Explosion de méthane imminente en mer de Barents ?

mer de Barents

Des centaines de cratères tapissant les fonds de la mer de Barents, dont certains atteignent un kilomètre de diamètre et trente mètres de profondeur, ont été découverts par une équipe norvégienne. Plus de 600 suintements de méthane s’en dégagent encore, menaçant d’exploser à tout moment.

Creusés il y a 12 000 ans lors de la dernière déglaciation, lorsque les immenses calottes glaciaires ont commencé à fondre, de gigantesques cratères répartis sur 440 km gisent par 300 m de fond au large du Spitzberg, en mer de Barents, résultat de l’éclatement d’énormes de bulles de méthane. « Certains de ces cratères étaient connus depuis les années 1990 », comme l’indique Karin Andreassen, un des auteurs de cette nouvelle découverte, « mais grâce aux progrès considérables de l’imagerie multifaisceaux, nous arrivons désormais à observer à la fois le fond, la roche sous-jacente et les colonnes de bulles de méthane qui remontent avec une précision inédite. Ce qui nous a révélé le nombre et l’importance de ces structures ».

Le problème, c’est que de nouvelles recherches ont révélé des « protubérances » remplies de méthane avec un courant de petites bulles de méthane émanant du centre de chaque monticule qui menacent d’éclater à tout moment, diffusant dans l’eau et l’atmosphère d’importantes quantités de méthane. Plus de 600 suintements de méthane auraient été décelés. « Chaque année, nous venons voir ces dômes de peur qu’un d’entre eux se transforme en cratère, ressemblant à ceux déjà découverts dans d’autres régions de la mer », a indiqué Pavel Serov, un des chercheurs à la tête du projet à l’université de Tromso.

Une fois les cratères formés il y a environ 12 000 ans, lorsque les immenses calottes glaciaires qui recouvraient ces régions jusqu’au plancher océanique ont commencé à fondre, le méthane issu de gisements d’hydrocarbures profonds s’est en effet accumulé en d’immenses « bulles » coincées près de la surface du sol par le poids de la glace. Les chercheurs craignent aujourd’hui que d’autres explosions puissent avoir lieu à cause du réchauffement climatique et de la fonte des glaces. Rappelons que le méthane est un puissant gaz à effet de serre.

Source : SciencePost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *