La vie sur Terre “pourrait avoir commencé sur Mars”

vie-terre-mars

La vie sur Terre aurait pu être initialement développée sur Mars et transportée ensuite ici par des météorites, selon une nouvelle étude scientifique.

Les astrophysiciens ont exploré la possibilité de la vie se développant sur deux planètes dans un système solaire et toutes les conséquences pour la Terre et Mars – notre plus proche voisine planétaire.

L’astrophysicien Jason Steffen a examiné la quantité de systèmes solaires qui ont été trouvés par le télescope Kepler et qui possède deux ou plusieurs planètes dans la zone habitable prétendue – qui sont à une bonne distance de leur soleil afin d’avoir une température de l’eau liquide correcte et une atmosphère pour le développement de la vie.

Bien que Mars se trouve à des millions de kilomètres la Terre, les scientifiques estiment qu’il y a des milliards d’années, elle aurait pu être plus chaude et aurait pu éventuellement soutenir une forme de vie microscopique.

Mais les scientifiques sont d’accord sur le fait que quelque chose de catastrophique est arrivé et a provoqué l’extinction de toutes formes de vie.

La NASA a récemment annoncé d’après ses recherches que Mars a eu une atmosphère qui lui a permis d’abriter de grands océans et des cours d’eau sur sa surface, mais cette atmosphère a été littéralement dépouillée sur des milliards d’années par les vents solaires et il reste maintenant qu’environ 1% de son atmosphère.

M. Steffen et son équipe ont étudié le processus de lithopanspermia – les moyens par lesquels un matériau de support de vie sur une planète peut être éjecté par des impacts de météorites et livré à la surface d’une autre planète.

vie-terre-mars-algues-australie

Cette algue bleu-verte, appelée stromatolites, prospère encore à Shark Bay, Australie-Occidentale

Un porte-parole de l’équipe a dit : “Par exemple, sur Terre, plus de 100 météorites d’origine martienne ont été trouvées”.

M. Steffen et Gongjie Li, du Centre d’astrophysique Harvard Smithsonian, ont identifié un certain nombre de faits qui faciliteraient la prolifération de la vie entre deux planètes dans un système multi-habitable.

M. Steffen a déclaré : “Des systèmes multi-habitables pourraient avoir un arbre généalogique microbien avec des racines et des branches simultanément sur deux planètes différentes. Des systèmes comme ceux qui nous avons étudié, et les systèmes de lune en orbite autour de la zone habitable d’une planète géante, sont parmi les rares scénarios où la vie – la vie intelligente en particulier – pourrait exister à deux endroits en même temps et dans le même système”.

Ils croient que notre propre galaxie, la Voie Lactée, peut posséder des milliards de systèmes planétaires où plus d’une planète est habitable.

La sonde spatiale Kepler de la NASA a trouvé des paires de planète sur des orbites très semblables – avec des distances orbitales différente d’environ 10%.

vie-graphique-évolution

Est-ce que cette exposition graphique de l’évolution de la vie devrait inclure une météorite ?

Si un tél événement a eu lieu au bon endroit, les deux planètes pourraient soutenir la vie – et même s’aider les unes avec les autres.

M. Steffen a déclaré : “C’est assez fascinant d’imaginer un système où vous avez deux planètes comme la Terre en orbite juste à côté de l’autre. Certains des systèmes que nous avons observé avec Kepler ont été mesurés avec la même orbite de la Terre, alors les deux planètes ne seraient qu’à un dixième d’une unité astronomique à leur approche la plus proche. Cela fait seulement 40 fois la distance jusqu’à la Lune. Mars, au mieux, est à 200 fois la distance Terre-Lune”.

Le rover Curiosity de la NASA a récuré la surface de Mars pour cherché les preuves de toutes les formes précoces de la vie, mais jusqu’ici, il a fait chou blanc, cependant, il a trouvé les restes de ce qui était autrefois considéré comme des lits de rivière.

vie-météore-mars-antarctique

Un météore venant de Mars qui a atterri sur Terre en Antarctique

L’équipe a conclu que deux planètes qui sont proches ont de meilleures chances pour un transfert de la vie.

Les micro-organismes sont plus susceptibles de résister à un impact de météorites lorsque la distance est courte et le temps nécessaire pour parcourir la distance interplanétaire est beaucoup plus court. La façon dont voyage une roche dans l’espace implique qu’il est plus probable qu’elle pourrait frapper la planète à plusieurs endroits dans une succession relativement rapide. Ce scénario augmenterait les chances pour que la vie prenne pied.

Malgré les défis que la vie peut avoir dans le développement sur une planète, il semble que la présence d’un compagnon à proximité peut aider.

M. Steffen a ajouté : «Au moins, le climat n’est pas susceptible d’être pire dans les systèmes multi-habitables, et la possibilité que deux planètes partagent la charge biologique pourrait aider le système à traverser les moments difficiles inévitables”.

Source : Daily Express

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *