Nous avons trouvé l’éruption volcanique la plus profonde connue – Un champ de verre sous la mer

champ de verre

Presque au bord de la fosse des Mariannes, avant qu’elle ne plonge dans les entrailles de l’océan, les scientifiques ont trouvé quelque chose de rare et de merveilleux. En 2015, un volcan sous-marin a connu une éruption massive qui a déversé du magma en fusion dans l’océan environnant.

Lorsque le magma incroyablement chaud rencontre l’eau, il commence à refroidir rapidement. Le résultat ? Un vaste champ de verre volcanique. Et plus spectaculaire encore, à une profondeur de 4 050 à 4 450 mètres, c’est l’éruption volcanique la plus profonde jamais découverte sur Terre.

Ce grand champ de verre volcanique s’étend sur 7,3 kilomètres le long d’une région connue sous le nom de Mariana Trough, un bassin arrière-arc associé à l’arc volcanique actif qui longe le rebord de la fosse des Mariannes.

Comme cette région se trouve en bordure d’une zone de subduction, où le bord d’une plaque tectonique se glisse sous une autre, l’activité volcanique n’est pas inattendue, ni même rare. Mais étudier cette activité n’est pas facile.

“Nous savons que la plus grande partie de l’activité volcanique du monde se déroule en fait dans l’océan, mais la plus grande partie n’est pas détectée et passe inaperçue”, a déclaré le géologue marin Bill Chadwick de l’Oregon State University et du Pacific Marine Environmental Laboratory de la NOAA.

“Les séismes sous-marins associés au volcanisme sont généralement petits et la plupart des instruments se trouvent loin sur terre. Beaucoup de ces zones sont profondes et ne laissent aucun indice à la surface. Cela rend les éruptions sous-marines très insaisissables.”

La vidéo ci-dessous montre la première fois qu’une de ces éruptions sous-marines a été filmée en 2009, il y a moins de 10 ans.

L’éruption la plus profonde connue, qui fait maintenant l’objet d’un nouveau document de recherche, a été constatée pour la première fois en décembre 2015 par le véhicule sous-marin autonome de l’Institut océanographique Woods Hole, Sentry.

À cette époque, les coulées de verre volcaniques avaient l’air intactes. Rien ne poussait sur elles, et aucun sédiment n’avait commencé à les recouvrir. Un mont hydrothermal situé à proximité suintait également du liquide laiteux, ce qui indique que la coulée de lave était encore chaude.

Les retours sur le site ont été effectués en avril et décembre 2016, cette fois avec des véhicules sous-marins télécommandés – le Deep Discoverer de la NOAA et le SuBastian du Schmidt Ocean Institute – afin que les scientifiques puissent exercer un meilleur contrôle sur ce qu’ils voient.

Ces voyages ont révélé un déclin rapide du système hydrothermal, ce qui indique que l’éruption s’est produite sur une échelle de quelques mois seulement avant la découverte en décembre 2015.

“Typiquement, après une éruption, il y a un dégagement de chaleur et un dégagement d’air pendant quelques années et les organismes vont coloniser les monts, créant ainsi un nouvel écosystème”, explique Chadwick.

“Mais au bout d’un moment, le système se refroidit et les organismes mobiles s’en vont. Il y avait encore un peu de ventilation, mais elle avait visiblement beaucoup diminué.”

champ de verre

Images de la plongée SuBastian, décembre 2016. (Chadwick et coll./Frontiers)

C’est une occasion rare, car la plupart des éruptions volcaniques sous-marines ne sont découvertes que longtemps après qu’elles se soient produites. Jusqu’à présent, seulement 40 coulées de lave sous-marines environ ont été détectées.

En retournant sur les lieux de l’éruption, les chercheurs ont pu observer la rapidité avec laquelle la vie continue. En avril 2016, les espèces communément observées autour des cheminées hydrothermales, telles que les crevettes et les homards, avaient commencé à se déplacer, mais les espèces moins mobiles, telles que les anémones et les éponges, qui mettent généralement plus de temps à coloniser, n’étaient pas en vue.

Selon les chercheurs, cela confirme la chronologie d’une éruption qui s’est produite peu de temps avant qu’elle ne soit découverte.

“Les volcans sous-marins peuvent nous aider à comprendre le fonctionnement des volcans terrestres et leur impact sur la chimie des océans, qui peut avoir des répercussions importantes sur les écosystèmes locaux”, a dit M. Chadwick.

“C’est une occasion spéciale d’apprendre quand on peut les trouver.”

L’équipe a publié ses conclusions dans la revue à libre accès Frontiers in Earth Science.

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *