Un cas médical terrifiant montre pourquoi vous devriez vous méfier des confettis en étoiles à Noël


Noël approche à grands pas. Cela signifie acheter des cadeaux, emballer des cadeaux, préparer votre arbre, et des tas de décorations de Noël brillantes à perte de vue.

Malheureusement, comme l’illustre une nouvelle étude de cas qui suscite la réflexion, il n’est pas entièrement sûr d’avoir tout ce scintillement de paillettes dans les environs. En particulier, pour les très jeunes d’entre nous, même un seul confetti en forme d’étoile peut poser un danger d’étouffement (ou pire).

Dans une note publiée dans le Medical Journal of Australia, les médecins rapportent l’expérience d’un nourrisson de neuf mois qui a été hospitalisé après un grave épisode d’étouffement au cours duquel la mère de l’enfant a remarqué des traces de sang dans la salive de son enfant.

Un tel symptôme suffirait à alarmer sérieusement tout parent, mais l’examen subséquent de la jeune fille n’a rien révélé de remarquable dans son état, et la mère n’avait pas vu sa fille inhaler ou ingérer quelque chose d’inhabituel.

Sans plus d’informations, la petite fille a reçu son congé de l’hôpital et les médecins ont conclu qu’elle s’était simplement étouffée avec sa propre salive.

Deux jours plus tard, cependant, la patiente était de retour à l’hôpital, avec des difficultés respiratoires, de la fièvre, de la toux et un appétit réduit.

L’examen physique a révélé qu’elle avait une fréquence respiratoire anormalement élevée de 68 respirations par minute et une rougeur à la gorge, et qu’elle avait aussi une respiration sifflante de façon intermittente. La jeune fille a été admise à l’hôpital, les médecins pensant qu’elle pourrait avoir une bronchiolite virale – mais la vraie cause de ses problèmes est passée inaperçue.

Ce n’est qu’après s’être présentée de nouveau quelques jours plus tard avec des symptômes encore pires – incluant maintenant la léthargie, un débit sanguin réduit et une masse dans le côté gauche de son cou – que la source de l’aggravation de l’état du patient fut identifiée.

Les échographies et les tomodensitogrammes ont révélé une grande masse de pus (appelé abcès abcès rétropharyngé) à l’arrière de sa gorge, ce qui a rétréci ses voies respiratoires – et elle n’était pas seule.

Comme le montre clairement une reconstruction par tomodensitométrie, un objet en forme d’étoile était présent dans la gorge de la petite fille, rôdant aux bords de l’abcès : une étoile confetti à cinq branches, noyée dans le tissu délicat de sa trachée.

Reconstruction du scan montrant une étoile de confettis logée dans la gorge. (Heyworth & Shulman, MJA, 2019)

Bien qu’il soit facile d’ignorer les dangers posés par ces minuscules pièces décoratives, dans un cas comme celui-ci, les risques cachés inhérents à leurs conceptions épineuses et colorées deviennent d’une clarté alarmante.

“Malgré leur nature flexible, les pointes acérées des confettis en étoiles semblent augmenter le risque de se loger dans les voies aérodigestives supérieures et leurs surfaces réfléchissantes attirent l’attention des jeunes enfants qui ont tendance à mettre des objets dans leur bouche”, expliquent dans leur note les chercheurs, dirigés par le premier auteur et radiologue Paul Heyworth, du Gold Coast University Hospital.

“Bien qu’ils soient rares, des cas similaires pourraient se présenter pendant les fêtes de Noël.”

(Heyworth & Shulman, MJA, 2019)

Dans le cas de la fillette de neuf mois, au moins, il y a eu une fin heureuse. Les chirurgiens ont pratiqué une incision d’urgence pour drainer l’abcès et retirer l’étoile en plastique incrustée dans la paroi hypopharyngée postérieure de l’enfant.

Une fois l’obstruction des confettis enlevée, ils ont gardé la patiente sous antibiotiques pour s’assurer qu’aucune infection ne s’installe après l’intervention et, heureusement, aucune complication n’a été signalée.

C’est un bon résultat, en fin de compte, mais l’histoire aurait pu se terminer différemment ; les chercheurs notent que les gens doivent être conscients des dangers potentiels de ces décorations pour les jeunes enfants, et suggérer des étiquettes de mise en garde sur les emballages de confettis pourrait également être une bonne idée.

Les résultats sont publiés dans The Medical Journal of Australia.

Lire aussi : Le sang en or : le sang le plus rare au monde

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *