5 cas de psychologie étranges à travers l’histoire

Des études de cas inhabituelles qui ont laissé les psychologues perplexes.

  • Les psychologues sont confrontés à de nombreux patients mystérieux.
  • Les cas révèlent la complexité des humains.
  • Le neurologue Oliver Sacks a écrit sur un certain nombre de cas très étranges.

Alors que des milliards de personnes se faufilent dans l’histoire sur ce rocher poussiéreux, il y en a forcément beaucoup d’autres qui sont étranges. Avec l’avènement de la psychologie, l’étude de ceux qui ne correspondent pas à la norme a fourni de nombreux indices inestimables sur qui nous sommes en tant qu’espèce, ce que nous voulons en tant qu’individus, comment fonctionne notre cerveau, ainsi que sur nos besoins les plus profonds et les plus noirs.

Voici 5 des cas psychologiques les plus inhabituels qui nous rappellent les mystères sous-jacents qui nous rendent humains.

1. Le Sauvage de l’Aveyron

cas de psychologie

En 1800, un garçon est sorti de la forêt de l’Aveyron en France. Il avait 11 ou 12 ans et semblait vivre seul dans les bois depuis un certain nombre d’années. L’“enfant sauvage” ne connaissait aucune langue et a été nommé “Victor” par le médecin Jean Marc Gaspard Itard, qui s’est mis à étudier le garçon.

Victor est devenu une sorte de célébrité et une grande étude de cas de la nature contre l’éducation. Bien qu’il n’ait jamais appris à parler couramment, il a commencé à porter des vêtements, a acquis des habitudes de toilette appropriées et a pu écrire quelques lettres. Itard n’était pas le seul scientifique à étudier le garçon, mais cinq années de travail ont amené le médecin à faire des recherches révolutionnaires sur l’éducation des personnes ayant une déficience intellectuelle.

L’expert en autisme Uta Frith croit que Victor était peut-être autiste, mais nous ne pouvons en être certains.

2. L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau

cas de psychologie

Le neurologue et auteur britannique Oliver Sacks a rencontré plus d’un cas étrange dans ses études. L’un de ses livres les plus célèbres, The Man Who Mistook His Wife For A Hat, décrit le cas d’un certain Dr P., qui souffrait d’agnosie visuelle – un état résultant d’une lésion des lobes occipitaux du cerveau.

Lorsqu’il regardait le monde qui l’entourait, le Dr P. ne le voyait pas tout à fait correctement, incapable de reconnaître les objets ou les personnes. Par exemple, quand il regardait sa femme, il voyait un chapeau. Il a aussi vu des visages où il n’y en avait pas du tout.

“Dans la rue, il caressait le sommet des bornes-fontaines et des parcomètres, les prenant pour des têtes d’enfants ; il s’adressait aimablement aux boutons sculptés sur les meubles et s’étonnait qu’ils ne répondent pas”, a écrit Sacks.

3. La femme qui voyait des dragons partout

cas de psychologie

Un article de recherche a été publié dans The Lancet en 2014 sous le titre “Prosopometamorphopsia and facial hallucinations”. Il présentait le cas inhabituel d’une Néerlandaise de 52 ans qui s’est présentée à la clinique psychiatrique des auteurs. Comme si elle vivait dans “Games of Thrones”, elle a vu toute sa vie les visages des gens se transformer en visages de dragons. Elle hallucinait aussi de tels visages plusieurs fois par jour.

Les chercheurs, dont Oliver Sacks, ont rapporté que la femme décrivait les visages des dragons comme étant “noirs, avec de longues oreilles pointues et un museau saillant, et une peau reptiloïde et des yeux énormes jaune vif, vert, bleu ou rouge”.

Les dragons n’apparaissaient pas seulement sur les visages, mais presque partout – dans les murs, les prises électriques, les écrans d’ordinateur ou juste en sortant de l’obscurité la nuit.

Les scientifiques n’ont pas entièrement compris ce qui causait ces hallucinations, même après des tests approfondis qui comprenaient des examens neurologiques, des EEG et des IRM du cerveau.

4. L’homme qui voulait être mangé

cas de psychologie

Oui, ce n’est pas une affaire pour les peureux. Les médecins de l’hôpital psychiatrique de Toronto ont rencontré un homme nommé Stephen, qui voulait être mangé. Mais le fétichisme du cannibalisme inversé ne suffisait pas – Stephen préférait de loin que ce soit une “grande femme dominante” qui se charge de le déféquer.

L’homme de 45 ans a été décrit comme un homme sain et normal, qui n’avait pas l’air psychotique. Les chercheurs attribuaient ses souhaits bizarres au désir de naître, comme s’il retournait dans le ventre de sa mère. L’idée d’être avalé en entier puis expulsé était au centre de tout cela. “Il fantasmait souvent d’être des excréments ou du sperme et d’être expulsé par une personne”, souligne le rapport.

Notamment, ce problème n’était pas la raison pour laquelle Stephen est venu voir les médecins – il s’est avéré qu’il avait peur d’être homosexuel. Les médecins ne le pensaient pas.

Et puisque nous en sommes au sujet, le mot à retenir ici est vorarephilia – un désir érotique de manger les autres ou “l’amour de dévorer” en latin.

5. La femme qui n’a pas pu arrêter la musique pendant quatre ans

cas de psychologie

Les musiciens pop essaient généralement de créer des mélodies accrocheuses que l’on ne peut pas sortir de sa tête. Mais personne ne veut aller aussi loin – une dame du nom de Susan Root, d’Essex, en Angleterre, a gardé une chanson dans sa tête pendant quatre ans. La chanson était un morceau de 1952 interprété par Patti Page intitulé “How Much is that Doggie in the Window”.

Les thérapeutes ne pouvaient pas faire grand-chose pour guérir les hallucinations musicales de Susan aussi appelées “acouphènes musicaux”, comme l’écrivait Medical Daily. La situation s’est tellement détériorée que son mari, âgé de 40 ans, a commencé à crier pour attirer son attention lorsqu’elle s’est assise, envoûtée par la chanson qui jouait dans sa tête.

La maladie rare était pire la nuit, pendant le calme. Susan devait allumer la télé juste pour pouvoir écouter la mélodie incessante et s’endormir.

Plus tard dans sa vie, Susan a commencé à avoir des hallucinations en entendant “Somewhere over the Rainbow” de Judy Garland.

Et si vous voulez voir si “How Much is that Doggie in the Window” va vous rester dans la tête, essayez ici :

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *