Assange, un pas de plus vers l’extradition et un mariage


Le conflit russo-ukrainien cache le reste de l’actualité. Ainsi, Julian Assange, détenu depuis 3 ans dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, s’est-il vu refuser un appel pour infirmer une possible expulsion vers les États-Unis.

Appel rejeté par la Cour Suprême britannique

En décembre 2021, les avocats d’Assange avaient demandé la possibilité de faire appel après un arrêt de la Haute Cour qui avait confirmé la possibilité juridique d’une expulsion. Cet appel avait été fait auprès de la Cour Suprême britannique. Cet appel a été rejeté par la Cour Suprême le 14 mars 2022. Les avocats d’Assange ont déposé un nouvel appel devant la Cour des Magistrats de Westminster qui a quatre semaines pour se prononcer. S’ils confirment la possibilité d’une extradition, c’est au ministre de l’Intérieur (Home Secretary) Madame Priti Patel d’ordonner l’extradition ou d’y surseoir. Priti Patel, d’origine indienne, appartient à l’aile droite du Parti Conservateur et est réputée proche d’Israël et des États-Unis.

Mariage le 23 mars

C’est peut-être dans la perspective d’une possible/probable expulsion vers les États-Unis où il risque 175 années de prison que Assange a annoncé son mariage dans la prison de Belmarsh avec Stella Moris, 38 ans, avocate d’origine sud-africaine avec laquelle il a déjà deux enfants, Gabriel et Max nés en 2017 et 2019. Leur mariage aura lieu quelques semaines avant le troisième anniversaire de son arrestation d’avril 2019 quand il fut expulsé de l’ambassade équatorienne de Londres, à la suite d’accords entre le nouveau président de l’Equateur Lenin Moreno,et les autorités américaines. Peu avant, l’Equateur obtient un prêt de 10 milliards de dollars du FMI et de la Banque mondiale.

Voir aussi : Julian Assange, portrait d’un combattant de la liberté d’information

Source : Observatoire du journalisme | Ojim.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *