Selon un rapport, Apple a activé un verrouillage logiciel des batteries de l’iPhone pour décourager les réparations par des tiers

Le droit des utilisateurs à réparer est encore à la une des médias suite à une nouvelle caractéristique sur certains iPhone.

apple-batteries-réparations

En effet, Apple a activé un « verrouillage logiciel dormant » qui empêche le remplacement des batteries de certains modèles plus récents d’iPhone par un tiers, selon un rapport d’iFixit publié mercredi dernier. Selon le rapport, le verrouillage logiciel désactive l’accès aux données d’état de la batterie, sauf si l’utilisateur a recours à Apple ou un fournisseur de services autorisé pour le remplacement de la batterie.

Selon iFixit, il semble que la nouvelle caractéristique a été introduite intentionnelle par le fabricant de smartphones. Apple a fait en sorte que les batteries de remplacement qui manquent d’un microcontrôleur Texas Instruments avec une clé d’authentification Apple unique soient verrouillées pour ne pas fournir certaines données de santé de batterie aux utilisateurs. Cela inclut le nombre de cycles, qui indique à quel point une batterie peut s’être dégradée, ainsi que la capacité maximale et la capacité de performance de pointe.

Au lieu d’avoir ces informations, les utilisateurs, qui remplacent eux-mêmes leur batterie ou qui le font par un tiers, sont accueillis par un message « Service » d’Apple qui leur indique qu’ils doivent apporter leur téléphone à un Genius Bar (ou une station de support technique située dans les magasins Apple), ou à un service de réparation Apple agréé. Même l’utilisation d’une autre batterie Apple d’origine ne fonctionne pas, selon le rapport, car une batterie de remplacement ne peut apparemment être authentifiée qu’avec les outils internes de l’entreprise.

À ce propos, voici ce que dit le spécialiste de la réparation des appareils électroniques, l’électroménager, etc :

« En d’autres termes, Apple verrouille les batteries de son iPhone à l’usine, de sorte que chaque fois que vous remplacez la batterie vous-mêmes – même si vous utilisez une batterie Apple d’origine d’un autre iPhone –, vous recevez toujours le message « Service ». La seule façon de contourner ce problème est – vous l’avez deviné – de payer l’argent d’Apple pour remplacer la batterie de votre iPhone pour vous. Vraisemblablement, leur logiciel de diagnostic secret peut faire basculer le bit magique qui réinitialise ce message « Service ». Mais Apple refuse de mettre ce logiciel à la disposition de quiconque, à l’exception d’eux-mêmes et des fournisseurs de services autorisés d’Apple ».

À moins que vous ne fassiez recours à un Apple Genius ou un fournisseur de services Apple autorisé pour qu’il authentifie une batterie sur votre téléphone, ce dernier ne montrera jamais l’état de sa batterie et continuera à présenter le message « Service », d’après le rapport. iFixit a fait un parallèle entre la nouvelle pratique d’Apple à celle d’avoir un voyant « de contrôle de niveau d’huile » dans un véhicule qui ne peut être désactivé que chez un concessionnaire Ford. Le verrouillage semble avoir été introduit sur les modèles iPhone XR, iPhone XS et iPhone XS Max utilisant la dernière version iOS 12 ou l’iOS 13 beta, d’après le rapport.

Apple ne s’est pas limité au verrouillage logiciel empêchant l’accès aux informations d’une batterie installée par un tiers, le fabricant de smartphones semble avoir également bloqué la plupart des applications iOS pour les empêcher d’accéder aux statistiques de santé des batteries depuis l’iOS 10. Mais, d’après le rapport, le problème peut être contourné en branchant un iPhone sur un ordinateur Mac qui exécute une application comme coconutBattery. Une autre solution, qui est réservée aux utilisateurs avertis, consiste à retirer le microcontrôleur d’une batterie d’origine et le souder à une autre qui n’en a pas.

Ce nouveau rapport est publié alors qu’en mars dernier, de précédents rapports indiquaient qu’Apple modifiait ses politiques de réparation pour permettre aux centres de service autorisés de réparer les iPhone ayant des batteries installées par des tiers.

Cette mesure d’Apple est tout de même imprévisible, étant donné que l’entreprise a été confrontée récemment à l’affaire controversée des vieux iPhone dans laquelle Apple a reconnu officiellement qu’il a déployé une mise à jour permettant de limiter la performance des vieux iPhone dans le but de préserver la batterie et les composants du smartphone. Mais un jour après cet aveu, Apple a été attaqué devant les tribunaux américains avec le dépôt d’une plainte qui stipulait que la société avait délibérément gardé le silence sur la limitation de performance des vieux iPhone dans le but de maintenir ou de booster les ventes de ses smartphones. Apple a présenté ses excuses ensuite et a accordé une réduction significative sur le prix de la batterie de rechange.

La bataille d’Apple pour empêcher la réparation de ses appareils par des tiers ne date pas d’aujourd’hui

En 2017, en lançant ses iPhone, Apple avait fait en sorte que seuls l’entreprise et ses partenaires aient le droit de réparer ses smartphones. Tout réparateur qui s’y engageait indépendamment d’Apple prenait donc le risque d’endommager l’appareil pour de bon. Mais sous la pression du mouvement Right To Repair, Apple a déployé des outils de réparation d’iPhone.

Mais dès septembre 2018, ce sont les Mac qui ont été ciblés par une nouvelle mesure d’Apple. En effet, le fabricant a fait en sorte que les modèles iMac Pro et MacBook Pro 2018 passent obligatoirement avec succès des diagnostics Apple pour que certaines réparations soient terminées. Si ces outils ne sont pas utilisés pour des réparations sur des composants clés, cela entraînera un « système inopérant et une réparation incomplète ». C’est ce qu’indiquait un document distribué aux prestataires de services agréés Apple en septembre 2018.

Apple s’est longtemps battue contre la législation sur le droit de réparer – qui empêche les fabricants d’annuler les garanties ou d’interrompre le support si les consommateurs font effectuer une réparation par des tierces parties. En refusant de vendre des pièces neuves à des clients ou en les mettant en garde contre le recours à des ateliers de réparation tiers, Apple a le choix de facturer des tarifs nettement supérieurs à ceux qui seraient appliqués par les réparateurs indépendants.

Apple a, par ailleurs, relancé ses poursuites contre un réparateur indépendant, dont une cargaison de 63 écrans de remplacement pour iPhone 6 et 6S en route vers sa boutique avait été saisie en 2017 par les douaniers norvégiens. Les douaniers avaient alerté Apple et la compagnie avait déclaré que le matériel était contrefait. En juin dernier, un avocat d’Apple a envoyé une lettre au réparateur qui comprenait un accord de règlement qui éviterait à Henrik Huseby d’être poursuivi en justice.

L’entente de règlement stipulait que Huseby acceptait de ne pas fabriquer, importer, vendre, commercialiser ou traiter de quelque façon que ce soit des produits qui portent atteinte aux marques d’Apple, et lui demandait de payer 27 700 couronnes norvégiennes (2 896 euros) pour mettre fin au problème sans passer par un procès. Mais le réparateur a refusé de signer l’accord. « C’est une lettre sur laquelle je ne mettrai jamais ma signature », a déclaré Huseby dans un courriel.

En mars 2018, Susan Talamantes-Eggman, une élue californienne, a annoncé qu’elle prévoyait d’introduire un droit de réparation dans l’État, obligeant des entreprises comme Apple et Samsung à vendre des pièces de rechange et des outils de réparation, à rendre disponibles au public des guides de réparation et à obliger les entreprises à mettre des logiciels de diagnostic à la disposition de magasins indépendants. L’UE s’est engagée également à appliquer des lois qui obligeront les fabricants à rendre certains appareils plus faciles à réparer et plus durables à partir de 2021.

Face à ces pressions croissantes en faveur du droit de réparer, Apple a insisté sur le fait qu’elle est motivée par le contrôle de la qualité des réparations et par des préoccupations de sécurité (particulièrement pertinentes dans des situations comme des batteries gonflées) plutôt que par l’argent.

« Nous voulons nous assurer que nos clients ont toujours l’assurance que leurs produits seront réparés correctement et en toute sécurité, et d’une manière qui favorise le recyclage », a déclaré un porte-parole d’Apple à Axios lorsqu’on lui a demandé des lettres et des témoignages fournis par les avocats du droit de réparer pour une prochaine audience du Comité judiciaire de la Chambre. « Nous développons continuellement notre réseau de techniciens certifiés et nous avons récemment annoncé que tous les magasins Best Buy aux États-Unis sont maintenant des fournisseurs de services autorisés ».

Cette nouvelle caractéristique de produit d’Apple vient relancer le débat sur l’importance de généraliser le Fair Repair Act. Mais pour l’heure, les utilisateurs peuvent toujours aller remplacer leurs batteries défectueuses chez Apple et ses réparateurs agréés.

Lire aussi : Apple confirme que les iPhone équipés de vieilles batteries sont volontairement ralentis

Sources : Developpez par Stan Adkens – Vidéo Youtube, iFixit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *