendent que c’est une tromperie d’Erich von Däniken.

Source : Ancient Code

1 Commentaire

  1. Aphadolie

    Certains disques de Dropa furent étudiés par la SAGEM (lorsque cette société avait encore des contrats militaires) au milieu des années 70.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *