Les propriétaires de chiens vivent plus longtemps et sont mieux protégés contre les crises cardiaques


Deux études récemment publiées ont associé le fait d’être propriétaire d’un chien à une réduction de la mortalité toutes causes confondues.

L’effet protecteur est particulièrement prononcé dans le cas des maladies cardiovasculaires. Les chercheurs ont constaté que, comparativement aux personnes qui n’étaient pas propriétaires de chien, ceux en ayant la charge présentaient un risque réduit de 24 % de mortalité toutes causes confondues et un risque réduit de 65 % de mortalité après avoir subi une crise cardiaque.

Par le passé, des études ont démontré que le fait d’avoir un chien atténue les symptômes de l’isolement social. Les personnes solitaires ne font généralement pas d’exercice, mais avoir un chien force les gens à sortir et à faire une promenade au moins une fois par jour. La présence d’un chien semble également abaisser la tension artérielle, ce qui pourrait expliquer les meilleurs résultats cardiovasculaires.

Dans la première étude, les chercheurs ont comparé les résultats pour la santé des propriétaires de chiens et des non-propriétaires après une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral (AVC) à l’aide des données du registre national suédois des patients. Les participants à l’étude étaient âgés de 40 à 85 ans et ont subi une crise cardiaque ou un AVC ischémique entre 2001 et 2012.

Les études ont révélé que les participants qui possédaient un chien couraient 33 % moins de risques de mourir d’une crise cardiaque s’ils vivaient seuls et 15 % moins s’ils vivaient avec leur partenaire ou un enfant. Le risque de décès chez les patients d’AVC vivant seuls était de 27 % et de 12 % chez ceux qui vivaient avec d’autres personnes dans le ménage, tel que rapporté dans le journal Circulation : Qualité et résultats cardiovasculaires.

Les chercheurs suédois affirment que la diminution du risque de décès peut s’expliquer par une augmentation de l’activité physique et une diminution des niveaux de dépression et de solitude.

Selon Tove Fall, professeur à l’université d’Uppsala en Suède :

Nous savons que l’isolement social est un facteur de risque important de détérioration de la santé et de décès prématuré. Des études antérieures ont montré que les propriétaires de chiens sont moins isolés socialement et ont plus d’interactions avec les autres. De plus, garder un chien est une bonne motivation pour l’activité physique, ce qui est un facteur important pour la réhabilitation et la santé mentale.

A l’avenir, les chercheurs aimeraient explorer ce lien encore plus profondément afin de mettre en évidence les relations causales. Il est possible, par exemple, que les médecins “prescrivent un chien” à certains patients vulnérables, sur la base d’une nouvelle politique fondée sur des preuves.

Cette première étude est publiée dans Circulation: Cardiovascular Quality and Outcomes : Dog Ownership and Survival After a Major Cardiovascular Event.

Une deuxième étude, cette fois une méta-analyse (une étude d’études), a porté sur 3,8 millions de personnes regroupées dans 10 études distinctes. Comparativement aux non-propriétaires, les personnes ayant des chiens présentaient un risque réduit de 24 % de mortalité toutes causes confondues, un risque réduit de 65 % de mourir d’une crise cardiaque et un risque réduit de 31 % de mortalité due à des troubles médicaux cardiovasculaires.

Selon Caroline Kramer, M.D. Ph.D., professeure adjointe en médecine à l’Université de Toronto (Canada) :

Avoir un chien était associé à une augmentation de l’exercice physique, à une baisse de la tension artérielle et à un meilleur profil de cholestérol dans les rapports précédents. Ainsi, on s’attend à ce que les gens qui possédaient des chiens vivent plus longtemps et que leur risque de décès cardiovasculaire soit également plus faible.

Nos résultats suggèrent que le fait d’avoir un chien est associé à une vie plus longue. Nos analyses n’ont pas tenu compte des facteurs confondants tels qu’une meilleure forme physique ou un mode de vie plus sain qui pourraient être associés à la possession de chiens. Les résultats, cependant, ont été très positifs.

La prochaine étape sur ce sujet serait une étude interventionnelle pour évaluer les résultats cardiovasculaires après l’adoption d’un chien et les avantages sociaux et psychologiques de la propriété du chien. En tant que propriétaire de chien, je peux dire que l’adoption de Roméo (le Schnauzer miniature de l’auteur) a augmenté mes pas et mon activité physique chaque jour, et il a rempli ma routine quotidienne de joie et d’amour inconditionnel.

L’étude publiée dans Circulation: Cardiovascular Quality and Outcomes : Dog Ownership and Survival.

Lire aussi : Une étude montre l’effet des caresses de votre chien ou de votre chat sur les niveaux de stress

Source : GuruMeditation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *