Le MIT a développé un appareil capable de lire dans vos pensées

lire dans vos pensées

Les chercheurs du MIT ont développé un appareil composé de 7 électrodes qui détectent les signaux neuromusculaires le long de la mâchoire, et détermine les mots qui vous traversent la tête. Pour le moment limité, son usage pourrait trouver de nombreuses applications, comme pour les personnes handicapées.

Au MIT, des chercheurs ont créé un dispositif appelé AlterEgo capable de comprendre ce que vous pensez, en « lisant dans vos pensées ».

Les pensées – ou verbalisation internes – lisibles avec des électrodes

L’appareil tourne autour de l’oreille, suit la mâchoire et s’attache sous la bouche de l’utilisateur. Relié à un système informatique, le système est muni d’électrodes qui captent les signaux neuromusculaires de la mâchoire et du visage, déclenchés par des « verbalisations internes », mais invisibles à l’œil nu. Ces signaux sont ensuite transmis à un système d’apprentissage machine qui analyse les données, associant des signaux spécifiques à des mots. Le système est aussi capable de communiquer avec l’utilisateur par l’intermédiaire d’un « casque à conduction osseuse », qui transmet les vibrations du visage à l’oreille.

« Notre idée était : Pourrions-nous avoir une plate-forme informatique qui est plus interne, qui fusionne l’humain et la machine d’une certaine façon et qui ressemble à une extension interne de notre propre cognition ? » dit Arnav Kapur, un étudiant diplômé du MIT Media Lab dans une déclaration.

lire dans vos pensées

Pour créer l’appareil, les chercheurs ont dû déterminer quels endroits du visage transmettaient les signaux neuromusculaires les plus fiables. Pour ce faire, ils ont demandé aux sujets de murmurer quatre fois la même série de mots et ont utilisé 16 électrodes à différents endroits du visage pour détecter les signaux. Ils ont ensuite généré un code pour analyser les données, et ont constaté que sept endroits se révélaient être plus efficaces que les autres. Le dispositif actuellement testé utilise ces sept capteurs à ces endroits, mais les chercheurs ont l’intention de développer une seconde itération du système ne comptant que 4 capteurs, tout en étant aussi efficace.

Des applications diverses, et utiles

Pour le moment, le système n’est capable d’identifier qu’une vingtaine de mots propre à chaque cas de figure, avec une précision de 92%. Les chercheurs espèrent améliorer ces statistiques avec le temps : « Nous sommes en train de recueillir des données, et les résultats sont bons« , dit M. Kapur. « Je pense que nous parviendrons à une conversation complète un jour. »

Bien que les applications soient encore limitées, les chercheurs sont parvenu à utiliser le casque durant une partie d’échecs, pour résoudre des multiplications, ou encore pour sélectionner le film que vous souhaitiez regarder. À l’avenir, ils espèrent trouver diverses applications utiles, par exemples à destinations des personnes handicapées.

Sources : Presse-citronThe Verge

1 Commentaire

  1. jules

    Alors ils vas falloir penser a des choses horribles en permanence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *