Des robots tueurs peuvent être déployés dès 2021, mais ils ne ressembleront pas à Terminator


C’était autrefois de la science-fiction : Des robots programmés pour tuer n’importe qui dans le cadre d’une mission. Rien ne pouvait les arrêter.

Pire encore, ils étaient eux aussi contrôlés par d’autres machines, des ordinateurs à intelligence artificielle qui étaient devenus sensibles et qui décidaient que l’humanité était inutile et devait être éliminée.

L’exemple le plus connu de ces robots voyous se trouve dans les films “Terminator”, qui dépeignent un cyborg renvoyé dans le temps pour tuer la femme qui allait donner naissance au chef du mouvement de résistance humaine dans le futur.

Vous vous souvenez sans doute de cette dernière scène du premier “Terminator”.

Beaucoup d’entre nous ont regardé ce film et se sont dit : “C’est encore loin dans l’avenir.”

Mais il s’avère que l’avenir est maintenant, comme Vox l’a rapporté dans un article récent sur les robots tueurs :

“Les experts en apprentissage machine et en technologie militaire affirment qu’il serait technologiquement simple de construire des robots qui prennent des décisions sur les personnes à cibler et à tuer sans qu’il y ait un “humain dans la boucle”, c’est-à-dire sans que personne ne soit impliqué à aucun moment entre l’identification d’une cible et sa mort. Et à mesure que les algorithmes de reconnaissance faciale et de prise de décision deviendront plus puissants, cela ne fera que s’améliorer.

Appelées “armes autonomes mortelles” – mais “robots tueurs” n’est pas un surnom déraisonnable – les armes proposées seraient surtout des drones, pas des robots humanoïdes, qui sont encore très difficiles à construire et à déplacer. Mais ils pourraient être beaucoup plus petits que les drones militaires existants, et ils pourraient être beaucoup moins chers.”

Les drones sont aussi connus sous le nom de véhicules aériens sans pilote (UAV). Les États-Unis les utilisent en guerre depuis 2000. Ils sont silencieux, portent des armements mortels et sont incroyablement précis. Un drone peut détruire un camp ennemi entier avec quelques missiles bien placés. Mais ils sont contrôlés par un humain avec un ordinateur et un joystick, alors ils ne peuvent faire que ce qu’on leur dit de faire.

Pensez maintenant à un jour où les drones sont envoyés au loin pour faire leur travail mortel sans surveillance humaine. Stuart Russell, professeur d’informatique à l’Université de Berkeley, dit que ce jour est dans moins de deux ans :

“Sur le plan technologique, les armes autonomes sont plus faciles à utiliser que les voitures auto-portées. Les gens qui travaillent dans les technologies connexes pensent qu’il serait relativement facile de mettre au point une arme très efficace en moins de deux ans.”

Le drone MQ-9 Reaper. Considéré comme le drone le plus mortel de l’arsenal américain.

Les pays du monde entier commenceront probablement à utiliser de telles machines tueuses dans un avenir très proche. Et leur raisonnement pour utiliser des drones au lieu de soldats est clair :

“D’un point de vue militaire, l’argument le plus simple en faveur des armes autonomes est qu’elles ouvrent un monde de nouvelles capacités. Si les drones doivent être pilotés individuellement par un humain qui prend les décisions cruciales sur le moment où le drone peut tirer, vous ne pouvez pas en avoir autant dans le ciel à la fois.

De plus, les drones actuels ont besoin d’émettre et de recevoir des informations de leur base. Cela introduit un certain temps de latence, des limites aux endroits où ils peuvent opérer et les rend quelque peu vulnérables – ils sont inutiles si les communications sont coupées par des ennemis qui peuvent bloquer (ou “brouiller”) les canaux de communication.”

Vous vous posez peut-être la question : À quel point devrais-je avoir peur de ces robots tueurs ? Comme le note Vox :

“Les robots tueurs ont le potentiel de faire beaucoup de mal et de rendre les moyens de tuer beaucoup de gens plus accessibles aux États totalitaires et aux acteurs non étatiques. C’est plutôt effrayant.

Mais à bien des égards, la situation des armes autonomes meurtrières n’est qu’une manifestation d’une tendance beaucoup plus large.

L’IA rend possible des choses qui n’étaient jamais possibles auparavant, et ce, rapidement, de sorte que nos capacités prennent souvent le pas sur la réflexion, la réflexion et une politique publique solide. À mesure que les systèmes d’IA deviendront plus puissants, cette dynamique deviendra de plus en plus déstabilisante.”

Traduction : Pour paraphraser Arnold Schwarzenegger dans le premier film “Terminator”, Ils vont revenir. Sommes-nous prêts pour cela ?

En savoir plus sur le drone MQ-9 Reaper :

Lire aussi : Les robots tueurs existent déjà, et ils sont là depuis très longtemps

Source : Ancient Code – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *