Un télescope à l‘échelle de notre planète va être créé

chili-télescope

Le plus grand télescope du monde situé au Chili vient d’annoncer sa collaboration avec d’autres télescopes dans le cadre d’un projet faramineux : créer un télescope à l‘échelle planétaire….

L’annonce a été effectuée par l’Atacama Large Millimeter Array (ALMA), le plus grand télescope du monde, basé au Chili dans le désert d’Acatama. Ce projet de télescope à échelle mondial a été baptisé Event Horizon Telescope.

Il s’agit de collaborer avec d’autres télescopes comme le radiotélescope de Pico Veleta conçu par l’Institut de radioastronomie millimétrique (IRAM) en Espagne et le Very Long Baseline Array (VLBA) étant lui-même un réseau présent notamment en Californie, en Arizona et à Hawaï. L’ALMA devrait collaborer également avec le Grand Télescope Millimétrique du Mexique ainsi que la base antarctique Amundsen-Scott.

event-horizo-chili-télescope

Blueman

Pourquoi un tel projet ? L’objectif de cette collaboration est d’obtenir la possibilité d’atteindre des précisions de l’ordre de 10 centimètres sur la lune. Voici une déclaration de Lars-Ake Nyman, directeur des opérations scientifiques de l’ALMA :

« C’est vraiment fantastique que tous ces pays travaillent ensemble parce qu’avec ces télescopes on va pouvoir en créer un qui aura plus ou moins la taille de la terre en terme de résolution et d’images. On peut étudier des objets très distants en détail et aussi des objets plus proches comme le centre de la Voie lactée, le trou noir qui peut pratiquement être résolu avec ce type d’observations. »

Le projet Event Horizon Telescope est donc un réseau de télescopes terrestres qui combine les données de stations d’interférométrie à très longue base situées sur la Terre, et ce dans le but d’observer l’environnement immédiat de Sagittarius A, le trou noir supermassif du centre de la Voie lactée, avec un pouvoir de résolution permettant de détecter l’ombre de son horizon.

Voici une vidéo d’explication du projet Event Horizon Telescope par Avery E. Broderick de l’Université de Waterloo au Canada (en anglais) :

Source : SciencePost via Euronews / AgoraVo – Illustration principale : ALMA / ESO/C. Malin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *