Ce nouvel outil pour les gouvernements peut hacker n’importe quel téléphone

Une startup israélienne particulièrement réputée en matière de sécurité informatique a développé un nouveau logiciel très robuste capable de pirater votre smartphone.

Connaissez-vous l’entreprise NSO Group ? Cette société, qui a levé 1,6 million d’euros en 2010, vend des programmes-espions aux pays qui souhaitent surveiller leurs habitants, à des prix probablement très élevés compte tenu de la bonne santé de la firme. En effet, celle-ci n’a jamais eu besoin de compter de nouveau sur des investisseurs.

Son produit phare, Pegasus, vient aujourd’hui de sortir dans une nouvelle version. Il permet cette fois-ci à ceux qui ont les moyens de se l’offrir d’accéder aux données stockées sur un mobile, qu’il s’agisse d’un Android ou d’un iPhone. Évidemment, la clientèle pour ce type d’offre est nombreuse.

Quels sont les risques ?

Si vous êtes un citoyen modèle, vous n’avez pas à vous inquiéter. Sinon, sachez que si vous cliquez par inadvertance sur un lien malicieux dans un texto, Pegasus peut récolter de la data stockée dans le cloud chez les GAFAM et accéder à :

  • vos photos
  • vos SMS
  • vos appels
  • votre historique
  • votre géolocalisation
  • vos emails
  • et plus encore…

Mais ce n’est pas tout. En plus de pouvoir consulter les informations, le soft peut aussi prendre le contrôle de l’appareil à distance, afin par exemple d’accéder à une application pour se connecter sans avoir à passer par l’authentification à double facteur.

Quels appareils pourraient être contrôlés par Pegasus ?

Que vous soyez équipé d’un iPhone XR ou d’un Huawei Mate 20, le modèle importe peu : le logiciel espion de NSO Group peut s’emparer de quasiment tous les smartphones. Quant aux victimes potentielles de ce genre d’intrusion, elles sont tout aussi nombreuses.

À commencer par les lanceurs d’alertes ou les opposants politiques. Certains États sont ainsi prêts à débourser des millions afin d’accéder à leurs informations privées, une situation de plus en plus connue du public depuis les révélations d’Edward Snowden visant les pratiques de la NSA. Et quand une actualité comme celle d’aujourd’hui ne choque plus, c’est qu’il s’agit maintenant de banalités.

Lire aussi : Services publics : et si tous les smartphones étaient désormais vendus avec une app du gouvernement ?

Source : Presse-citron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *