L’addiction aux selfies désormais classée comme une maladie mentale à part entière

selfies

Le selfie, ou l’acte de se prendre soi-même en photo, a donné naissance au selfitis, l’addiction au selfie. Elle vient d’être identifiée comme réelle affliction mentale par un groupe de chercheurs britanniques et indiens.

Le terme « selfitis » est tout d’abord né d’un article d’intox paru en 2014. Trois ans après, on le voit réapparaître, mais cette fois-ci de manière très sérieuse. Il désigne l’addiction au selfie, cette pratique qui consiste à se prendre en photo soi-même, et devenue courante avec la démocratisation des smartphones couplée à celle des réseaux sociaux.

Dans une étude, des chercheurs de l’Université de Nottingham Trent au Royaume-Uni et de la Thiagarajar School of Management en Inde, ont identifié trois stades d’addiction à cette pratique. Il y a d’abord le stade dit « à risque », pour une personne qui prend au moins trois selfies par jour sans les poster sur les réseaux. Ensuite vient le stade dit « sévère », pour ceux qui prennent des selfies au moins trois fois par jour pour tous les poster sur les réseaux. Et enfin le stade dit « chronique » pour ceux qui ont un besoin incontrôlable de se prendre en photo tout au long de la journée et en postent au moins six par jour sur les réseaux sociaux. Cette étude s’est déroulée en Inde, notamment parce que c’est le pays où l’on meurt le plus « à cause » d’un selfie pris dans une situation dangereuse – 30 dans le monde en 2017 dont 14 rien qu’en Inde.

Cette étude a été menée sur un total de 200 participants. Ceux-ci ont d’abord été analysés pour déterminer les facteurs qui pourraient conduire à une addiction au selfie, puis certains d’entre eux ont dû répondre à « l’échelle comportementale du selfitis » mise en place pour l’occasion. Il s’agit d’une série de vingt affirmations où les participants doivent noter la pertinence de chacune de ces affirmations de 1 (si cela ne s’applique que très peu) à 5 (si cela correspond parfaitement). Parmi ces affirmations : « Je me sens plus populaire lorsque je poste mes selfies sur les réseaux sociaux » ou encore « Prendre des selfies améliore mon humeur et me rend heureux ». Vous pouvez retrouver les vingt affirmations sur le site du Telegraph.

Grâce aux résultats obtenus, les chercheurs ont pu classer l’addiction aux selfies comme une maladie mentale à part entière. « Typiquement, les personnes qui souffrent de cette condition ont très peu confiance en eux et essayent de s’intégrer au groupe de leurs pairs », explique le chercheur Janarthanan Balakrishnan au quotidien britannique The Independent. « Ils peuvent manifester des symptômes similaires à d’autres comportements potentiellement addictifs ».

Toutefois, il n’existe pas encore de traitement recommandé pour combattre cette maladie. Peut-être commencer par poser son téléphone.

Source : SciencePost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *