Une baleine mystérieuse portant un étrange harnais est soupçonnée d’être un agent russe


Une étrange rencontre entre des pêcheurs et un mystérieux béluga blanc aux habits mystérieux dans la mer de Barents, au large des côtes norvégiennes, a soulevé des soupçons quant à la possibilité que l’animal soit une recrue dressé dans une installation militaire russe.

baleine-harnais-russie-espion

La baleine (Delphinapterus leucas), découverte près de l’île d’Ingøya dans l’Arctique norvégien, semblait apprivoisée et bien adaptée à la présence humaine, et s’est approchée sans hésitation des bateaux de pêche.

“Nous allions sortir les filets quand nous avons vu une baleine nager entre les bateaux”, a déclaré le pêcheur Joar Hesten à la chaîne norvégienne NRK la semaine dernière.

“Elle s’est approchée de nous et nous avons vu qu’il y avait un harnais dessus.”

baleine-harnais-russie-espion

(Direction norvégienne de la pêche)

Hesten n’avait jamais vu la baleine étrangement harnachée auparavant, mais d’autres pêcheurs de la région avaient rapporté avoir vu l’animal, et les interactions apparemment intentionnelles de la baleine avec les bateaux de pêche pourraient même avoir été une tentative pour se débarrasser du harnais attaché autour d’elle.

“Elle cherche toujours des bateaux et des gens, puis elle se rend jusqu’au bateau et essaie de frotter les sangles”, a dit Hesten.

Lorsque les pêcheurs sont retournés dans la zone avec les biologistes marins de la direction norvégienne de la pêche, la baleine a été attirée vers les bateaux avec des filets de morue ; un des pêcheurs a sauté dans les eaux glaciales en combinaison et a réussi à retirer le harnais.

La tenue vestimentaire de la baleine – qui comporte une monture spéciale pouvant être utilisée pour fixer une caméra d’action comme un GoPro ou un autre type d’instrument – portait à l’intérieur les mots “Equipement de Saint-Pétersbourg”.

Avec le reste de l’attirail, cela amène certains à soupçonner que l’animal pourrait être une recrue perdue dans une installation navale russe.

“Si cela vient de Russie et il y a de bonnes raisons de le croire, ce ne sont pas les scientifiques russes, mais plutôt la marine qui l’ont fait”, a déclaré à NRK Martin Biuw, écologiste marin de l’Institut norvégien de recherche marine.

baleine-harnais-russie-espion

(Direction norvégienne de la pêche)

Un autre chercheur de l’Université de Tromsø (UiT), Audun Rikardsen, affirme que ni les scientifiques norvégiens ni les scientifiques russes ne mettraient de harnais sur de telles baleines, et convient que l’armée russe est l’explication la plus probable de leur équipement.

“J’ai été en contact avec des chercheurs russes et ils peuvent confirmer qu’ils ne le font pas”, a déclaré Rikardsen au journal norvégien VG.

“On me dit que c’est probablement la marine russe à Mourmansk.”

Alors que l’utilisation des baleines comme instruments militaires de surveillance ou même potentiellement comme créatures militarisées peut sembler farfelue, il existe une longue histoire de cooptation d’animaux marins, en particulier de dauphins, à des fins navales, tant en ex-Union soviétique qu’aux États-Unis.

Bien qu’une partie de cette histoire soit controversée, de récents reportages dans les médias russes suggèrent que le régime de Poutine est toujours intéressé à entraîner les baleines, les dauphins et même les phoques à des fins militaires.

Selon ces rapports, des recherches menées à l’Institut de recherche biologique de la mer de Mourmansk, dans le nord de la Russie, à la demande de la marine russe, étudiaient des méthodes telles que la formation des baleines pour garder les bases navales, voire pour “aider les plongeurs en eau profonde et si nécessaire tuer tout étranger qui entre sur leur territoire”.

Des scientifiques russes ont confirmé cette semaine que de telles recherches sont en cours, ce qui renforce l’argument selon lequel le béluga blanc repéré dans la mer de Barents pourrait être un déserteur perdu d’une telle installation.

“Il y a un institut à Saint-Pétersbourg qui coopère avec l’armée pour étudier les animaux à des fins d’application et qui travaille dans la baie des Cosaques sur la mer Noire et à Mourmansk”, a déclaré Dmitry Glazov de l’Institut AN Severtsov de l’Académie russe des sciences à Interfax News Service.

Malheureusement, quelle que soit l’origine de cet animal, s’il s’agissait d’une recrue égarée dans un centre de recherche militaire, son avenir est loin d’être assuré.

“Elle était vraiment habituée aux gens”, a confié à VG le biologiste marin Jørgen Wiig du Service de la Marine du Service de la pêche, “donc je ne sais pas si elle va se débrouiller seule”.

Lire aussi : Des drones en forme d’oiseaux robots espionnent les gens

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *