6 scénarios scientifiquement impossible mais inquiétants

monde

Il y a un certain nombre de façons dont le monde pourrait se terminer. Les extraterrestres pourraient asservir la race humaine et exploiter notre planète pour les ressources ou un météore pourrait s’écraser sur Terre et anéantir la vie.

Cela dit, il y a plusieurs scénarios apocalyptiques populaires dont les films et Internet adorent imaginer, malgré le fait que, selon la science, ils ne pourraient jamais réellement se produire. Nous parlons de…

#6. “Les scientifiques pourraient créer un trou noir qui engloutirait la Terre !”

monde

CERN

Des théoriciens du complot sur Internet croient que, le Grand collisionneur de hadrons représente une plus grande menace pour la planète qu’une organisation terroriste. Grâce à ses expériences tordues, le CERN va déclencher accidentellement soit un trou noir ou l’apparition d’un monstre d’un univers parallèle.

cern-monde

Maximilien Brice/CERN

Heureusement pour nous, des scientifiques qui ne se laissent pas impressionner par les théories sur Internet ont pris la peine de l’examiner, et ils ont conclu que ces revendications étaient réellement stupides.

Si le CERN réussi d’une façon “magique” à créer un trou noir, il aurait une durée de vie à peine mesurable en nanosecondes. Avec l’effet peu connu appelé le rayonnement de Hawking, les trous noirs émettent un type de rayonnement qui leur fait perdre de la masse et de la puissance à mesure que le temps passe. En effet, le trou noir s’évaporerait peu de temps après sa naissance.

Alors… supposons que tout ce que nous venons de dire ne se produit pas, et nous nous retrouvons avec un trou noir menaçant d’avaler la Terre. Nous serions foutus, non ? Eh bien, pas exactement. N’importe quel trou noir causé par le CERN serait miniature (de la taille des nanoparticules), ce qui signifie qu’il n’aurait pas de traction ou de masse importante. En fait, dans le pire des cas, il faudrait des milliards d’années pour qu’il se développe à un point où il commencerait même légèrement nous embêter.

nasa-cern-monde-image

NASA/CERN/Ian O’Neill

Quant au monstre … vous savez, si vous êtes le type de personne qui a besoin de recherches poussées pour expliquer pourquoi une bande des scientifiques dans un laboratoire expérimental ne va pas faire apparaître un monstre traînant les pieds, nous ne voulons pas vous enlever la magie du monde.

#5. “Les pôles Nord et Sud s’inversent ! Nous sommes tous morts !”

National_Oceanic_and_Atmospheric_Administration_monde

National Oceanic and Atmospheric Administration

Comme nous l’avons démontré précédemment, le monde est une énigme merveilleuse qui n’hésiterait pas à nous tuer selon les événements. Exemple : la menace posée par l’inversion du champ magnétique terrestre, dans laquelle la planète peut décider de façon aléatoire d’inverser ses pôles, nous laissant confus, désorientés, et soit cuits par le rayonnement de l’espace ou enterrés par une refonte géologique des événements.

20th_Century_Fox_monde

20th Century Fox

Sauf que, l’histoire a un avis différent. Grâce à l’histoire géologique de la planète, nous pouvons voir que les inversions géomagnétiques ne sont pas un scénario catastrophe : C’est en fait arrivé tout au long de l’histoire, ce n’est pas une exception. Tout porte à croire qu’elles se produisent toutes les quelques centaines de milliers d’années, et nous sommes bien en retard pour une autre, compte tenu de la dernière inversion qui a eu lieu il y a 800 000 ans.

Cependant, c’est une simplification massive de dire que nous allons nous réveiller un jour et nous retrouver enterrés par les tremblements de terre, raz de marée, et boussoles cassées. La vérité est que les pôles se sont déplacés avant le débuts des enregistrements : Le pôle Nord magnétique a bougé de plusieurs centaines de kilomètres depuis le 19ème siècle, et selon les estimations, il est en train de bouger plus rapidement que jamais, d’une distance de 16 kilomètres par année au début du 20ème siècle à près de 60 kilomètres par an de nos jours. Cela est vrai – le pôle Nord se déplace à la vitesse d’une berline de luxe.

Tentotwo-monde

Tentotwo

“Mais qu’est ce qu’il se passerait de catastrophique si une inversion du champ magnétique se produisait ?” La réponse : pas grand-chose, vraiment. Comme nous l’avons mentionné, c’est arrivé d’innombrables fois auparavant, et la planète semble remarquablement non détruite. En outre, le champ magnétique est non seulement quelque chose qui peut être éteint ou laissé ouvert comme une porte de garage. Comme toute forme naturelle de l’énergie, il peut être affaiblie ou renforcé, mais ne pourrait jamais disparaître complètement, pas plus que le magnétisme le peut. D’ailleurs, l’atmosphère de la planète fait un meilleur travail pour traiter les menaces interstellaires que ne le fait le champ magnétique, même si ce dernier s’est soudainement relâché à Tahiti ou ailleurs, nous serions probablement toujours intacte face aux rayonnements de l’espace.

monde-NASA/JPL/UCSD/JSC

NASA/JPL/UCSD/JSC

#4. “Le soleil va nous cuire à cause des éruptions solaires !”

monde-NASA_Goddard_Space_Flight_Center

NASA Goddard Space Flight Center

Rendues célèbres par un film de Nicolas Cage, les éruptions solaires sont essentiellement des nuages de haute énergie de chaleur, le rayonnement et les particules de l’espace désagréables que le soleil relâche pourraient mettre fin à toute vie sur Terre. Toutefois, si vous avez lu jusqu’ici, vous avez probablement déjà deviné que cela ne va pas se produire. Cela ne veut pas dire que les éruptions solaires n’existent pas (il y en a beaucoup) – c’est juste que nous n’allons probablement pas nous faire tuer par une.

 

Summit_Entertainment-monde

Summit Entertainment

Tout d’abord, comme une inversion du champ magnétique terrestre, les éruptions solaires se produisent depuis aussi longtemps qu’il y a eu une planète pleine de gens pour se préoccuper d’elles. Elles se produisent environ tous les 11 ans – jusqu’à présent, ne n’avons pas été rôtis dans l’oubli, car la distance entre nous et le soleil est encore trop grande pour que l’explosion de chaleur voyage complètement jusqu’à nous.

monde-LucasVB/WikiCommons

LucasVB / Wiki Commons

Cela dit, elles pourraient causer des problèmes. L’atmosphère supérieure pourrait être fortement perturbée par le rayonnement et les particules, l’inhibition de communications par satellite, tandis que les éruptions solaires ultra puissantes sont capables de frapper les réseaux électriques entièrement. Heureusement, il y a des précautions qui peuvent être prises pour protéger ces derniers autant que possible (Nous sommes en mesure de prédire quand les éruptions solaires se produisent). Ainsi, certaines zones peuvent se retrouver dans l’ombre, mais la race humaine ne va pas disparaître.

#3. “Les bombes antimatières vont détruire le monde !”

CERN-monde

CERN

Vous pourriez vous rappeler l’antimatière comme cette matière visqueuse rouge qui a détruit la planète de Spock dans le remake de Star Trek. Mais l’antimatière n’est pas juste une préoccupation de science-fiction éloignée. Selon des futuristes estimés comme Dan Brown, la méthode d’annihilation ne sera pas biologique ou nucléaire mais sera une bombe d’antimatière qui efface n’importe quelle partie du monde qui a omis de payer sa demande de rançon à l’heure.

Columbia Pictures

Columbia Pictures

Malheureusement pour Dan Brown (et heureusement pour le reste d’entre nous), l’antimatière est littéralement impossible à militariser. Tout d’abord, l’antimatière n’est pas un élément mythique des explosions. Elle existe dans des endroits tout à fait normaux allant des orages aux laboratoires scientifiques du CERN. Voilà un fait important, parce que la prémisse générale de l’apocalypse de l’antimatière, comme représenté dans les films, est cette antimatière qui explose quand elle entre en contact avec la matière réelle. Si c’était le cas dans la réalité, le chaos se produirait partout tout le temps.

monde-Marvel_Comics

Marvel Comics

Deuxièmement, même si l’antimatière était maîtrisable, ce serait très difficile de façonner une arme, à la fois en termes de coût et de praticité. Selon le CERN, le résultat net de plusieurs décennies de travail dans ce domaine a donné seulement environ environ 10 milliardièmes de gramme d’antimatière. Par souci de comparaison, la bombe d’antimatière dans Anges & Démons est composé d’un quart de gramme. Et le coût total de l’obtention d’assez d’antimatière pour construire une bombe ? L’estimation la plus proche, à nouveau du CERN, met le chiffre de “un million de milliards de dollars”… et il faudrait des milliards d’années pour l’obtenir. Fondamentalement, la façon de détruire la Terre avec une bombe d’antimatière est simplement rester assis et attendre les éons géochronologiques qu’il vous faudrait pour récolter assez d’antimatière pour fabriquer une bombe.

monde-Fsgregs-WikiCommons

Fsgregs / Wiki Commons

#2. “Un hiver nucléaire va geler la planète !”

Digital-image-monde

Digital Vision./Photodisc/Getty Images

On pense qu’après un échange nucléaire, les incendies produits par les bombes vont envoyer suffisamment de poussière, de suie et de détritus pour bloquer les rayons du soleil et provoquer quelques pauvres âmes qui réussiront à survivre à l’explosion cataclysmique. C’est une idée qui a été initialement suggérée dans un article co-écrit par le père de la science lui-même, Carl Sagan, ce qui rend d’autant plus gênant pour nous de souligner que c’est complètement faux.

NASA/JPL-monde

NASA/JPL

Alors que nous n’avons pas encore connu une guerre nucléaire, nous avons connu une tonne d’événements qui ont donné le coup d’envoi à toutes sortes de fumée et débris dans l’atmosphère et vous a laissé en vie suffisamment longtemps pour lire ces mots. Les volcans, les feux de puits de pétrole, deux attaques nucléaires, et d’innombrables essais nucléaires ont tous testé l’hypothèse de l’hiver nucléaire, et aucun jusqu’à présent à causé une telle catastrophe.

En outre, la création réussie d’un «hiver nucléaire» dépend d’un éventail de variables. Par exemple, la bombe devrait être d’une puissance nucléaire suffisante, et elle devrait explosé dans une zone géographique et météorologique spécifique pour générer le feu et les débris nécessaires.

Ingram Publishing/Ingram Publishing/Getty-monde

Ingram Publishing/Ingram Publishing/Getty Images

Enfin, il y a le fait que la plupart des recherches sur la possibilité de l’hiver nucléaire ont été modélisées dans les années 1980, une époque où les dirigeants du monde ont pensé qu’il y avait une corrélation entre la malnutrition et la puissance des bombes nucléaires… Aujourd’hui, toutefois, les rendements des armes nucléaires sont beaucoup, beaucoup plus petits, et nous ne sommes pas dans un conflit de plusieurs décennies avec une autre puissance nucléaire. Mais qui peut vraiment dire ce que l’avenir nous réserve ?

#1. “Les colonies de nanomachines vont nous transformer en soupe !”

monde-ETH_Zurich

ETH Zurich

Les êtres humains sont bizarrement méfiant envers les machines, en dépit du fait que nous sommes obsédés par la création de plusieurs d’entre elles de sorte que nous pussions faire moins choses par nous-mêmes. Par exemple, plusieurs groupes de gens sont préoccupés par la menace posée par ce qu’on appelle «gelée grise», des armées volantes de nanomachines créées avec la capacité de se répliquer. Les nanomachines deviendraient inévitablement hors de contrôle et démonteraient chaque atome sur cette planète, des craintes exprimées par James Spader.

monde-GuidoVrola/iStock/Getty

GuidoVrola/iStock/Getty Images

Le problème est qu’un tel événement nécessite une réécriture radicale de toutes les lois connues de la physique. Tout d’abord, il y a la question du pouvoir. Alors que nos chercheurs les plus réputés ont mis en garde sur les dangers d’avoir trop de pouvoir, une armée volantes de robots-termites aurait le problème inverse. En raison de leur taille, les nanomachines auraient besoin d’être à l’énergie solaire et avoir la capacité jusque-là inconnu d’utiliser tous les volts d’énergie sans déchets. Ils ont à peine le pouvoir de décoller sans s’écraser immédiatement, sans parler de couvrir le monde entier avec une colonie de clones.

En outre, essayer de construire des nanomachines avec de la matière organique (par exemple nous), est une tâche impossible. Considérant qu’il serait facile de construire des nanomachines avec des métaux et des matières inorganiques (où leur composition atomique est uniforme), les matières organiques sont désorganisées.

Cependant, nous allons donner à cette idée un peu de crédit et dire qu’un super-vilain a surmonté ces problèmes. Une armée de nano-robots serait toujours vaincu par ce qu’on appelle la traînée, qui est la force exercée sur un objet qui se déplace à travers un fluide (comme l’air) qui le ralentit. La vitesse de mouvement supérieur de chaque objet est proportionnelle à sa taille, de sorte que la traînée d’air réduirait la vitesse de vol de ces engins de mort microscopiques à des vitesses adaptées uniquement par le changement glaciaire. Le monde ne se terminerait pas par un bang ou un gémissement, juste une cyber-toux asthmatique d’un grain de sable qui se profile lentement sur nous avant qu’il ne meurt de panne de courant.

Source : Cracked

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *