Les neuroscientifiques découvrent un lien unique entre la respiration et le cerveau

La relation entre la respiration et le cerveau est très forte. On le sait très bien. Pourtant, nous avons très peu compris les rouages de cette relation. Jusqu’à maintenant. Dans une nouvelle étude, les neuroscientifiques ont pu déterminer exactement comment la respiration modifie le cerveau.

La respiration et le cerveau

Notre capacité à contrôler la respiration est une façon de nous différencier des autres mammifères. La plupart des animaux n’altèrent pas leur respiration. Au lieu de cela, des activités comme la course à pied ou le repos sont responsables des changements dans les habitudes respiratoires. Ainsi, la capacité de l’être humain à modifier volontairement son souffle, en plus de sa capacité à réprimer les pensées et à contrôler les émotions, rend notre cerveau unique.

Cette capacité extraordinaire en matière de respiration est à la base des thérapies qui mettent l’accent sur la respiration et la règlent. Par exemple, une technique courante utilisée pendant la thérapie cognitivo-comportementale est la respiration carrée. Cette méthode consiste à ralentir et à interrompre la respiration. Par conséquent, cet exercice aide le patient souffrant d’anxiété à se détendre.

Les pratiquants de qi gong, yoga et tai chi utilisent des exercices respiratoires similaires. Ils utilisent le souffle pour améliorer la santé physique, ainsi que l’esprit. Ces pratiques ont aidé de nombreuses personnes à devenir plus calmes, en meilleure santé et plus heureuses. Pourtant, ils offrent peu d’informations sur ce qui se passe réellement dans le corps physique.

Comment la respiration profonde affecte le cerveau

Le Dr Jose Herrero, chercheur postdoctoral, en collaboration avec le Dr Ashesh Mehta, un neurochirurgien renommé du North Shore University Hospital de Long Island, a exploré notre capacité unique à contrôler la respiration et ses effets. De plus, ils ont étudié comment la respiration peut nous aider à accéder aux parties du cerveau qui sont habituellement inaccessibles et à les contrôler.

Ces scientifiques ont découvert que “le contrôle volontaire et la conscience de la respiration impliquent des circuits cérébraux distincts mais qui se chevauchent”. Fondamentalement, quand nous contrôlons volontairement la respiration, même si nous nous concentrons uniquement sur la respiration, nous créons un accès supplémentaire et une synchronisation entre les différentes parties du cerveau.

L’étude du Dr Herrero et du Dr Mehta a commencé par observer les patients lorsqu’ils respiraient naturellement. Ensuite, ils ont donné à leurs patients la tâche de cliquer sur un bouton lorsqu’une certaine image apparaissait sur un écran d’ordinateur. Lorsqu’ils ont mesuré la respiration pendant cet exercice, l’activité a permis de s’assurer que les patients ne se concentraient pas sur leur respiration.

Ensuite, les chercheurs ont dit à leurs patients d’accélérer le rythme de la respiration. Ils ont également demandé aux patients de compter leurs respirations. Les scientifiques ont découvert que durant cet exercice, le cerveau a changé. La respiration contrôlée a activé différentes zones du cerveau. Cela incluait les parties impliquées dans la respiration automatique et intentionnelle.

Les résultats fournissent un soutien neuronal aux personnes consultées depuis des millénaires : en période de stress ou lorsqu’une concentration accrue est nécessaire, le fait de se concentrer sur sa respiration ou de faire des exercices respiratoires peut effectivement modifier le cerveau. Cela pourrait s’appliquer à des personnes exerçant diverses professions qui requièrent une concentration et une agilité extrêmes.

Observer directement le cerveau

Ce qui rend cette étude unique, c’est qu’elle n’a pas utilisé de technologies d’imagerie comme l’EEG pour déduire l’activité neuronale. Il s’agissait plutôt de surveiller l’activité cérébrale à l’aide d’électrodes implantées dans le cerveau humain. Cela a donné aux chercheurs une rare occasion de regarder directement à l’intérieur du cerveau de leurs patients.

Les participants à l’étude étaient des patients qui suivaient un traitement de l’épilepsie que les médecins ne pouvaient contrôler avec des médicaments. Ainsi, les neurochirurgiens ont implanté chirurgicalement des électrodes dans le cerveau de ces patients pour identifier l’endroit où la crise a commencé. Ces patients ont été maintenus à l’hôpital pendant des jours, avec des électrodes surveillant continuellement leur cerveau. Ainsi, les chercheurs ont pu observer directement la relation entre la respiration et le cerveau.

Source : Waking Times

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *