IA : nombreux sont les responsables en entreprise qui veulent remplacer leur personnel humain au plus vite

Mais ne l’admettent pas en public

ia-patron-emplois

La futurologie a pour ambition d’aborder les différents scénarios possibles de l’avenir. Sous l’influence de l’anglais (futures research), le terme tend avec difficulté à remplacer celui de « prospective » en France. La futurologie est censée procéder à partir des données technologiques, économiques ou sociales du passé et du présent, et affirme se fonder sur des techniques et des modèles scientifiques. Le terme exclut les prédictions obtenues par des moyens surnaturels, ainsi que celles concernant le court terme (par exemple les estimations sur les fluctuations boursières). Celles-ci sont des sciences spéculatives.

La futurologie telle qu’elle se présente elle-même repose sur l’idée que chacun prend des décisions en rapport avec sa vision personnelle du futur, même de manière intuitive ou implicite. Les futurologues prétendent construire une vision du futur qui soit la plus exacte possible, avec pour ambition affichée que ceux qui prennent les décisions importantes puissent le faire en connaissance de cause.

Parmi des futurologues célèbres nous pouvons citer l’ingénieur Raymond C. Kurzweil qui a fait de nombreuses prédictions dont quelques unes sont répertoriées ici.

L’intelligence artificielle

Les actualités récentes évoquant d’importants investissements dans l’intelligence artificielle suggèrent que l’utilisation de cette technologie devient progressivement mainstream. La preuve en est que DocuSign a injecté 15 millions de dollars dans une start-up de découverte de contrat d’intelligence artificielle, Apple a absorbé un développeur de caméras d’intelligence artificielle et le quotidien CIO a annoncé que les banques devraient dépenser 5,6 milliards de dollars sur les solutions d’IA en 2019, « inaugurant la prochaine révolution financière ». En somme, les grains de l’IA sont semées un peu partout.

ia-patron-emplois

En dépit d’un excès de préoccupations éthiques, les défenseurs d’Amnesty International tels que Andrew Ng encouragent les entreprises à se lancer dans l’utilisation de l’IA. KPMG affirme que plus de la moitié des dirigeants d’entreprise envisagent de mettre en place une forme quelconque d’IA dans les 12 prochains mois. L’une des discussions les plus courantes sur l’IA est l’impact potentiel sur l’emploi.

Cet impact est probablement incalculable, même si beaucoup essaient de l’estimer. Gartner, par exemple, pense que l’intelligence artificielle créera plus d’emplois qu’elle n’en supprime d’ici 2025. Les révolutions technologiques précédentes ont détruit des emplois, mais ont finalement créé de nouveaux emplois et de nouvelles industries. Ce schéma est arrivé à plusieurs reprises, et cette dynamique est maintenant ancrée dans plusieurs réflexions conventionnelles.

Les futurologues pensent que l’IA va supprimer près de la moitié des emplois dans 15 ans

Mais tout le monde n’est pas aussi optimiste quant à l’impact de l’IA. Dans un entretien de 60 minutes, Kai-Fu Lee, l’un des plus grands experts mondiaux en intelligence artificielle, a déclaré que, dans 15 ans à peine, la technologie de l’IA pourrait remplacer environ 40% des emplois dans le monde.

Il faut noter que 75% des entreprises interrogées par KPMG s’attendent à ce que l’automatisation intelligente ait un impact significatif sur 10 à 50% de leurs employés au cours des deux prochaines années. Un dirigeant de Citigroup a déclaré à Bloomberg qu’une meilleure intelligence artificielle pourrait réduire les effectifs dans la banque de 30%.

ia-patron-emplois

Face à tous ces changements, de nombreuses entreprises déclarent publiquement que l’intelligence artificielle éliminera certains travaux ennuyeux et répétitifs et permettra aux personnes d’effectuer un travail de niveau supérieur. Toutefois, il serait utopique de croire que ce sont uniquement les emplois qui nécessitent peu de qualification qui sont en danger. Les analystes de Gartner ont récemment annoncé que l’IA éliminerait 80% des tâches de gestion de projet. Cela a conduit SiliconANGLE à dire que « les chefs de projet qui s’inquiètent du fait qu’une intelligence artificielle pourrait un jour voler leurs emplois devraient avoir intérêt à envisager un changement de carrière dès que possible ». L’étude de KPMG a révélé que pratiquement toutes les organisations avaient besoin d’aide pour préparer leurs employés. pour les changements à venir.

En public, les dirigeants d’entreprise parlent d’une « IA centrée sur l’homme ». En privée c’est une autre affaire

Un article du New York Times a noté que, si de nombreux dirigeants d’entreprise parlent volontiers en public d’une « IA centrée sur l’homme » et de la nécessité de mettre en place un filet de sécurité pour ceux qui perdent leur emploi. Néanmoins, en privé, ils parlent de la course pour automatiser leurs effectifs « afin de rester en tête et ce avec peu de considération pour l’impact sur les travailleurs ». L’article cite également un sondage de Deloitte de 2017 qui révèle que 53% des entreprises ont déjà commencé à utiliser des machines pour effectuer des tâches précédemment effectuées par des humains. Ce chiffre devrait grimper à 72% l’an prochain.

Ce qui apparaît de cette dynamique est que les travailleurs ne sont pas un facteur majeur dans le calcul économique de la tendance des entreprises à adopter l’IA, malgré tant de déclarations publiques prétendants le contraire. Ainsi, il n’est peut-être pas surprenant que l’enquête Edelman 2019 sur l’IA révèle un point de vue largement partagé sur le fait qu’elle entraînera des pertes d’emplois pouvant entraîner des bouleversements de la société et qu’elle profitera aux riches et fera du mal aux pauvres.

La tendance à l’intelligence artificielle n’est pas inévitable, car des problèmes pourraient survenir, ce qui ralentirait voire mettrait fin à la mise en œuvre. De nombreuses préoccupations éthiques ont fait surface ces derniers mois et les entreprises ne veulent pas être du mauvais côté d’une révolte des employés ou des consommateurs. Ces pressions compensatoires peuvent donner lieu à une pause, mais il est peu probable que la trajectoire d’adoption change de manière substantielle, les avantages commerciaux étant tout simplement trop importants.

Lire aussi : L’IA pourrait supplanter 40% des emplois du monde dans 15 ans

Sources : Developpez.com par Stéphane le calmeApple fait l’achat de Lighthouse AICIOMITKPMGentretien avec Kai-Fu Lee (CBS News)GartnerSilicon AngleNew York TimesDeloitteEdelman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *