Anatoli Bugorski, l’homme qui a mis sa tête dans un accélérateur de particules – et a survécu

Un accélérateur de particules est une machine qui propulse les particules chargées à une vitesse proche de celle de la lumière.

anatoli-bugorski

Inventé dans les années 1930, il est utilisé pour étudier la physique des particules et a mené à la découverte de nouvelles particules révolutionnaires comme le boson de Higgs. Mais assez parlé de découvertes révolutionnaires – et si vous y mettiez votre tête ? La meilleure question est peut-être : pourquoi mettre votre tête là-dedans ? Heureusement, il y a des réponses aux deux. Demandez à Anatoli Bugorski, le type qui l’a fait.

N’essayez pas ceci à la maison

Dans les années 70, le scientifique russe Anatoli Bugorski était chercheur à l’Institut de physique des hautes énergies, travaillant avec l’accélérateur de particules soviétique connu sous le nom de Synchrotron U-70. Le 13 juillet 1978, il a plongé sa tête dans le Synchrotron pour vérifier si un équipement fonctionnait mal quand tout à coup – zap ! Un mécanisme de sécurité s’est déclenché exactement au mauvais moment, lui envoyant un faisceau de protons droit dans la tête. Bien qu’il n’ait ressenti aucune douleur, Bugorski aurait vu un éclair “plus brillant que mille soleils”. Le faisceau est entré par l’arrière de sa tête et en est sorti par son nez. Peu de temps après, le côté gauche de son visage s’est gonflé comme un ballon, et il a été transporté d’urgence à l’hôpital – pour être soigné, bien sûr, mais aussi pour être étudié, car rien de tel ne s’était jamais produit auparavant. Les gens pensaient qu’il serait mort en quelques jours, tout au plus.

anatoli-bugorski

Il est logique que les médecins s’attendaient au pire. Le type d’énergie que le crâne de Bugorski absorbe grâce au rayonnement ionisant du faisceau de protons est mesuré en Gray (Gy). Comme l’explique Gizmodo, le faisceau qui a frappé Bugorski mesurait 2 000 gray lorsqu’il est entré dans son crâne et environ 3 000 gray à sa sortie. Pour référence, absorber plus de cinq gray à tout moment signifie généralement la mort dans les 14 jours. Comme personne n’avait jamais connu de rayonnement sous la forme d’un faisceau de protons se déplaçant à peu près à la vitesse de la lumière, tous les paris étaient annulés.

Je suis un survivant

Bugorski a survécu plus longtemps que quelques jours. En fait, le gars est bien vivant en 2018 à 75 ans. L’incident de l’accélérateur ne l’a pas laissé entièrement indemne, cependant ; il est humain, après tout. Le faisceau a brûlé un chemin à travers son crâne et ses tissus cérébraux et, pendant les deux jours qui ont suivi l’événement, les taches sur sa tête où le faisceau est entré et sorti ont subi un écaillage de la peau. Bugorski a perdu l’ouïe de l’oreille gauche et souffre maintenant d’acouphènes constants. Le côté gauche du visage de Bugorski s’est peu à peu paralysé, le faisant paraître étrangement figé dans le temps. Il a également souffert d’au moins six crises d’épilepsie généralisée tonico-clonique et a également eu des crises d’absence.

Pour quelqu’un qui était considéré comme mort presque immédiatement après son accident, les choses pourraient être bien pires. Bugorski a même été en mesure de terminer son doctorat à la suite de l’incident. Ce n’est pas une histoire de super-héros, mais c’est tout de même impressionnant.

Lire aussi : Rose Bentley : La femme qui a vécu 99 ans avec des organes du mauvais côté

Source : Curiosity – Traduit par Anguille sous roche

3 réponses

  1. red dit :

    Bonjour,
    Merci pour cet article, cependant il faut noter que l’unité dérivée de la dose absorbée est le Gray (symbole Gy). A ne pas confondre ni traduire de grey.
    Cordialement
    [ASR : Merci c’est corrigé !]

  2. Aurel dit :

    Bonjour,

    je suppose que la “traduction” “gris” doit correspondre à l’unité “gray” de symbole Gy qui n’a rien a voir avec le gris / grey, mais avec le chercheur Louis Harold Gray…
    autre point étrange de l’article, si en entrée il y a 2000 Gy et en sortie 3000… le pauvre homme n’a rien absorbé du tout par contre, il aurait plutot produit 1000 Gy, ce qui semble assez étonnant. a moins d’etre une source de radiation humaine…
    il y a indubitablement quelques vérifications et corrections à apporter à l’article.
    [ASR : Merci c’est corrigé ! Par contre il y a bien indiqué que le faisceau mesurait 2000 en entrée et 3000 en sortie, je ne sais pas si c’est une erreur de l’article original ou non ! “…the beam that struck Bugorski measured 2,000 gray when it entered his skull and about 3,000 gray when it exited.”]

    • Aurel dit :

      Bonjour,

      après avoir discuté avec des collègues, l’explication est que la dose absorbée (le Gray donc) dépend de l’énergie du faisceau.
      en simplifiant un peu, en traversant la tête, le faisceau est ralenti et donc dépose par unité de surface plus d’énergie que à l’entrée ou “réside” moins longtemps!
      [ASR : Merci pour l’explication !]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *